Accidents de Montflovin et de Rochefort : deux graphiques qui montrent le caractère exceptionnel de ces drames

Huit adolescents sont morts, mercredi et jeudi, dans des accidents d'autocars scolaires. Une série noire qui touche un des modes de transport les plus sûrs pour aller à l'école.

Le bus accidenté est évacué vers Pontarlier, dans le Doubs, le 10 février 2016.
Le bus accidenté est évacué vers Pontarlier, dans le Doubs, le 10 février 2016. (FABRICE COFFRINI / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les cris de détresse des proches des six adolescents tués par un camion qui a éventré leur autocar ont bouleversé Rochefort et la Charente-Maritime, jeudi 11 février. La veille, un accident a aussi coûté la vie à deux jeunes dans le Doubs

Ces drames qui frappent les transports scolaires restent, malgré tout, rarissimes. La preuve en deux graphiques.

Les accidents de cars scolaires sont rares, et plutôt en baisse

Depuis 2010, il y a eu moins de 100 accidents par an, impliquant un autocar ou un autobus de transport scolaire. C'est peu, par rapport au nombre total d'accidents corporels recensés chaque année par la Sécurité routière : 67 288 en 2010, 65 024 en 2011, 60 437 en 2012, 58 397 en 2013 et 59 854 en 2014.

Au total, 404 accidents impliquant un bus ou un car scolaire ont été comptabilisés entre 2010 et 2014.

Dans la plupart des cas, les victimes ne sont pas à l'intérieur du car

Mais surtout, la Sécurité routière et l'Anateep, l'association nationale pour les transports éducatifs de l'enseignement public, constatent que les accidents graves surviennent plutôt au moment de la montée ou de la descente des passagers du véhicule, au point d'arrêt. "Il s'agit de personnes qui se font écraser car le conducteur ne les a pas vues, pas d'accidents survenus pendant la circulation du véhicule", indique à francetv info Christophe Trébosc, secrétaire général de l'Anateep.

L'année 2013, est, à ce titre, très parlante : parmi les 9 personnes tuées dans des accidents impliquant un transport scolaire, 8 se sont fait renverser au point d'arrêt du bus. Aucune des personnes tuées ne se trouvait à bord d'un bus ou d'un car scolaire, ce qui souligne le caractère exceptionnel des accidents survenus mercredi dans le Doubs et jeudi en Charente-Maritime.

Au total, entre 2010 et 2014, seules deux personnes qui se trouvaient à l'intérieur d'un bus ou d'un car scolaire sont mortes : un passager de 16 ans et un conducteur de 57 ans.

Et comme la Sécurité routière le souligne, un enfant risque davantage de se faire renverser hors période scolaire, près de son domicile. Ainsi, sur les accidents pour lesquels l'information est enregistrée dans le fichier BAAC (PDF), 62% des blessés le sont lors de trajets de loisirs.