Crash A320: Le témoignage d'un médecin du travail

Depuis quelques jours, l'enquête sur le crash de l'A320 de la Germanwings se concentre sur la personnalité d'Andreas Lubitz, le copilote de l'avion. Comment a-t-il pu cacher sa maladie à ses employeurs? Les équipes de France 2 ont rencontré un médecin du travail.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

La question du suivi des pilotes est soulevée après le crash du 24 mars. Chaque année, 500 pilotes de l'air passent par les bureaux où travaille le Dr Sami Mekhloufi, médecin du travail à l’aéroport de Saint-Exupéry à Lyon. Ce médecin constate une dégradation physique et psychologique dans cette profession: "Sur l'année 2014, j'ai pu constater 10 burnout parmi les personnels navigants. Jadis, nous consultions une fois par an et malheureusement, certaines compagnies ne suivent plus cette réglementation et préfèrent nous envoyer leur personnel navigant tous les deux ans... par souci économique". 

Ne rien dire

Le Dr Mekhloufi l'affirme, les personnels navigants sont dans la très grande majorité sérieux même si certains pourraient cacher leurs troubles. "Cela peut arriver, certains pourraient s’évertuer à vouloir voler mais c'est infinitésimal (...), bien sûr quelqu'un peut rester de marbre malgré une souffrance intense pendant la consultation", explique le professionnel. Le risque zéro n'existe pas : en dix ans, le médecin du travail a été confronté à trois suicides de pilotes pour des raisons strictement familiales.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pilotes dans un Boeing 787 au-dessus de Mexico, la capitale du Mexique.
Des pilotes dans un Boeing 787 au-dessus de Mexico, la capitale du Mexique. ( MAXPPP)