VIDEO. Brétigny : "Le train, pour moi, c'est encore un objet tabou", raconte un rescapé

"Le train, je peux même pas imaginer monter dedans aujourd'hui", confie une autre survivante.

Voir la vidéo
Clément Le Goff, David da Meda - France 2
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alors qu'un nouveau rapport d'enquête sur l'accident de train de Brétigny (Essonne) a été publié, vendredi 10 janvier, certains rescapés demeurent traumatisés. Jean-Robert Barroux, 66 ans, n'a plus repris le train depuis le drame. "Le train, pour moi, c'est encore un objet tabou, raconte-t-il. C'était une image de guerre qu'il y avait là, un enchevêtrement de ferraille, de taule, de cris, de bruits…" dit-il sur les lieux du drame. 

"Le train, je peux même pas imaginer monter dedans aujourd'hui. J'ai pu monter une fois dans le RER parce que je voulais voir si j'avais la possibilité de le faire et je me suis retrouvée au bord du malaise, confie Lauriane Welter, 28 ans, une autre rescapée. "J'ai envie de savoir clairement, par l'enquête, ce qu'il en est. Comment ça s'est passé, pourquoi j'ai dû vivre ça, pourquoi on a dû tous vivre ça."

Jean-Robert Barroux, 66 ans, est un rescapé de l'accident de Brétigny (Essonne). Il n'a plus repris le train depuis le drame.
Jean-Robert Barroux, 66 ans, est un rescapé de l'accident de Brétigny (Essonne). Il n'a plus repris le train depuis le drame. (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)