Rentrée du Front national : un Français sur deux estime que Marine Le Pen est un handicap pour son parti, selon un sondage

Alors que Marine Le Pen fait sa rentrée samedi à Brachay (Haute-Marne), un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et "Le Figaro" révèle qu'elle a perdu du poids en positionnement et en leadership au sein du Front national.

Un Français sur deux estime que Marine Le Pen représente un handicap pour son parti, selon un sondage.
Un Français sur deux estime que Marine Le Pen représente un handicap pour son parti, selon un sondage. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Alors que Marine le Pen fait sa rentrée samedi à Brachay (Haute-Marne), rien ne va plus pour la présidente du Front national, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting* pour franceinfo et Le Figaro. À cause de son débat raté lors de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle, face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a perdu du poids en positionnement et en leadership.

Une courte majorité, 52% des personnes interrogées, considèrent qu'elle est un handicap pour son parti. À l'opposé, Marion Maréchal Le Pen est jugée comme un atout pour le FN par 58% des Français, selon le sondage Odoxa Dentsu-Consulting. Marine Le Pen est même désormais talonnée par sa nièce auprès des seuls sympathisants frontistes : 79% des électeurs potentiels du Front national considèrent Marion Maréchal Le Pen comme un atout pour le parti d'extrême droite, contre 84% pour Marine Le Pen.

Débat raté et querelles de chefs

Conséquence de ce tableau négatif pour Marine le Pen : 45% des personnes interrogées considèrent que la situation du FN s'est dégradée. C'est cinq fois plus que ceux qui voient une amélioration, selon Odoxa Dentsu Consulting. 67% des Français qui estiment que la situation du FN s'est détériorée attribuent ce phénomène au fait que "Marine Le Pen a raté son débat d'entre-deux tours avec Emmanuel Macron", un sentiment partagé par 65% d'électeurs potentiels du FN.

Autre raison : "Les querelles de chefs au Front national" pour 43% des personnes interrogées et pour 38% des sympathisants frontistes. Seuls 17% des Français attribuent une perte de vitesse du FN à un "positionnement 'trop à gauche' du Front national sur les questions économiques". Toujours selon ce sondage, l'idée d'une alliance de la droite et du FN est encore rejetée par les trois-quarts des Français interrogés mais elle progresse de 5 points en deux ans. Cette progression est plus forte encore chez les seuls sympathisants Les Républicains.

*Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 1 011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 324 électeurs potentiels du FN, 93 sympathisants de la France Insoumise, 70 sympathisants du PS, 147 sympathisants En Marche !, 142 sympathisants LR et 185 sympathisants FN.