"Charlie Hebdo" : Charb "mérite le Panthéon", selon Jeannette Bougrab, sa compagne

L'ex-secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy a témoigné, jeudi, sur France 2.

Jeannette Bougrab, compagne du directeur de "Charlie Hebdo", Charb, et ancienne secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy, face aux caméras d'"Envoyé spécial", sur France 2, le 8 janvier 2015.
Jeannette Bougrab, compagne du directeur de "Charlie Hebdo", Charb, et ancienne secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy, face aux caméras d'"Envoyé spécial", sur France 2, le 8 janvier 2015. ( FRANCE 2)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il est mort la tête haute. C'était un soldat. Il mérite un miliard de fois d'être au Panthéon." Jeannette Bougrab, ex-secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy, est la compagne de Charb, directeur de Charlie Hebdo, mort lors de l'attaque du journal satirique. Emue aux larmes, elle a témoigné face aux caméras de l'émission "Envoyé spécial", diffusée sur France 2, jeudi 8 janvier. Elle a notamment décrit le dessinateur comme quelqu'un de "très gai, joyeux, enfantin, espiègle".

Voir la vidéo
FRANCE 2

>>> La traque se poursuit en Picardie, neuf personnes en garde à vue. Suivez la situation en direct

"Il est mort debout car il défendait la laïcité et l'esprit voltairien", a-t-elle également déclaré sur BFMTV. Elle a alors estimé que Charb et les autres membres de Charlie Hebdo tués lors de l'assaut étaient des "résistants".

Elle a violemment critiqué ceux qui accusaient son compagnon d'islamophobie, précisant qu'il était sur le point de sortir un livre sur ce thème. Elle a alors visé le parti des Indigènes de la République, qui avait accusé, en 2011, Charlie Hebdo d'être "raciste, sioniste et ami des puissants". Selon elle, "ils sont coupables". "Je le dis et je l'assume", a asséné Jeannette Bougrab.

Sur l'avenir du journal, elle a simplement précisé que "certains [membres de la rédaction] ne poursuivront pas l'aventure Charlie car ils sont terrorisés". Et de s'inquiéter sur l'état de la France : "Aujourd'hui en France, quand on prend un crayon, on peut vous tuer."