INA : Mathieu Gallet et Agnès Saal visés par une plainte d'Anticor

L'association de lutte contre la corruption a déposé plainte contre X pour  "détournement de fonds publics" et "favoritisme". 

Le président de Radio France, Mathieu Gallet, avant son audition par la Commission de la culture, de l\'éducation et de la communication du Sénat, le 7 mai 2015.
Le président de Radio France, Mathieu Gallet, avant son audition par la Commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat, le 7 mai 2015. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Mathieu Gallet et Agnès Saal n'en ont pas fini avec les ennuis. L'association Anticor a déposé une plainte visant les dépenses de taxis de l'ex-PDG de l'INA, Agnès Saal, et les contrats passés par Mathieu Gallet, actuel patron de Radio France, à l'époque où il présidait l'Institut, a indiqué l'avocat de l'association anti-corruption, vendredi 29 mai.

L'association pointe de "multiples infractions touchant à la probité publique", selon le détail de la plainte, consultée par l'AFP et révélée par France Inter et France Info"Pour un établissement financé en majeure partie par le contribuable, il y a une totale désinvolture, voire plus, sur la gestion de l'argent public à un moment où l'Etat se doit d'être exemplaire", a estimé Jérôme Karsenti, avocat d'Anticor.

Voici ce que l'association reproche aux deux intéressés. 

Les frais de taxis d'Agnès Saal

Anticor a porté plainte contre X au parquet de Créteil pour "détournement de fonds publics" en ce qui concerne Agnès Saal. Nommée à la tête de l'INA (Institut national de l'audiovisuel) en 2014, Agnès Saal a été poussée à la démission fin avril après avoir été épinglée pour avoir dépensé plus de 40 000 euros de taxis en dix mois, dont 6 700 euros par son fils qui disposait de son code de réservation auprès de la compagnie G7. "Il n'est pas contestable, en l'espèce, que madame Agnès Saal a utilisé à des fins personnelles, pour partie, les taxis qu'elle commandait et payait avec les deniers publics de l'INA", affirme l'association dans sa plainte.

Selon les avocats d'Agnès Saal, Jean-Pierre Mignard et Pierre-Emmanuel Blard, l'ex-PDG de l'INA a remboursé 15 940 euros de frais de déplacement, dont 6 700 euros de "dépenses imputables à son fils" et 5 840 euros de "déplacements de nature privée", écrivent-il dans un document transmis à l'AFP.

Ses avocats font aussi valoir que l'ensemble des frais de taxis d'Agnès Saal "sont inférieurs au montant des moyens qui étaient proposés à Mme Saal", à savoir un second chauffeur, dont "le coût annuel (...) aurait été de 62 000 euros", hors frais liés à l'usage de la voiture. En cumulant frais de mission, de déplacement et de réception, les avocats affirment, selon leurs calculs, que Mathieu Gallet dépensait davantage qu'Agnès Saal lorsqu'il présidait l'INA.

Les contrats passés par Mathieu Gallet

Anticor a porté plainte contre X au parquet de Créteil pour "favoritisme" pour les faits concernant Mathieu Gallet. Ce dernier est visé par Anticor pour des contrats passés lorsqu'il était président de l'INA entre 2010 et 2014.

L'association se fonde sur un article du Canard enchaîné publié début mai. Selon l'hebdomadaire, un service du ministère de l'Economie a révélé des "irrégularités" dans plusieurs marchés publics passés sans aucune mise en concurrence et portant sur plus d'un million d'euros avec des cabinets de conseil. Parmi ces marchés figurent notamment des contrats avec les sociétés OpinionWay puis Balises, pour un montant total de près de 250 000 euros. Or, Balises est présidée par Denis Pingaud, actuel conseiller en communication de Mathieu Gallet à Radio France. Et Denis Pingaud était vice-président d'OpinionWay lors de la signature des contrats avec l'INA.

Anticor déplore que le ministère de la Culture n'ait pas saisi le parquet à la suite de ces révélations. "On voit bien qu'il y a une certaine acceptation des institutions pour dire que la gabegie financière est tolérable, a regretté l'avocat Jérôme Karsenti. On porte plainte pour alerter les services publics de leur responsabilité."