Quand Duflot tente de mettre en relation Jadot et Mélenchon en passant des petits mots, comme à l'école

Sur Twitter, la députée écologiste a joué les médiatrices entre le candidat EELV et celui de la France insoumise pour rassembler la gauche en vue du premier tour de l'élection présidentielle. 

Cécile Duflot, lors des voeux à la presse de Yannick Jadot, le 10 janvier 2017.
Cécile Duflot, lors des voeux à la presse de Yannick Jadot, le 10 janvier 2017. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le rassemblement à gauche se joue aussi sur Twitter. Et d'après les différents messages postés par plusieurs leaders politiques sur le réseau social, la communication se fait difficilement. Alors que Yannick Jadot (EELV) et Benoît Hamon (PS) essayent de discuter entre eux, il est visiblement plus compliqué d'inclure Jean-Luc Mélenchon dans le cercle des négociations.

Le candidat écologiste a ainsi fait part de ses difficultés à joindre le leader de la France insoumise, qui lui a aussitôt répondu, plutôt sèchement, sur Twitter, jeudi 9 février. Mais c'était sans compter l'intervention de Cécile Duflot, dans le rôle de la médiatrice. 

"Ecoute le répondeur"

Tout commence lors d'une conférence de presse de Yannick Jadot. Face aux journalistes, le candidat écologiste fait part de ses difficultés à joindre Jean-Luc Mélenchon. 

J'ai appelé Jean-Luc Mélenchon. Je suis tombé sur son répondeur. Il ne m'a jamais rappelé.

Yannick Jadot

conférence de presse

Quelques heures plus tard, la réponse de ce dernier fuse. Jean-Luc Mélenchon ne prend pas son téléphone pour rappeler le député européen, mais pour tweeter un message plutôt sarcastique. "Mon répondeur dit : 'pas de message oral. Que des SMS'. Allez, encore un effort : écoute le répondeur", écrit l'ancien sénateur à destination de l'écologiste.

"Tu nous prends pour des enfants de l'école primaire ?"

L'affaire aurait pu en rester là si Cécile Duflot n'avait pas décidé d'intervenir, toujours sur Twitter. La députée écologiste, candidate malheureuse à l'investiture de son parti pour la présidentielle, a décidé de se moquer gentiment des deux candidats, en reproduisant les petits mots que peuvent se passer des écoliers en classe. "Jean-Luc, c'est pour te dire que Yannick aimerait bien te parler. Est-ce que tu veux bien ?", écrit-elle, avant de dessiner deux cases à cocher : "oui", "non"

Si Jean-Luc Mélenchon n'a pas réagi, son porte-parole, Alexis Corbière, a tenu à répondre sur le même ton. "Cécile, après les primaires, tu nous prends pour des enfants de l'école primaire ?", écrit-il sur un petit papier avec, à la fin, le choix entre les deux mêmes cases : "oui" ou "non"

On attend toujours de savoir si Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot ont enfin réussi à se téléphoner.