Said Kouachi a été entraîné par Al-Qaida au Yémen, selon les Américains

L'un des deux auteurs présumés de l'attentat perpétré mercredi à Paris a voyagé au Yémen en 2011, notamment pour s'entraîner au maniement des armes, selon les Etats-Unis. 

Portraits de Chérif Kouachi (G) et Said Kouachi, diffusés par la préfecture de police de Paris, le 8 janvier 2015.
Portraits de Chérif Kouachi (G) et Said Kouachi, diffusés par la préfecture de police de Paris, le 8 janvier 2015. (POLICE FRANCAISE)

Mis à jour le , publié le

Suspectés d'être les auteurs de l'attentat meurtrier perpétré au siège du journal Charlie Hebdo mercredi 7 janvier, à Paris, les frères Kouachi figuraient "depuis des années" sur la liste noire du terrorisme américaine, a déclaré, sous couvert d'anonymat, un responsable américain, vendredi, confirmant une information du New York Times (en anglais).

>>> Attentat à Charlie Hebdo : suivez les recherches des suspects en direct

A ce titre, les noms de Said et Chérif Kouachi apparaissaient sur la fameuse "No Fly List", qui interdit à ceux qui y figurent de prendre des vols au départ ou à destination des Etats-Unis.

Aqpa plutôt que le groupe EI ?

Le New York Times a par ailleurs révélé que Said Kouachi, l'aîné des deux frères, avait voyagé en 2011 au Yémen, où il s'est notamment entraîné au maniement des armes. Il y aurait passé "plusieurs mois", avant de revenir en France. Une information en partie confirmée par la garde des Sceaux, Christiane Taubira, interrogée sur CNN (en anglais).

Sur Twitter, le chercheur et consultant sur les questions islamistes Romain Caillet estime ainsi que les frères Kouachi pourraient davantage se revendiquer d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique que du groupe Etat islamique. 

Selon une source gouvernementale française citée par Libération, c’est bien dans l’orbite d’Al-Qaïda que graviteraient les membres du commando qui a frappé Charlie Hebdo

Les deux hommes étaient toujours en fuite vendredi matin, et traqués par les forces de l'ordre dans le nord de la France, où ils ont été repérés jeudi matin. Malgré l'obscurité, et avec l'aide de plusieurs hélicoptères, la chasse à l'homme s'est poursuivie dans la nuit de jeudi à vendredi. En vain pour le moment.