Déraillement d'un TGV à Eckwersheim : la SNCF convoquée le 20 décembre en vue d'une possible mise en examen

L'accident avait fait 11 morts et 42 blessés, en 2015 : la SNCF pourrait être mise en examen dans le cadre de l'enquête sur le déraillement d'un TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin). Elle est convoquée le 20 décembre devant la justice. 

La rame d\'essai du TGV Est dans le canal à Eckwersheim (Bas-Rhin), le 15 novembre 2015, après le déraillement de la veille.
La rame d'essai du TGV Est dans le canal à Eckwersheim (Bas-Rhin), le 15 novembre 2015, après le déraillement de la veille. (FREDERICK FLORIN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La SNCF est convoquée le 20 décembre, en vue d'une possible mise en examen, dans le cadre de l'enquête sur le déraillement d'un TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin) le 14 novembre 2015, a appris franceinfo auprès de la SNCF, confirmant une information de Libération.

L'accident avait fait 11 morts et 42 blessés. franceinfo n'était pas en mesure, vendredi à 16h, de confirmer la convocation de Systra, filiale de la SNCF, également mise en cause dans ce dossier.

"Freinage tardif"

Le parquet de Paris a communiqué, fin octobre, les conclusions définitives de l'enquête judiciaire aux familles et aux victimes de l'accident. Elles pointent du doigt la responsabilité de la SNCF et de sa filiale Systra, chargée des essais, indiquant que l'équipage ne disposait ni des informations suffisantes, ni des compétences requises pour conduire ces essais.

La SNCF avait déclaré, le 19 novembre 2015, que le déraillement était dû "un freinage tardif" : la rame roulait à 243 km/h au lieu des 176 km/h requis. Elle avait déraillé et était tombée dans un canal. Deux salariés de la SNCF et un salarié de Systra ont déjà été mis en examen dans ce dossier, en octobre 2016, pour homicides involontaires et blessures involontaires.