"Israël est votre foyer", lance Nétanyahou aux juifs de France après les attentats terroristes

"La France, sans les juifs de France, n'est plus la France" a répliqué le Premier ministre françaks Manuel Valls.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, tient un discours à Tel Aviv (Israël), le 5 janvier 2015.
Le Premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, tient un discours à Tel Aviv (Israël), le 5 janvier 2015. (GILI YAARI / NURPHOTO / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Quatre otages juifs sont morts, vendredi, dans un magasin casher de la porte de Vincennes, à Paris. Après cette attaque terroriste, le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a affirmé, samedi 10 janvier, aux juifs de France qu'Israël est "leur foyer".

>>> De nombreuses marches républicaines prévues en France à la mémoire des victimes des attentats. Suivez notre direct.

"Le terrorisme va continuer à frapper"

 

"A tous les juifs de France, tous les juifs d'Europe, je vous dis : Israël n'est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l'Etat d'Israël est votre foyer", a déclaré le Premier ministre israélien. Nos frères et soeurs de la communauté juive de France, nous partageons votre peine devant ces terribles pertes."

Dans un communiqué, Benjamin Nétanyahou a ensuite donné les noms des quatre victimes de la prise d'otages : Yohav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen et Francois-Michel Saada. "A moins que le monde ne revienne à la raison, le terrorisme va continuer à frapper", a-t-il également déclaré, sur son compte Twitter.

"La France, sans les juifs de France, n'est plus la France"

"La France, sans les juifs de France, n'est plus la France" a répliqué Manuel Valls, lors d'un rassemblement de commémoration sur les lieux de la prise d'otages. "Les juifs de France, depuis de nombreuses années, ont peur", a concédé le Premier ministre français, rendant hommage à "la communauté juive la plus nombreuse d'Europe, la plus ancienne, qui a tellement contribué à la République".

Voir la vidéo
REUTERS