Affaire Adama Traoré : le conseil municipal de Beaumont-sur-Oise annulé, deux frères Traoré interpellés

Depuis le décès d'Adama Traoré, en juillet dernier, Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) est sous tension. Mardi, le conseil municipal de la ville a été annulé et deux frères d'Adama ont été interpellés.  

Plusieurs dizaines de personnes ont empêché la tenue du conseil municipal, jeudi 17 novembre, à Beaumont-sur-Oise (Val-d\'Oise).
Plusieurs dizaines de personnes ont empêché la tenue du conseil municipal, jeudi 17 novembre, à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise). (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, mardi 22 novembre, la famille d'Adama Traoré, 24 ans, mort le 19 juillet dernier lors de son interpellation par les gendarmes, appelle à un rassemblement à 20 heures, devant la mairie de Beaumont-sur-Oise. Deux frères du jeune homme ont été interpellés dans la matinée, conduits à la gendarmerie de Pontoise et placés en garde à vue pour "outrage" et "violences", après des échauffourées la semaine dernière.

Le conseil municipal de Beaumont-sur-Oise, qui devait se tenir mardi soir, est annulé "pour des raisons de sécurité", selon un communiqué de la mairie. La municipalité évoque "des menaces avérées circulant sur les réseaux sociaux".

La maire de Beaumont-sur-Oise souhaite porter plainte pour diffamation contre la soeur Traoré

Jeudi 17 novembre, une quarantaine de personnes originaires du quartier du Boyenval à Beaumont-sur-Oise ont tenté d'entrer dans la mairie pour empêcher la tenue du conseil municipal. La situation a ensuite dégénéré, une policière municipale a été frappée au visage, soixante gendarmes sont intervenus et deux personnes ont été interpellées.

Le conseil municipal devait alors voter une disposition pour prendre en charge les frais de justice à la suite de la volonté de la maire de la commune d'attaquer la sœur d'Adama Traoré pour diffamation, suite à ses propos lors d'une interview sur Canal+, fin septembre. Assa Traoré avait déclaré : "La maire a choisi son camp, on sait de quel côté elle se met, du côté des gendarmes, ce qui veut dire aussi du côté de la violence policière".