Ce que les terroristes ont dit aux otages et aux médias

Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly ont échangé par téléphone avec BFMTV. RTL a également pu capter une conversation au sein de l'épicerie casher, où s'est déroulée la prise d'otages meurtrière.

Les deux auteurs de l\'attentat contre \"Charlie Hebdo\", Chérif Kouachi (G) et Saïd Kouachi (C), et l\'auteur des fusillades de Montrouge (Hauts-de-Seine) et de la porte de Vincennes, Amedy Coulibaly.
Les deux auteurs de l'attentat contre "Charlie Hebdo", Chérif Kouachi (G) et Saïd Kouachi (C), et l'auteur des fusillades de Montrouge (Hauts-de-Seine) et de la porte de Vincennes, Amedy Coulibaly. (POLICE NATIONALE)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce sont des conversations qui en disent un peu plus sur les motivations des trois auteurs des attaques terroristes menées en France ces derniers jours. Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly se sont entretenus par téléphone avec la chaîne BFMTV, vendredi 9 janvier, avant les deux assauts. RTL a également pu capter une conversation au sein de l'épicerie casher où s'est déroulé la prise d'otages meurtrière, porte de Vincennes à Paris. Voici ce qu'il faut en retenir.

 Chérif Kouachi se réclame d'Al-Qaïda du Yémen

BFMTV a joint l'un des deux frères, vendredi matin, par accident, alors qu'un journaliste de la chaîne d'information tentait d'entrer en contact avec des témoins dans l'imprimerie prise en otage à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). Après un bref échange, la chaîne d'informations l'a rappelé, prenant le soin d'enregistrer la conversation. Chérif Kouachi affirme alors appartenir à "Al-Qaïda du Yémen" et précise avoir été formé et financé par l’imam Anwar Al-Awlaki, tué en septembre 2011 par une attaque américaine. "On est les défenseurs du prophète", déclare-t-il.

Cette appartenance revendiquée à Al-Qaïda au Yémen confirme ce qu'avait rapporté un témoin le jour de l'attentat visant la rédaction de Charlie Hebdo. Elles vont également dans le sens des informations du renseignement américain et de ce qu'a déclaré un homme qui s'est fait voler sa voiture par les frères Kouachi, vendredi matin, dans l'Oise.

"Est-ce qu'on a tué des civils ou des gens ? Est-ce qu'on était assoiffés de sang pendant les 2 jours que vous nous cherchiez ? dit le jeune homme à un journaliste de BFMTV. On n'est pas des tueurs, nous, on est des défenseurs du prophète."

Coulibaly dit être lié à l'organisation Etat islamique...

De son côté, Amedy Coulibaly, le forcené de Montrouge et l'assaillant de l'épicerie casher de la porte de Vincennes, contacte BFMTV à 15 heures, vendredi, en pleine prise d'otages. Il indique appartenir à l'organisation Etat islamique et explique s’être "synchronisé" avec les frères Kouachi : Oui, on s'est synchronisés pour faire les opérations. (...) On s'est juste synchronisés pour le départ : quand ils ont commencé à faire Charlie Hebdo, moi j'ai commencé les policiers"détaille-t-il. Il explique qu'il a effectué cette "opération" pour "défendre les musulmans opprimés", notamment en Palestine, et dit avoir attaqué un magasin casher car il visait des juifs.

Amedy Coulibaly avait des liens avec Chérif Kouachi. Les deux hommes rendaient visite ensemble à Djamel Beghal, à Murat, dans le Cantal, où ce dernier était assigné à résidence avant d'être incarcéré.

BFMTV a choisi de ne pas diffuser l'intégralité de son échange avec Amedy Coulibaly, pour ne pas relayer sa propagande. Mais le journaliste de RFI David Thomson publie sur Twitter un passage censuré :  

... et demande aux otages de manifester pour laisser "les musulmans tranquilles"

A 15 heures passées, RTL tente de joindre l'épicerie casher de la porte de Vincennes. Amedy Coulibaly décroche, mais ne répond pas directement, puis raccroche mal le combiné. La radio capte alors une longue conversation entre le terroriste et quelques otages. "A chaque fois, eux, ils essaient de vous faire croire que les musulmans sont des terroristes. Moi, je suis né en France. S'ils n'avaient pas été attaqués ailleurs, je ne serais pas là", se justifie-t-il.

"Il y a eu le nord du Mali et il y a eu la Syrie, un coup monté en même temps (...) Il n'y a eu aucune exaction au Mali (...). Et Coulibaly se fait plus menaçant. Il prévient que d'autres hommes comme lui vont "venir, il y en aura de plus en plus."

Voir la vidéo
RTL

"Il faut qu'ils arrêtent (…) d'attaquer l'Etat islamique, qu'ils arrêtent de dévoiler nos femmes, qu'ils arrêtent de mettre nos frères en prison pour rien du tout", poursuit-il.

Puis il invite les otages à manifester : "Si jamais tous les individus arrivent à s'unir, comme là pour Charlie Hebdo, pour élire leur président, eh ben faites la même chose en vous unissant. Faites des manifestations et dites : 'Laissez les musulmans tranquilles et vous nous laissez tranquilles'. Pourquoi vous ne le faites pas ?" Deux heures plus tard, celui qui se réclame d'Oussama Ben Laden sera tué dans l'assaut des forces de l'ordre. Mais quatre otages seront également retrouvés morts, vraisemblablement tués avant l'intervention de la police.