Abdelghani Merah : "Je veux utiliser ce nom, Merah, pour cette fois-ci éveiller les consciences"

Cinq ans après les tueries de Mohamed Merah, son frère Abdelghani Merah termine dimanche à Paris une marche de deux mois dans toute la France pour dénoncer l'intégrisme islamiste. franceinfo l'a rencontré.

Cinq ans après les tueries de son frère Mohamed, Abdelghani Merah a entamé une longue marche à travers la France pour alerter sur la montée de l\'intégrisme religieux.
Cinq ans après les tueries de son frère Mohamed, Abdelghani Merah a entamé une longue marche à travers la France pour alerter sur la montée de l'intégrisme religieux. (ALICE SERRANO / RADIO FRANCE)
avatar
Edité par Cécile MimautAlice SerranofranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Il y a cinq ans jour pour jour, le 19 mars 2012, Mohamed Merah sort son arme devant l'école Ozar Hatorah (aujourd'hui Ohr Torah) de Toulouse. L'homme tue froidement Jonathan Sandler, ses deux fils âgés de 5 et 3 ans, Myriam Monsonego, 7 ans, et blesse Bryan, 15 ans. Ce sont les dernières victimes de celui que l'on appelle alors "le tueur au scooter". En moins de dix jours, sept personnes tombent sous les balles de Mohamed Merah. L'homme sera ensuite abattu par le Raid.

Pour dénoncer ces crimes et l'intégrisme islamiste, son frère aîné, Abdelghani Merah, termine dimanche 19 mars à Paris une marche de deux mois dans toute la France sur le tracé de "la marche des beurs" qui s'est déroulée il y a 34 ans.

Reportage franceinfo d'Alice Serrano, qui a rencontré Abdelghani Merah
--'--
--'--

Un nom lourd à porter

D'emblée, Abdelghani Merah évoque sans détours, la gorge serrée, les meurtres de son frère. "Il a tué des enfants. J'ai du mal à l'effacer de ma mémoire. C'est très dur. Quand je vois un attentat, ce sont les sept victimes de Mohamed Merah qui me reviennent", nous dit-il.

Le quadragénaire tient à prendre ses distances avec "le tueur au scooter", avec qui la ressemblance physique est troublante. Tout en marchant sur les routes de Côte-d'Or, une cape de pluie et un gros sac à dos sur les épaules, Abdelghani Merah évoque ce nom. Un nom lourd à porter pour ce père de famille et auquel il veut désormais donner du sens. 

Je veux utiliser ce nom, "Merah", pour cette fois-ci éveiller les consciences et dire que le danger est beaucoup plus profond qu'on ne croit

Abdelghani Merah

à franceinfo

Abdelghani sait de quoi il parle. Son autre frère, Abdelkader, faisait du prosélytisme à Toulouse après sa sortie de prison. "Il se balade avec son petit Coran, sa grosse barbe, pour rapatrier le maximum possible de jihadistes, se souvient-il. S'ils voient la moindre faille en vous, ils y rentrent et ne vous lâchent plus."

Un terreau familial propice à la radicalisation

Abdelkader Merah sera jugé en octobre prochain pour complicité d'assassinat avec Mohamed. Lui et sa sœur Souad, aujourd'hui partie en Algérie, sont responsables de la radicalisation de Mohamed, selon leur frère Abdelghani, même si le terreau familial était déjà propice. L'aîné de la fratrie évoque des parents immigrés algériens, analphabètes, qui tiennent à la maison des propos antisémites et hostiles à l'égard de l'Occident.

Mes parents ont fait la fête le 11 septembre 2001

Abdelghani Merah

à franceinfo

À cause des origines juives de sa femme, Abdelghani se fait poignarder par son frère Abdelkader à sept reprises. Il prend alors ses distances avec sa famille et éloigne son fils, aujourd'hui âgé de 20 ans. "Quand ils traitaient mon fils de 'bâtard', pour moi c'était foutu. Quand ma propre mère traitait devant moi la mère de mon fils de 'sale juive', c'est là où je me suis dit que je n'étaient vraiment pas de chez eux", confie-t-il. 

Fort de son histoire familiale, Abdelghani Merah veut lancer un appel à destination des jeunes musulmans. "Battez-vous ! Levez-vous ! Sortez de vos quartiers pour certains, faites sauter ces barrières. Les gens ne resteront pas indifférents. Je le vois tous les jours à travers ma marche", dit-il.

Le Chant des partisans pour carburant

Bonnet sur la tête, Abdelghani parcourt seul 35 à 40 km par jour. Casque sur les oreilles, il marche au rythme de la musique avec, au démarrage et à l'arrivée de chaque ville, toujours la même chanson, un titre de Sianna intitulé Un havre de paix, "parce qu'elle parle un peu de la vie des jeunes", explique-t-il : "Face à Lucifer, faut s'serrer les coudes. Le mal nous tourne autour et nos mères en souffrent. En bas de nos tours, les petits sont déterminés...", raconte la chanson. "Et j'ai vu toutes ces mamans qui souffraient", raconte Abdelghani Merah.

Dans un autre registre, il nous fait aussi écouter Le Chant des partisans, interprété parJean Ferrat. "Dès que j'ai un coup de pompe, que je suis fatigué, je l'écoute. C'est la meilleure chanson pour me remotiver", nous dit-il. Et de poursuivre : "Ce sentiment révolutionnaire, c'est en France que je l'ai appris. Face à l'infâme, ne jamais se laisser faire. Jamais".

Une marche pour le souvenir et un avenir meilleur

Abdelghani Merah a parcouru plus de 1 000 km sur les routes goudronnées de France, passant des champs d'oliviers méditerranéens aux châtaigners franciliens. Il est fier d'avoir battu le record de "la marche des beurs". Nous croisons une femme sur le chemin. A-t-elle déjà entendu parler de "la marche des beurs" ? Elle nous dit que non.

Même si cette marche lui paraît saugrenue, elle souhaite malgré tout "bon courage" à Abdelghani. Il est "un peu déçu", mais ne lui dit pas en face "pour ne pas la vexer", dit-il. "Je suis quand même surpris. Ce sont des gens qui se sont battus pour montrer à la France que les enfants d'immigrés aimaient la France et ça n'a pas été assez reconnu", estime-t-il. Aujourd'hui, il veut croire en l'utilité de son initiative. 

J'espère qu'à travers cette marche les consciences vont se réveiller et que ces trois valeurs que la France m'a apprises, la liberté, l'égalité et la fraternité, piquées par les extrémistes religieux, on va les récupérer

Abdelghani Merah

à franceinfo

Parti seul de Marseille, Abdelghani attend plusieurs centaines de personnes à son arrivée à Paris et voit même plus grand. "Mon sac à dos, mes chaussures et mes écouteurs sont à disposition de celui qui veut reprendre le flambeau au retour", lance-t-il sur un ton de défi.