Attentat à "Charlie Hebdo" : que dire à vos enfants ?

Parler à vos enfants de ce qui s'est produit mercredi au siège du journal "Charlie Hebdo" est capital. Mais choisir les bons mots l'est tout autant. 

A Marseille, un enfant et son père participent à un rassemblement en hommage aux victimes de l'attentat commis au siège du journal "Charlie Hebdo", le 7 janvier 2015 à Paris.
A Marseille, un enfant et son père participent à un rassemblement en hommage aux victimes de l'attentat commis au siège du journal "Charlie Hebdo", le 7 janvier 2015 à Paris. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

Si vous avez des enfants, vous vous êtes sans doute posé la question : faut-il parler avec eux de l'attentat meurtrier perpétré au siège du journal Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier à Paris ? Et, plus précisément, que leur dire ? Que répondre à leurs questions ? Les spécialistes, interrogés par différents médias jeudi, sont unanimes : parler de ce qui s'est passé est capital. Mais choisir les bons mots l'est tout autant.

Aborder le sujet avec eux

"Avant de parler aux enfants, veillez à digérer vous-même l'information, conseille toutefois la psychologue Syrine Slim, sur le site Magic MamanIl faut d'abord tenter de prendre un peu de recul sur ce que vous ressentez face à ce tragique événement."

Ensuite, l'important est de ne pas éviter le sujet : accompagnez-les face à l'actualité. Car à l'école, que ce soit avec leurs enseignants ou avec leurs camarades, vos enfants risquent de "parler de ce qui s'est passé", souligne la psychanalyste Claude Halmos sur 20 Minutes.fr. "Le sujet ne doit donc pas être tabou", poursuit-elle, notamment parce que "les plus petits peuvent fantasmer sur des événements qui n'ont rien à voir avec cette tragédie".

Puis questionnez vos enfants. Posez-leur des questions, pour savoir ce qu'ils savent de ce qui s'est passé, ce qu'ils ont retenu, ce qu'ils ont compris. Si l'enfant a une vision plutôt floue de l'évènement, "mieux vaut être succinct", explique le psychologue Harry Ifergan à nos confrères de francetv éducation. "Si l’enfant semble avoir tout compris et qu’il manifeste une réaction forte, le parent doit prendre le temps d’expliquer le pourquoi de l’évènement."

Répondre à leurs questions et les rassurer

Principal problème auquel sont confrontés les parents : résumer aux enfants ce qui s'est passé, dans des mots simples mais pas réducteurs. "Il faut leur dire que des personnes ont tué des journalistes qui défendaient la liberté, en leur expliquant que certaines personnes ne supportent pas que l'on ne pense pas la même chose qu'elles", conseille la psychanalyste Claude Halmos.

Il faut aussi se montrer rassurant. "Il faut insister sur le fait que les adultes sont là pour les protéger", préconise la psychanalyste Liliane Holstein, interrogée sur le site du magazine Marie Claire"Il faut rappeler également que cela reste et restera un événement exceptionnel", ajoute sa consœur Syrine Slim. Pour la psychothérapeute Audrey Akhoun, interrogée sur Europe 1, l'essentiel est de "leur expliquer qu'il y a la police, l'Etat, et que tout est mis en œuvre pour que ces gens qui ont mal agi soient retrouvés et punis en conséquence". "Il est également important de souligner la solidarité internationale, reprend Liliane Holstein. Les autres pays sont comme une famille qui viendrait au chevet de leur petite sœur blessée."

Leur parler de liberté et de respect de l'autre

Dans un second temps, les spécialistes conseillent unanimement de poursuivre la discussion, en l'élargissant à des thèmes de société. Leur parler de la liberté de la presse, de la liberté d'expression, de la démocratie, de respect de l'autre, de la laïcité, de ce que signifie une minute de silence… 

"Parler, c'est tenter de dégager du sens : bien sûr, c'est difficile, car justement, ce qui s'est passé mercredi en a si peu... Mais le travail des journalistes de Charlie Hebdo, celui des policiers, lui, en a. A partir de cela, on peut parler", résume, dans La Provence, le psychologue Pascal Micaelli.

Leur proposer des supports adaptés

Lors d'événements aussi violents, les programmes d'actualités générales ne sont pas toujours adaptés aux plus jeunes, qui ne devraient pas être laissés seuls devant leur écran, souligne Harry Ifergan. 

Mais des ressources existent : exceptionnellement, le groupe Playbac Press a décidé de mettre en ligne gratuitement, au format PDF, une édition spéciale de ses journaux pour enfants, consacrée à l'attentat mené contre Charlie Hebdo : Le Petit Quotidien (6-10 ans), Mon Quotidien (10-14 ans) et L'Actu (14-18 ans). Trois éditions qui peuvent aider enfants et parents à parler de ce qui s'est passé.