Affaire Adama Traoré : Cazeneuve appelle à un "retour au calme" à Beaumont-sur-Oise

La tension est de nouveau montée d'un cran dans cette commune du Val-d'Oise après l'arrestation de deux frères d'Adama Traoré, mort en juillet au cours de son interpellation par les gendarmes. 

Le ministre de l\'Intérieur, Bernard Cazeneuve, prend la parole à l\'Institut français de civilisation musulmane, le 24 novembre 2016.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, prend la parole à l'Institut français de civilisation musulmane, le 24 novembre 2016. (CITIZENSIDE / FRANCK CHAPOLARD / AFP)
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après de nouveaux incidents, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé, vendredi 25 novembre, à un "retour au calme" à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), commune secouée par la mort d'Adama Traoré lors de son interpellation en juillet.

Dans un communiqué, le ministre indique avoir reçu, vendredi, Nathalie Groux, maire (UDI) de Beaumont-sur-Oise, et Arnaud Bazin (LR), président du conseil départemental du Val-d'Oise, à la suite des "violences récurrentes consécutives au décès" d'Adama Traoré, 24 ans.

Un dispositif de sécurité renforcé depuis mercredi 

Il précise avoir "rappelé" que la famille Traoré "a droit à la vérité sur les circonstances du décès de celui-ci, ce à quoi s'attache l'autorité judiciaire". Mais, ajoute-t-il, "la vérité ne saurait cependant advenir dans un climat de violence, au détriment de la sécurité". Il appelle donc "à un retour au calme" et "l'apaisement". Il a confirmé aux élus "que les renforts (de forces de l'ordre) d'ores et déjà déployés sur leur territoire seront maintenus, voire renforcés, autant que nécessaire".

Il a d'autre part "condamné les pressions et menaces dont les élus ont pu faire l'objet", les assurant de son "entier soutien". "Un peu plus de 170 gendarmes", ont de nouveau été déployés, vendredi soir, à Beaumont-sur-Oise et dans la commune voisine de Persan, a indiqué la préfecture du Val-d'Oise. Le directeur de cabinet du préfet du Val-d'Oise a aussi annoncé que "80 à 90 militaires seront aussi engagés en journée". Le dispositif sera "visible", avec des "patrouilles pédestres" et de l'"îlotage dans les quartiers", a-t-il précisé. 

Ce dispositif de sécurité "renforcé" avait déjà été mis en place jeudi soir, au lendemain d'incidents dans ces communes du Val-d'Oise. Un bus et six voitures avaient été incendiés, dans le quartier où vit une partie de la famille Traoré, quelques heures après l'incarcération de deux frères d'Adama Traoré.