Attaques terroristes : cinq gardes à vue toujours en cours, annonce le procureur de Paris

La compagne d'Amedy Coulibaly, qui fait l'objet d'un avis de recherche, est toujours recherchée, vendredi soir.

Les deux auteurs de l\'attentat contre \"Charlie Hebdo\", Chérif Kouachi (G) et Saïd Kouachi (C), et l\'auteur des fusillades de Montrouge (Hauts-de-Seine) et de la porte de Vincennes, Amedy Coulibaly.
Les deux auteurs de l'attentat contre "Charlie Hebdo", Chérif Kouachi (G) et Saïd Kouachi (C), et l'auteur des fusillades de Montrouge (Hauts-de-Seine) et de la porte de Vincennes, Amedy Coulibaly. (POLICE NATIONALE)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Alors que les prises d'otages sont terminées à Dammartin-en-Goële et à Paris, que trois terroristes sont morts et que quatre otages ont été tués, cinq gardes à vue sont encore en cours, a annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins, vendredi 9 janvier.

La prise d'otages de la porte de Vincennes a fait cinq morts, dont le forcené Amedy Coulibaly, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, vendredi 9 janvier, sur le plateau du journal de 20 heures de France 2. Il a également précisé que l'assaut avait fait 4 blessés parmi les policiers. Les deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo ont été tués à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, où ils étaient retranchés depuis le début de journée, vendredi 9 janvier. Leur otage est indemne.

En Seine-et-Marne, les frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo, ont été tués. Les deux hommes étaient retranchés jusqu'en fin d'après-midi sur le site de la société d'imprimerie Création Tendance Découverte, située dans une zone industrielle de Dammartin-en-Goële. Ils sont sortis en tirant à la kalachnikov sur le GIGN, entraînant leur "neutralisation", a appris l'AFP de source proche du dossier. Une personne qui se trouvait aussi dans le bâtiment est indemne.

La prise d'otages est terminée porte de Vincennes, à Paris. Cinq personnes, dont le preneur d'otages Amedy Coulibaly, sont morts dans un magasin casher du quartier. L'homme est suspecté d'être l'auteur de la fusillade de Montrouge (Hauts-de-Seine). Outre Coulibaly, quatre personnes sont mortes. Mais d'après le procureur de la République, aucun otage n'est mort lors de l'assaut des forces de l'ordre, selon les éléments actuellement à la connaissance des enquêteurs. Par ailleurs, quatre blessés sont en situation d'"urgence absolue".

La compagne d'Amedy Coulibaly est toujours recherchée Hayat Boumeddiene, née le 26 juin 1988, qui figure sur un appel à témoins diffusé par la police, demeure introuvable. "L'enquête va désormais s'attacher à interpeller la compagne de monsieur Coulibaly, qui ne l'est toujours pas à ce jour", a déclaré François Molins. Hayat Boumeddiene était mariée religieusement avec Amedy Coulibaly, mais pas civilement.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CHARLIE_HEBDO

07h58 : "Je trouve scandaleuse la tentative de détourner la sensibilité populaire en direction des idées de Charlie Hebdo."

Jean-Marie Le Pen est l'invité de France Info.

19h23 : Je vous disais un peu plus tôt que Charlie Hebdo compte désormais plus de 200 000 abonnés. Son co-gérant Eric Portheault précise que les 30 millions d'euros récoltés par les ventes et les abonnements seront consacrés "intégralement à sa pérennisation, quel qu'en soit le montant. Il n'y aura pas de dividendes pour les actionnaires". Quant aux dons (2,37 millions d'euros), ils seront "intégralement reversé aux ayants droit des victimes".

18h45 : Après l'attaque qui a décimé sa rédaction, Charlie Hebdo devient un des poids lourds de la presse française. L'hebdomadaire compte 200 000 abonnés, contre 10 000 avant l'attaque.

09h07 : Une enfant de 10 ans a été convoquée à la gendarmerie de Valbonne (Alpes-Maritimes) pour des propos sur le terrorisme. "Je suis d'accord avec les terroristes d'avoir tué les journalistes, car ils se sont moqués de notre religion", avait écrit l'élève à la fin d'une rédaction.

08h35 : Pour avoir "soutenu" les auteurs de l'attentat dans un devoir, une élève de CM2 a été entendue il y a deux semaines par des gendarmes de Valbonne (Alpes-Maritimes), rapporte Nice-Matin. La raison ? Une phrase écrite à la fin d'un devoir en classe de CM2 : "Je suis d'accord avec les terroristes d'avoir tué les journalistes, car ils se sont moqués de notre religion".

19h56 : C'est le deuxième depuis l'attentat qui a coûté la vie à 12 personnes, dont les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu, Tignous et Honoré. Le prochain numéro de Charlie Hebdo sera en kiosque le 25 février. "On va faire une réunion de rédaction mercredi, comme d'habitude", a précisé Gérard Biard, rédacteur en chef.




(CITIZENSIDE/NICOLAS LIPONNE / CITIZENSIDE.COM / AFP)



19h02 : Un journaliste de l'hebdomadaire satirique annonce la future parution sur Twitter.

19h29 : Le prochain numéro de Charlie Hebdo sera en kiosque le 25 février.

14h39 : Une place "Charlie" a été inaugurée ce matin à Angoulême pendant le Festival de BD. La mairie de la ville a ainsi rendu hommage aux victimes de l'attaque contre la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo qui a fait 12 morts le 7 janvier.




(JULIE RASPLUS / FRANCETV INFO)

11h53 : La place "Charlie" vient d'être inaugurée à Angoulême, tweete notre journaliste Julie Rasplus. Le festival de la BD rend hommage à l'hebdomadaire satirique.

11h49 : Mahomet et sa pancarte "Je suis Charlie" sur fond vert n'ont pas été vus de tous. De nombreuses rédactions américaines ont choisi de ne pas montrer la "une" du "numéro des survivants" de Charlie Hebdo, sorti le 14 janvier. Notre journaliste Julie Rasplus s'est demandé pourquoi les Américains ne rient pas des mêmes choses que nous. Explications.




(CHRISTOPHE ESTASSY / CITIZENSIDE.COM / AFP)



11h35 : Les sanglots continuent à étrangler sa voix. Luz, le dessinateur de Charlie Hebdo qui a échappé à l'attaque du 7 janvier dans les locaux de l'hebdomadaire satirique, a accordé une interview à Vice News. Il revient sur les circonstances de la tuerie dans la salle de rédaction du magazine, ainsi que sur la nouvelle une représentant Mahomet.

(VICE NEWS)

11h31 : A Angoulême (Charente), à l'occasion du festival de la BD, une place de la ville est renommée place Charlie, nous signale notre journaliste Julie Rasplus présente sur place. Le festival rend hommage à Charlie Hebdo, trois semaines après l'attentat.

09h16 : Deux semaines que les survivants de l'attaque contre Charlie Hebdo ont déposé les crayons, le temps de souffler, après avoir réalisé le numéro 1 178. Le prochain est prévu pour février. Mais comment dessiner après l'attentat contre Charlie Hebdo ? Notre journaliste Julie Rasplus a interrogé Ali Dilem, dessinateur de presse algérien.




(DILEM)



15h20 : Au moins 24 personnes ont été blessées aujourd'hui au cours d'une manifestation d'environ 500 personnes dans la périphérie de Kaboul (Afghanistan) contre la publication de caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo, a annoncé la police. Le face-à-face entre des manifestants jetant des pierres et des policiers répliquant par des tirs en l'air pour disperser la foule, a duré une partie de la matinée



(Haroon Sabawoon / ANADOLU AGENCY / AFP)

11h13 : A Angoulême (Charente), à l'occasion du festival de la BD, une bande-dessinée rassemble tous les hommages rendus en dessins. Notre journaliste Julie Rasplus est sur place

10h20 : Le festival de la bande-dessinée se poursuit aujourd'hui à Angoulême (Charente). Hier un grand prix spécial a été décerné à Charlie Hebdo. Notre journaliste Julie Rasplus est sur place. Elle nous signale que même les agences de voyage "sont Charlie".

19h55 : Notre journaliste Julie Rasplus a rencontré l'un des dessinateurs de Charlie Hebdo. Voici ses tweets.

16h55 : Notre journaliste Julie Rasplus est à Angoulême. Elle est à l'exposition "Une histoire de Charlie Hebdo".

16h42 : "C'est tellement plus cool, quand on est militant dans une organisation qui défend les 'opprimés', d'être 'contre' la masse, les médias, l'unité nationale."

La femme de Luz, un dessinateur de Charlie Hebdo, s'insurge contre les accusations d'islamophobie et d'homophobie dont est victime l'hebdomadaire satirique dans une tribune publiée sur Brain Magazine.

16h16 : Notre journaliste Julie Rasplus, qui est à Angoulême, rencontre des personnes qui s'abonnent au journal satirique.

14h27 : Notre journaliste Julie Rasplus est à Angoulême. Elle raconte qu'un stand est entièrement dédié au journal satirique devant la mairie. Il offre des abonnements à un prix avantageux.

10h44 : Ambiance au festival de bande dessinée d'Angoulême, jeudi soir. Si aucun membre de Charlie Hebdo n'était présent pour récupérer le "grand prix spécial", la rédaction a semble-t-il demandé à l'auteur J.C. Menu de les représenter au festival. Au passage, celui-ci lance : "Etre ou ne pas être Charlie, telle est la question. En fait, on s'en branle : les slogans n'ont pas de sens (...). Etre Charlie, c'est dire que le maire d'Angoulême est un con." Revivez sa prise de parole en vidéo sur le site de Sud-Ouest.

10h27 : Alors que s'ouvrait hier le Festival de la BD d'Angoulême, de nombreux dessinateurs ont pris la plume pour rendre hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Notre journaliste Julie Rasplus a rassemblé une vingtaine de dessins réalisés peu après l'attaque contre l'hebdomadaire satirique.




(FRANCETV INFO / PASCALE BOUDEVILLE)

08h23 : Le journal en question est le Tokyo Shimbun, un quotidien japonais à grand tirage. Lisez notre article pour en savoir plus.

08h23 : Quel quotidien japonais?

08h23 : Un quotidien japonais, le Tokyo Shimbun, a présenté ses excuses pour avoir publié la une du premier Charlie Hebdo sorti après les attentat. Il a en effet glissé en pages intérieures un entrefilet intitulé "Excuses aux musulmans": "notre journal a blessé des musulmans en reproduisant une caricature de Mahomet. Nous présentons sincèrement nos excuses".

23h58 : Après l'attaque contre Charlie Hebdo, le festival d'Angoulême rend hommage aux victimes et à leurs oeuvres. Voici un sujet de France 3.

(FRANCE 3)


19h18 : Le festival de la BD d'Angoulême décerne un Grand Prix spécial à Charlie Hebdo.

17h44 : Le dessinateur belge Philippe Geluck, auteur du célèbre Chat, a été pris à partie par Les Inrocks, après avoir émis des réserves sur la dernière une du journal satirique, qui représentait Mahomet. Il se dit "victime d'une fatwa" de la part de l'hebdomadaire culturel. Voici le dessin qu'a publié le magazine pour accomagner sa virulente chronique. Il est signé par Coco, qui dessine également pour Charlie Hebdo.

17h24 : Un élève de CE2 a été entendu par la police, hier à Nice, pour "apologie d'acte de terrorisme", en raison de propos tenus au sein de son école après l'attaque contre le journal satirique. Notre journaliste Anne Brigaudeau revient en détails sur cette convocation particulière.





(JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)

23h23 : Le gouvernement va mettre à disposition des collectivités plus de 4 000 revolvers pour les policiers municipaux, et va les aider à financer l'achat de 8 000 gilets pare-balles. Le ministre de l'Intérieur l'a annoncé aujourd'hui à l'issue d'une réunion avec les syndicats de policiers municipaux, organisée à la suite des attentats de Paris des 7, 8 et 9 janvier.

22h38 : Un professeur de philosophie du lycée Victor-Hugo de Poitiers (Vienne) a été mis à pied à titre conservatoire pour une durée de quatre mois, car des élèves l'accusent d'avoir tenu des propos litigieux sur les attentats islamistes commis en France, au cours de débats en classe.

L'enseignant a formellement formellement démenti ces accusations, au micro de France 3 Poitou-Charentes.


19h23 : Pour le patron de la section arabophone de la BBC, il ne convient pas de parler de "terroristes" pour désigner à l'antenne les frères Kouachi, auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo. Le terme est à son sens "trop lourd de sens", rapporte The Independant (article en anglais).

14h29 : La justice turque ordonne à Facebook d'interdire les pages dont le contenu constitue une "insulte" à l'image du prophète Mahomet. Elle menace de proscrire l'accès au réseau social en Turquie s'il n'obtempérait pas, selon les médias turcs. Un tribunal a déjà interdit, il y a deux semaines, la diffusion sur internet de la caricature du prophète publiée par Charlie Hebdo.

16h51 : Je conseille vivement à Lorant Deutsch de s'instruire un peu plus, par ce lien : http://www.francetvinfo.fr/societe/debats/religion-laicite-spiritualite-quelle-place-pour-les-athees-dans-le-debat-actuel_805105.html

16h50 : Il s'agit d'un journal humoristique et non pas une prise de position sur unereligion, en aucun cas cela donne le droit de massacrer l'autre. par des gensqui ne respectent pas leur propre religion.

16h50 : Et vouloir opposer les croyants et les pensants, en laissant "croire", que les seconds sont des irresponsables est tout aussi insultant.Vous croyez à ce que vous voulez en toute liberté, et vous laissez les autres faire de même, comme ils veulent.Le blasphème est un interdit imposé par l'esprit, (pour ceux que cela concernent comme les croyants par exemple), par ceux qui veulent imposer leurs croyances aux autres.C'est tout le contraire de la liberté.Croyez en ce que vous voulez... est une liberté égale pour tous, sans exception !

16h50 : Entièrement d'accord avec Lorent Deutsch

16h49 : Les propos de Lorant Deutsch, qui réclame le retour du délit de blasphème, mettent les commentaires à feu et à sang.