L'expert de Fox News s'excuse après avoir évoqué des zones interdites aux non-musulmans en plein Paris

Invité à commenter les attentats, le journaliste Nolan Petersen avait laissé entendre que certaines rues de Paris et de ses environs ressemblaient à Bagdad. Il fait son mea culpa, tout en maintenant certaines de ses analyses.

L'"expert" Nolan Petersen intervient, le 10 janvier 2015, sur la chaîne américaine Fox News, où il évoque l'existence de zones interdites aux non-musulmans en plein Paris.
L'"expert" Nolan Petersen intervient, le 10 janvier 2015, sur la chaîne américaine Fox News, où il évoque l'existence de zones interdites aux non-musulmans en plein Paris. (FOX NEWS)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sorry. Le journaliste américain Nolan Petersen a fait son mea culpa, mercredi 14 janvier, après avoir laissé entendre sur la chaîne conservatrice Fox News (en anglais) que certaines rues de Paris et de ses environs ressemblaient à Bagdad, la capitale irakienne.

Des quartiers comparés à l'Afghanistan ou à l'Irak

Invité à commenter les attentats, ce vétéran de l'armée américaine, "spécialiste des zones de conflit", avait disserté sur les "no-go zones" françaises. Comprendre, précisait Fox News (en anglais), des quartiers où les "non-musulmans" ne sont pas les bienvenus. Un peu comme "en Afghanistan, en Irak, au Cachemire", avait estimé Nolan Petersen.

Pour accompagner son interview, la chaîne avait diffusé une carte de Paris sur laquelle apparaissaient, délimitées en rouge, plusieurs de ces fameuses zones "interdites". A la surprise de francetv info et d'autres médias, comme "Le Petit Journal" de Canal+, y figuraient des quartiers multiculturels, prisés des bobos et autres hipsters, comme Ménilmontant ou la Goutte-d'Or.

"Paris est la ville la plus géniale du monde"

"J'ai été traité de tous les noms et j'ai reçu des menaces de mort" après cette interview,raconte Nolan Petersen sur son site BlueForceTracker (en anglais), dans un article écrit à l'attention des Français. "J'ai vécu à Paris pendant deux ans, de 2004 à 2006, et je pense que c'est la ville la plus géniale du monde."

L'expert se désolidarise de la carte. "Elle laissait penser que les zones que je décrivais étaient des quartiers comme Montmartre, explique-t-il. C'est, évidemment ridicule. Je n'ai rien à voir avec cette carte et je ne savais pas qu'elle s'affichait à mes côtés, mais (…) je m'excuse pour son inexactitude."

Après sa diffusion, la séquence n'avait pourtant pas tant choqué l'expert, puisqu'il l'avait relayée sur son compte Twitter et sur son site. Nolan Petersen reprenait d'ailleurs à son compte le chiffre de plus de 700 "no-go zones" en France, qui correspondaient en réalité aux zones urbaines sensibles (ZUS), des quartiers prioritaires en matière de politique de la ville.

Des analyses "pas si absurdes que ça"

Aujourd'hui, le journaliste nuance, tout en maintenant certaines de ses observations, "pas si absurdes que ça" : "Il y a des quartiers de Paris qui sont isolés." "J'étais en France en 2005 quand, après la mort accidentelle de deux garçons à Clichy-sous-Bois [Zyed et Bouna], des centaines d'écoles ont été incendiées à travers le pays, environ 9 000 voitures brûlées et des milliers d'émeutiers blessés et arrêtés, justifie-t-il. Jacques Chirac avait placé le pays en état d'urgence pendant des mois [deux mois en réalité]."

"Si j'en ai l'opportunité, j'adorerais visiter Paris une nouvelle fois pour voir comment ces quartiers ont changé par rapport à mon expérience de novembre 2005, poursuit le journaliste. Je suis sûr que cela me rendrait fier et plein d'espoir pour la France." En attendant de prendre un billet pour Paris, Nolan Petersen, pas rancunier, invite les commentateurs à lui adresser leurs remarques par e-mail.