Pédophilie : le cardinal Barbarin visé par une plainte dans une enquête pour "non-dénonciation de crime"

L'enquête a été ouverte à la suite d'un signalement de victimes d'un prêtre lyonnais, mettant en cause des responsables du diocèse de Lyon, dont le cardinal Philippe Barbarin.

Le cardinal Barbarin en avril 2014, à l'église Saint-Joseph de Lyon. 
Le cardinal Barbarin en avril 2014, à l'église Saint-Joseph de Lyon.  (SAFIN HAMED / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le cardinal Barbarin est dans le viseur de la justice. Le parquet de Lyon a ordonné la semaine dernière une enquête préliminaire pour "non-dénonciation de crime" et "mise en danger de la vie d'autrui", a-t-on appris vendredi 4 mars. L'enquête a été ouverte à la suite d'un signalement de victimes de Bernard Preynat, un prêtre lyonnais, mis en examen le 27 janvier pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991, après avoir reconnu les faits.

Les victimes mettent en cause plusieurs responsables du diocèse de Lyon et de l'Eglise qu'elles accusent de ne pas avoir dénoncé à la justice les agissements passés de ce prêtre, qui avait retrouvé depuis les faits des postes au contact d'enfants.

"C'est rassurant de voir que la justice agit"

François Devaux, qui dit avoir été victime de Bernard Preynat en 1990, à l'âge de 10 ans, a ainsi porté plainte vendredi contre six membres de l'Eglise : le cardinal et archevêque de Lyon Philippe Barbarin, son directeur de cabinet Pierre Durieu, la déléguée épiscopale Régine Maire, le vicaire Xavier Grillon, le cardinal Gerhard Ludwig Müller et l'évêque Luis Ladaria Ferrer. Ces deux derniers prélats sont respectivement préfet et secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, une institution du Vatican chargée de "protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique".

"Je trouve que la justice a réagi très vite et qu'elle est pour le moment exemplaire, explique François Devaux à francetv info. Aujourd'hui âgé de 36 ans, ce père de famille fait partie de l'association La Parole libérée, qui regroupe plusieurs victimes de Bernard Preynat. Ensemble, ils ont tenté d'alerter les autorités religieuses, allant jusqu'à écrire au pape, sans résultat. "C'est rassurant de voir que la justice agit, alors que le diocèse en a été incapable", commente François Devaux, qui dit avoir porté plainte "par devoir".

Dans une interview donnée à La Croix le 10 février, le cardinal Barbarin avait admis avoir été informé des agissements du père Breynat en 2007, mais ne pas avoir jugé bon de le suspendre, parce que le prêtre lui avait assuré que "depuis 1991, il ne s'était pas passé la moindre chose".

Une première depuis la Révolution française ?

François Devaux explique que Philippe Barbarin l'a contacté "il y a trois semaines" pour le rencontrer, mais il n'a pas donné suite. "C'est trop tard, explique-t-il à francetv info. Il savait et il l'a nommé doyen, à donner des cours de catéchisme à des petits enfants. C'est inadmissible."

Si le cardinal Barbarin était poursuivi en justice, "ce serait la première fois depuis la Révolution française" pour un cardinal, réagit Bertrand Virieux, le porte-parole de La Parole libérée, à francetv info. "C'est quand même quelqu'un d'important", ajoute François Devaux, qui espère faire "bouger les choses au sein de l'Eglise". "Plus on parle de ces affaires de pédophilie, plus c'est susceptible de changer", ajoute-t-il.