EN IMAGES. Voyage à Dismaland, le parc d'attractions sinistre et subversif de Banksy

L'artiste britannique Banksy a ouvert le parc Dismaland, délibérément conçu pour être horrible et angoissant. Visite guidée de la "nouvelle attraction la plus décevante" du Royaume-Uni.

"Ce n'est pas un coup contre Disney", promet l'artiste Banksy, à l'origine de Dismaland, présentée comme "la nouvelle attraction britannique la plus décevante" par ses promoteurs. Jusqu'au 27 septembre, cette exposition rassemble les œuvres d'une cinquantaine d'artistes à Weston-super-Mare, une station balnéaire proche de Bristol, dans le sud-ouest du Royaume-Uni.

Le conte de fées tourne à l'horreur

Ici, tout est conçu pour être sinistre et glauque à souhait. En guise d'attractions, les visiteurs déambulent au milieu d'une réplique carbonisée du château de Disneyland, ou devant une Cendrillon morte dans un accident de carrosse. Ces œuvres subversives traitent également de l'actualité, en accordant une place au drame des migrants. "C'est une vitrine des meilleurs artistes possibles", se félicite Banksy, dans un communiqué. Francetv info vous fait la visite.

1|21
Le premier jour, un spectacle a accueilli les visiteurs avec un éloge de la médiocrité, dans un décor apocalyptique. LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
2|21
"Merci Banksy : Weston-super-Mare est désormais sur la carte !" Terry Hunt est le premier membre du public à franchir les portes de Dismaland. La première journée était réservée aux habitants du coin. LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
3|21
Conçu par l'artiste Mike Ross, le "Big Rig Jig" est décrit comme un "chef d'œuvre de l'assemblage post-industriel", sur la plaquette du parc. Cette installation est composée de deux camions, qu'il est possible de grimper. NATASHA QUARMBY / REX SHUTTERSHOCK / SIPA
4|21
La référence au château de Disneyland est évidente, mais "ce n'est pas un coup contre Disney", jure toutefois Banksy. "C'est un parc thématique dont le thème principal est que les parcs thématiques devraient traiter de thèmes plus sérieux", dit-il. LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
5|21
Le sentiment de malaise – ou d'humour – naît souvent d'un décalage. En mémoire du scandale sanitaire de 2013, ce boucher-chirurgien est assis sur une caisse de lasagnes, au bord d'un manège de chevaux en bois. LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
6|21
Le nom du parc fusionne Disneyland avec le mot "dismal" ("lugubre"). Son sous-titre, "Bemusement park", s'amuse lui de la proximité en anglais entre "bemusement" ("confusion") et amusement. Le slogan de Dismaland annonce honteusement la couleur : "la nouvelle attraction britannique la plus décevante". LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
7|21
"Plongez dans un conte de fées et mettez-vous dans la peau d'une princesse", avise la plaquette du parc, pour décrire cet accident de carrosse qui rappelle la Mercedes de Lady Di. Les flashs des paparazzi éblouissent le visiteur, au point de rendre la scène aveuglante. LNP/REX SHUTTERSTOCK/SIPA / REX
8|21
Cette installation dénonce avec ironie la situation des animaux dans les parcs aquatiques américains SeaWorld, déjà au cœur du documentaire "Blackfish" en 2013. STEVE BEALING / LANDM / NEWSCOM / SIPA
9|21
Un ancien camion de la police utilisé en Irlande du Nord a été transformé en toboggan pour enfants, au beau milieu du parc. LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
10|21
Une carte des lieux est fournie aux visiteurs, comme dans un parc d'attractions classique. DISMALAND
11|21
Affublés des oreilles de Mickey, les agents du parc portent une chasuble rose fluo et sont priés d'afficher leur déprime avec conviction. LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
12|21
L'exposition réunit les œuvres d'une cinquantaine d'artistes, tels que les Britanniques Damien Hirst et David Shrigley, les Espagnols Escif et Paco Pomet ou encore l'Américaine Jenny Holzer. La patte de Banksy, star du street-art, est immédiatement identifiable, comme sur ce pochoir. NATASHA QUARMBY / REXH SHU / SIPA
13|21
L'exposition met en scène plusieurs sujets d'actualité, dont cette sculpture qui représente des migrants dans des bateaux. NATASHA QUARMBY / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
14|21
Une fresque montre le Premier ministre britannique David Cameron en train de siroter une coupe de champagne devant le quartier d'affaires de la City, à Londres. Le tout, au milieu des tôles rouillées. NATASHA QUARMBY / REX SHU / SIPA
15|21
Malgré la présence de ces marionnettes, Banksy définit Dismaland comme un "parc à thème familial qui ne convient pas aux enfants". Le spectacle évoque d'ailleurs le prédateur sexuel Jimmy Savile et le roman érotique "50 nuances de Grey".  LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA
16|21
Et si vous vouliez encore une preuve, voici la Faucheuse à bord d'une auto-tamponneuse. STEVE BEALING / LANDM / NEWSCOM / SIPA
17|21
A Dismaland, il est possible de jouer dans "un mini-golf fou aux airs de califat du pétrole". A l'arrière-plan, un office propose des prêts usuriers aux enfants, qui souhaitent obtenir de l'argent de poche. STEVE BEALING / LANDM / NEWSCOM / SIPA
18|21
Le pétrole anime d'autres œuvres, comme cette pêche aux canards revisitée au milieu des hydrocarbures. STEVE BEALING / LANDM / NEWSCOM / SIPA
19|21
Le parc compte trois galeries qui rassemblent la "plus grande collection d'art contemporain jamais réunie dans le littoral du Somerset du Nord", se vante avec ironie le parc. STEVE BEALING / LANDM / NEWSCOM / SIPA
20|21
Plusieurs publications anarchistes sont disponibles dans le parc, y compris des bandes dessinées. Le "Guardian" rapporte que des outils sont mis en vente, afin d'enlever les affiches des arrêts de bus pour les remplacer par de la propagande. STEVE BEALING / LANDM / NEWSCOM / SIPA
21|21
L'entrée coûte 3 livres, soit 4,15 euros, et l'exposition est ouverte du 22 août au 27 septembre.  LNP / REX SHUTTERSTOCK / SIPA