Régionales : deux tiers des voix PS se sont reportées sur Estrosi et Bertrand au second tour

Le FN a une meilleure capacité de mobilisation de son électorat, mais le parti de Marine Le Pen se heurte toujours à "un plafond de verre", selon l'Ifop.

Christian Estrosi et Xavier Bertrand saluent des militants lors des voeux de l\'UMP à Nice (Alpes-Maritimes), le 17 janvier 2010.
Christian Estrosi et Xavier Bertrand saluent des militants lors des voeux de l'UMP à Nice (Alpes-Maritimes), le 17 janvier 2010. (VALERY HACHE / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Le front républicain a fonctionné" en Paca et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie au second tour des élections régionales, et les chiffres le montrent. En effet, les électeurs socialistes se sont reportés à respectivement 65% et 70% sur Christian Estrosi et Xavier Bertrand pour contrer le FN, a estimé Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l'Ifop, lundi 14 décembre. "Une grande partie de l'électorat de gauche s'est reportée sur la droite", a-t-il estimé.

Selon les données établies par son institut, 70% des électeurs du PS au premier tour se sont reportés sur la liste de Xavier Bertrand (Les Républicains) en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, afin de faire barrage à Marine Le Pen. "C'est énorme", d'après lui.

"Le FN se heurte toujours au plafond de verre"

C'est aussi le cas de 62% des électeurs de la liste EELV-Front de Gauche et de 58% des électeurs de la liste communiste, d'après l'Ifop. En Paca, ce sont 65% des électeurs socialistes qui se sont reportés sur Christian Estrosi (LR), et 65% des électeurs de la liste EELV-FDG.

Dans les deux régions, les électeurs des listes Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, se sont partagés à parts à peu près égales entre le candidat LR et la candidate FN Marion Maréchal-Le Pen.

De la même manière, un quart des abstentionnistes du premier tour des deux régions se seraient mobilisés au second tour, en faveur de Xavier Bertrand (17%) et de Christian Estrosi (14%) plutôt que Marine Le Pen (7%) et Marion Maréchal-Le Pen (9%).  "Le FN a progressé entre les deux tours, il se heurte toujours au fameux plafond de verre, mais il ne parvient pas à atteindre les 50%", a estimé Jérôme Fourquet.

Une meilleure capacité de mobilisation

 "Il fait un score en boulet de canon au premier tour, mais a une capacité d'allonge au second tour plus faible", juge-t-il, l'expliquant ainsi : "Même si le FN a des réserves en stock pour le second tour, il avait déjà consommé une bonne partie de son électorat au premier tour."

Jérôme Fourquet a par ailleurs noté une très nette corrélation entre le taux de participation et le score du FN : ce parti a "une meilleure capacité de mobilisation de son électorat".