Violences à Beaumont-sur-Oise : les habitants obligés d'éteindre eux-mêmes l'incendie

Un bus et six voitures ont brûlé dans la nuit du mercredi à jeudi, dans le quartier de Boyenval à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise). Adama Traoré y avait trouvé la mort, en juillet dernier, au cours de son interpellation par les gendarmes.

Des voitures incendiés dans le quartier Boyenval à Beaumont-sur-Oise (Val d\'Oise), le 24 novembre 2016. 
Des voitures incendiés dans le quartier Boyenval à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise), le 24 novembre 2016.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
logo
Radio France

Mis à jour le
publié le

Les habitants du quartier de Boyenval, à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise), ont dû faire face à une nouvelle nuit de violence. Un bus et six voitures ont été incendiés dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 novembre. Ces tensions sont intervenues quelques heures après le placement en détention provisoire de deux frères d’Adama Traoré, mort le 19 juillet au cours de son interpellation par les gendarmes. Ses deux frères attendent aujourd'hui leur jugement pour outrage et menaces sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

Les habitants interviennent seuls

Malgré le déploiement d'importantes forces de sécurité, dans la nuit de mercredi à jeudi, les habitants ont dû intervenir eux-mêmes pour combattre les flammes. "On a vu des gens arriver et courir dans le bus, taper le chauffeur… S’il y avait eu des enfants à l’intérieur, c’était la même chose !", s’indigne une passagère du bus incendié.

Plusieurs voyageurs se trouvaient à bord quand un groupe d'individus cagoulés l'a littéralement pris d'assaut à un arrêt au pied des immeubles. L'incendie s’est propagé rapidement aux voitures garées de l'autre côté de la rue. Six d’entre elles ont été endommagées ou détruites.

Au bout de quelques dizaines de minutes, les flammes ont atteint la clôture d’une maison adjacente, toujours sans intervention des sapeurs-pompiers. Les habitants ont donc décidé de prendre les choses en main. "On a explosé la borne incendie pour éteindre le feu, explique l’un d’eux. On a appelé les pompiers à plusieurs reprises, mais ils avaient peur de se faire caillasser."

Des gens ne peuvent plus aller travailler et sont obligés de se racheter une voiture. C’est honteux ! Merci aux pompiers en tout cas !

Un habitant du quartier de Boyenval

à franceinfo

A l’aide de seaux et grâce au jet d’eau du jardin voisin, les habitants ont réussi à maîtriser seuls l'incendie. Les pompiers, eux, n’ont pu intervenir qu’aux alentours de minuit, encadrés par les gendarmes. Ils étaient jusqu'à 130 déployés sur l'ensemble de la commune. Un hélicoptère a par ailleurs survolé le quartier.

Rien à voir avec la famille d'Adama Traoré, selon les habitants

Dans la journée, la décision de placer deux frères d’Adama Traoré en détention préventive a bien provoqué l'indignation. Mais en ce qui concerne l'incendie du bus, les habitants sont tous formels, cela n’a rien à voir avec la famille du jeune homme. "Ils nous ont même aidés à éteindre le feu", insiste une habitante.

Jointe par franceinfo, la sœur d'Adama Traoré, Assa, le confirme et condamne ces violences, qui assure-t-elle, n'ont rien à voir avec sa famille. Le chauffeur du bus molesté a quant à lui été pris en charge par les pompiers.