Plats préparés à base de viande : pas de "fraudes massives" mais "quelques soucis"

Le magazine "60 Millions de consommateurs" a fait analyser 60 plats préparés. Résultat : pas de viande de cheval "mais quelques petits soucis", annonce Benjamin Douriez, le rédacteur en chef de la publication, jeudi. 

Une femme devant un rayon de plats surgelés dans un supermarché, à Paris. 
Une femme devant un rayon de plats surgelés dans un supermarché, à Paris.  (GARO / PHANIE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Les burgers, les lasagnes, les hachis Parmentier préparés ne feront pas scandale cette année, annonce Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint du magazine 60 Millions de consommateurs sur Franceinfo jeudi 23 février. "Aucune fraude massive n’a été détectée sur les 60 plats préparés analysés. Aucun ne contient de traces de viande de cheval", précise-t-il.

Du porc dans des raviolis... au boeuf

L’analyse montre en revanche quelques problèmes chez certains industriels. "On a quelques petits soucis, révèle-t-il. On a trouvé du buffle dans une référence de hachis Parmentier (...) et également du porc dans des raviolis alors qu’ils devaient être au bœuf. Il peut s’agir d’une contamination accidentelle en usine, une machine, une chaine mal nettoyée entre deux produits." Ces deux produits ne sont pas conformes et ont été déclassés avec une note de 2/60.

La qualité du produit n’est pas toujours présente précise Benjamin Douriez : "Il y a parfois de très bonnes surprises avec des marques de distributeurs qui sont plus abordables et qui s’en sortent parfois très bien, parfois mieux que des grandes marques. Mais ce n’est pas toujours le cas on a parfois aussi des produits plus chers qui ne s’en sortent pas bien". Sur le plan nutritionnel, "ce n’est également pas terrible puisque ce sont des produits assez gras, assez salés", souligne-t-il.

Pas d'effet sur les ventes à long terme

Le niveau des ventes avait chuté après l’annonce du scandale de la viande de cheval. Le magazine 60 Millions de consommateurs révèle que "l’effet des crises sanitaires s’estompe au fil du temps", selon Benjamin Douriez. Il est probable que les ventes vont remonter et qu’elles vont retrouver leur niveau initial". Cependant, "il y a une évolution à moyen terme dans les habitudes des consommateurs, on cuisine tous un petit peu plus, on se repose un petit peu moins sur ces plats préparés", tempère-t-il.

Plats préparés à base de viande : pas de "fraudes massives" mais "quelques soucis", selon Benjamin Douriez
--'--
--'--