Air France : deux pilotes écopent d’une suspension de 15 jours

Les deux pilotes étaient accusés d’avoir facilité l’entrée des manifestants, lors du CCE du 5 octobre 2015 d’Air France, plus connu désormais sous le nom de "l’affaire de la chemise arrachée". Ils sont suspendus pendant 15 jours, sans solde.

(Les salariés avaient manifesté en décembre dernier, en faveur des deux pilotes accusés. Manifestation menée par Philippe Martinez, secretaire general de la CGT © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Lors du CEE d’octobre dernier, Air France présentait son plan de restructuration qui prévoyait notamment la suppression de 2900 postes.

Deux pilotes ont été accusés de faciliter l’accès aux salariés mécontents, qui ont interrompu la réunion.

Une sanction minimale

La sanction aurait pu être plus lourde. En théorie, les deux pilotes risquaient quatre ans de blocage d’avancement, la sanction maximale demandée par la compagnie aérienne.

Mais pour cela, il aurait fallu l’unanimité au sein du conseil de discipline. Ce conseil est une instance paritaire composée de trois membres de la direction et de trois membres de syndicats de pilotes. L’unanimité semblait donc difficile à obtenir. C’est donc la sanction minimale de 15 jours de suspension sans solde qui a été retenue.

La sanction ne sera officiellement notifiée que dans une dizaine de jours. Le compte rendu du conseil de discipline doit être rédigé et transmis au directeur adjoint d’Air France en charge des opérations aériennes, ainsi qu’au DRH, qui valideront la sanction.

Mais la procédure ne s’arrêtera pas là, puisque les pilotes auront dix jours de plus pour introduire un recours gracieux, qui sera examiné sous quinzaine par la direction.