EN IMAGES. Voici le palmarès du World Press Photo 2017

Le jury de la compétition World Press Photo 2017 a dévoilé son palmarès lundi 13 février. 

Le premier prix de la 59e édition du World Press Photo a été remporté, lundi 13 février, par le photojournaliste turc Burhan Ozbilic. Témoin de l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie Alexei Karlov par un policier turc le 19 décembre 2016, il a immortalisé la scène malgré le danger de la situation.  

Voici les images qui ont été récompensées cette année. 

1|15
Photo de l'année.  Un homme identifié comme étant Mevlüt Mert Altintas se tient à côté du corps de de l'ambassadeur russe en Turquie, Andrei Karlov, après lui avoir tiré dessus le 19 décembre 2016 à Ankara. 
"C'était une décision très, très difficile, mais finalement nous nous sommes dit que la photo de l'année devait être une image explosive, qui faisait vraiment écho à la haine de notre époque", a commenté Mary Calvert, membre du jury. BURHAN OZBILICI / AP / SIPA
2|15
Sujets contemporains, premier prix. Dans cette photo de Jonathan Bachman, Prendre position à Bâton-Rouge, une manifestante est arrêtée par la police en marge d'un rassemblement de protestation après la mort d'Alton Sterling, le 9 juillet 2016 à Bâton-Rouge (Etats-Unis). Cette affaire a ravivé le débat sur les abus policiers contre les Afro-américains outre-Atlantique. JONATHAN BACHMAN / AP / SIPA
3|15
Série sujets contemporains, premier prix.  Dans cette photo de la série Standing Rock d'Amber Bracken, la police anti-émeutes évacue des manifestants d'une route proche d'un camp d'ouvriers sur le chantier de construction d'un oléoduc dans le Dakota du Nord (Etats-Unis). La tribu sioux de Standing Rock et leurs alliés ont manifesté pendant près de dix mois contre le chantier controversé. AMBER BRACKEN / AP / SIPA
4|15
Vie quotidienne, premier prix.  Dans cette photo de Paula Bronstein intitulée Les victimes silencieuses d'une guerre oubliée, Najiba tient dans ses bras son neveu Shabir, âgé de deux ans. L'enfant a été blessé par l'explosion d'une bombe à Kaboul (Afghanistan), le 29 mars 2016.  PAULA BRONSTEIN / AP / SIPA
5|15
Série vie quotidienne, premier prix.  Dans cette série Cuba au seuil du changement, Tomas Munita est allé photographier Cuba après la mort de Fidel Castro. Sur cette photo, des membres de l'Armée de la jeunesse au travail attendent à l'aube le passage de la caravane transportant les cendres du "Lider Maximo", le 3 décembre 2016. TOMAS MUNITA / AP / SIPA
6|15
Informations générales, premier prix.  Dans cette photo Offensive sur Mossoul, Laurent Van der Stockt capture la réaction d'enfants face à l'arrivée des forces d'opérations spéciales irakiennes, chargées de fouiller des maisons. Avec le soutien des bombardements de la coalition internationale, c'est cette "division dorée" elle qui mène le combat contre l'Etat islamique. LAURENT VAN DER STOCKT / AP / SIPA
7|15
Série informations générales, premier prix. Ils nous massacrent comme des animaux est la série de photos de Daniel Berehulak qui relate la violence de la guerre contre la drogue aux Philippines, sous l'impulsion du président Rodrigo Duterte. Dans ce cliché, Jimji, âgée de six ans, hurle "papa" devant le corps de son père, Jimboy Bolosa. Il a été retrouvé mort sous un pont, avec des traces de coups et de torture. La police a maintenu que l'homme était un trafiquant de drogue.  DANIEL BEREHULAK / AP / SIPA
8|15
Projet de long-terme, premier prix.   Dans ce projet intitulé Jours noirs de l'Ukraine, Valery Melnikov a capturé en image les vies chamboulées des victimes civiles du conflit dans le Donbass, dans l'est du pays. Sur cette photo, une femme et un homme s'enfuient d'une maison en feu, détruite par une attaque aérienne sur le village de Luhanskaya.  VALERY MELNIKOV / AP / SIPA
9|15
Nature, premier prix.  Francis Perez capture dans cette photo une tortue de mer enchevêtrée dans un filet de pêche au large de Tenerife, dans les îles Canaries.  FRANCIS PEREZ / AP / SIPA
10|15
Série Nature, premier prix.  Dans sa série Guerre de rhinos, Brent Stirton photographie le sort des rhinocéros noirs, l'une des espèces de rhinocéros les plus menacées : il n'en reste plus que 3 000 dans le monde. L'un d'eux gît sur ce cliché, tué pour ses cornes dans la réserve d'Hluhluwe-Umfolozi, en Afrique du Sud.  BRENT STIRTON / AP / SIPA
11|15
Société, premier prix. What ISIS left behind ("Ce que l'Etat islamique a laissé derrière lui") est une image du photographe Magnus Wennman qui montre Maha, cinq ans, allongée sur un matelas dans le camp de réfugiés surpeuplé de Debaga, au sud-est de Mossoul (Irak). MAGNUS WENNMAN / AP / SIPA
12|15
Série Société, premier prix.  Dans cette série intitulée Aenikkaeng, le photographe Michael Vince Kim immortalise avec poésie des descendants coréens-maya au Mexique. En 1905, plus de 1 000 Coréens se sont rendus dans le pays, leurrés par la promesse de prospérité dans un pays paradisiaque. Au lieu de cela, ils ont été vendus dès leur arrivée comme esclaves pour récolter de l'agave, "l'or vert" du Mexique.  MICHAEL VINCE KIM / AP / SIPA
13|15
Série Sports, premier prix.  Cette série, intitulée Boys will be boys ("Les garçons seront toujous des garçons"), illustre la première équipe de rugby gay-friendly à Toronto, au Canada. Dans cette photo, trois joueurs répètent pour le "drag show" annuel de l'équipe dans le but de lever des fonds.  GIOVANNI CAPRIOTTI / AP / SIPA
14|15
Sports, premier prix.  Dans cette photo prise lors de la course hippique de steeplechase Grand National, Tom Jenkins capture la chute de la jockey Nina Carberry de son cheval Sir Des Champs. Cette course annuelle, de près de sept kilomètres, est parsemée de 30 obstacles. Depuis sa première édition en 1839, plusieurs chevaux ont été blessés mortellement et un jockey est mort des suites de ses blessures en 1870. TOM JENKINS / AP / SIPA
15|15
Série spot news, premier prix. L'ambassadeur russe en Turquie Andrei Karlov s'adresse à la presse dans une galerie d'art à Ankara (Turquie), avec son assassin derrière lui, le 19 décembre 2016. BURHAN OZBILICI / AP / SIPA