Affaire des "mariages chinois" à Tours : la principale accusée condamnée à un an de prison ferme

L'organisatrice de simulacres de mariages a été condamnée à trente mois de prison dont douze ferme, par le tribunal. Lise Han choisissait elle-même les conditions du marché public passé avec sa propre entreprise, qui organisait les festivités.

La principale accusée dans l'affaire dite des "mariages chinois", Lise Han, à Tours  (Indre-et-Loire), le 7 avril 2015.
La principale accusée dans l'affaire dite des "mariages chinois", Lise Han, à Tours (Indre-et-Loire), le 7 avril 2015. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le tribunal correctionnel de Tours (Indre-et-Loire) a condamné Lise Han, principale accusée dans l'affaire dite des "mariages chinois", à trente mois de prison dont douze ferme, jeudi 7 janvier. La justice lui reproche son rôle dans l'organisation de simulacres de mariages pour touristes chinois, présidés par l'ancien maire de Tours, Jean Germain. L'édile s'est suicidé, le 7 avril 2015, quelques instants avant l'ouverture du procès où il devait comparaître. Celui-ci avait alors été ajourné jusqu'en octobre dernier.

Lise Han a été condamnée pour de nombreux chefs, dont escroquerie et détournement de fonds publics. En plus de cette peine de prison, elle devra indemniser les parties civiles et est définitivement interdite de diriger ou gérer une entreprise.

L'organisatrice en plein conflit d'intérêts

Jean Germain avait nommé cette femme à son cabinet en 2008, pour superviser les "noces romantiques" de touristes chinois en Touraine. La Taïwanaise, qui officiait en tant que "conseillère chargée des relations franco-chinoises", choisissait elle-même les conditions du marché public passé avec sa propre entreprise, qui organisait les festivités.

Le concept a connu un succès retentissant : 200 couples se sont dit "oui" dans la salle des mariages de la mairie de Tours. Contre 3 000 euros, ils pouvaient faire un mariage fictif devant le maire, puis une séance photos sur les bords de la Loire avant de terminer la journée par un banquet.

Lise Han et les trois autres condamnés devront indemniser solidairement la ville de Tours, à hauteur de 500 000 euros, et verser 30 000 euros pour l'atteinte à l'image de la commune. "Tous [les prévenus] ont été condamnés. Cela montre que si Jean Germain avait été là, à l'évidence, il aurait été lourdement condamné", a estimé l'avocat de Lise Han, Gérard Chautemps.