"Je ne me retire pas" du 2e tour en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, annonce le candidat PS Jean-Pierre Masseret

La tête de liste dans la région, où le FN arrive en tête, fait fi des consignes de la direction du parti. 

Jean-Pierre Masseret, candidat PS dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 6 décembre 2015.
Jean-Pierre Masseret, candidat PS dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 6 décembre 2015. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les tractations en vue du second tour des régionales s'annoncent difficiles. Au Parti socialiste, la conduite à tenir en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (Acal) divise. Alors que le Premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a annoncé le retrait de la liste socialiste pour faire barrage au Front national, le candidat PS, Jean-Pierre Masseret, refuse d'obtempérer. 

>> Toute l'actualité du premier tour des élections régionales dans notre direct

"Je ne me retire pas. Je n'ai pas du tout l'intention de ne pas tenir compte de l'intérêt porté au Parti socialiste dans la région Acal", fait-il savoir à francetv info.

"Ce n'est pas moi qui l'appellerai"

"Nous allons nous retirer", avait déclaré un peu plus tôt sur RTL le patron du PS. "Il y a une prise de position du bureau national, il devra la respecter", a assuré Jean-Christophe Cambadélis au sujet de Jean-Pierre Masseret.

"J'ai été informé de la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis il y a vingt minutes. Et j'ai été plutôt surpris, car il n'a pas cherché à me contacter. Peut-être Jean-Christophe Cambadélis n'a-t-il pas pu me joindre entre 3 heures du matin, heure à laquelle je me suis couché, et 7h45..." ironise la tête de liste.

"Je verrai si je m'entretiendrai avec Jean-Christophe Cambadélis. Mais ce n'est pas moi qui l'appellerai", ajoute Jean-Pierre Masseret. 

La liste Masseret a regroupé 16,11% des suffrages

Sa liste est arrivée en troisième position du premier tour, dimanche, avec 16,11% des suffrages, loin derrière celles des Républicains (25,83%) et du Front national, qui est en tête avec 36,06% des voix.

Jean-Christophe Cambadélis avait indiqué, dans la soirée, que le PS ferait "barrage républicain" en retirant ses candidats dans les régions où le Front national peut l'emporter au second tour, citant Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Les candidats PS de ces deux régions ont obtempéré.