Présidentielle : mais qu'est-ce qui pousse les élus à parrainer François Asselineau ?

Peu connu du grand public, le candidat de l'Union populaire républicaine s'approche des 500 parrainages. Un exploit rendu possible par la mobilisation de ses militants, qui ont su convaincre des petits maires sans étiquette.

François Asselineau, le 23 octobre 2016, lors d\'une réunion publique à Auch (Gers).
François Asselineau, le 23 octobre 2016, lors d'une réunion publique à Auch (Gers). (SEBASTIEN LAPEYRERE / MAXPPP)
avatar
Margaux DuguetfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il sera sans doute le candidat surprise de cette élection. François Asselineau, président de l'Union populaire républicaine (UPR), est en passe d'obtenir ses 500 signatures pour se présenter à la présidentielle. Selon le dernier décompte du Conseil constitutionnel, cet inspecteur général des finances de 59 ans peut se targuer d'avoir réuni 480 parrainages. Un tour de force pour ce farouche eurosceptique "adulé par toute la complosphère", d'après Rudy Reichstadt, de l'Observatoire des radicalités politiques.

En 2012, François Asselineau n'avait en effet recueilli que 17 parrainages. L'explication de ce succès tient en partie à ses militants ultra-motivés et à leur présence très active sur internet – l'UPR revendique 16 500 adhérents. Ces derniers, partis très tôt en campagne, ont ciblé les maires sans étiquette des petites communes qui, pour beaucoup, n'avaient aucune idée de qui était François Asselineau. Interrogés par franceinfo, ces élus racontent comment ils se sont laissés séduire.

"Je n'avais jamais entendu parler de lui"

"Ce n'est pas pour le candidat que je l'ai fait mais pour la personne qui est venue me le vendre, confie Serge Cardonne, maire de Puycasquier (Gers). Il sait s'entourer de personnes qui savent convaincre." L'édile en est à son troisième mandat et n'avait encore jamais parrainé personne. Il a été convaincu par la pharmacienne de son village, représentante de François Asselineau dans le département. "J'ai été charmé, enthousiasmé et convaincu par la volonté de cette personne", ajoute-t-il, tout en confessant volontiers qu'il "ignorait même le nom d'Asselineau".

Serge Cardonne n'est pas un cas isolé. De nombreux élus ont été séduits par les équipes du candidat. Huguette Della-Giorgia, maire de Feissons-sur-Salins (Savoie), raconte la même scène : "J'ai été contactée par un militant de François Asselineau. Je n'avais jamais entendu parler de lui mais j'ai été convaincue par la tenue du dialogue que l'on a eu."

Je l'ai écouté et puis voilà, j'ai voulu faire plaisir.

Huguette Della-Giorgia

à franceinfo

"Ah, il peut être candidat ?" demande l'élue lorsqu'on l'informe que François Asselineau approche des 500 parrainages, avant d'expliquer avoir "un peu cédé" face une militante très insistante. Mais elle "ne regrette pas" pour autant son choix. Beaucoup ont également été approchés très en amont par les équipes de l'Union populaire républicaine. "Ils sont venus me voir il y a plus d'un an", raconte Jean-Pierre Valette, maire de Veuxhaulles-sur-Aube (Côte-d'Or). "Ils se sont déplacés, c'est plus pour leur énergie que j'ai apporté mon parrainage", dit-il.

"Il faut laisser leur chance aux petits candidats"

D'autres maires ont souhaité aller plus loin que le simple contact avec les équipes militantes. Nicolas Augereau, maire de Fatines (Sarthe), et Hervé Mejean, maire de Péreyres (Ardèche), se sont tous les deux rendus à des conférences délivrées par François Asselineau. "J'ai vu les affiches des militants et suis allé à une conférence d'Asselineau au Mans. J'y suis allé par curiosité. Et ce qui m'a plu, c'est qu'il est techniquement affuté, il maîtrise les dossiers, explique le premier. Ce serait intéressant qu'il soit confronté à nos hommes politiques." Et le second de renchérir : "Je suis allé à une conférence à Valence et ça m'a plu."

Les petits [candidats] méritent d'être au niveau des grands. On ne les écoute pas, on ne parle que des gros.

Hervé Mejean

à franceinfo

C'est l'argument repris en boucle par ces maires : il faut parrainer ces "petits candidats" pour qu'ils puissent accéder à l'élection présidentielle. "Il faut laisser leur chance aux petits candidats. C'est la première fois que je suis maire, autant en faire bénéficier les petits", appuie Nicolas Augereau.

"François Asselineau n'a aucune chance"

Adhèrent-ils pour autant aux idées de François Asselineau ? L'homme veut sortir de l'Union européenne mais aussi abandonner l'euro et quitter l'Otan. Les maires, contactés par franceinfo, sont loin de partager cette position. "Je sais qu'il est eurosceptique, je ne suis pas eurosceptique. Je suis en contradiction avec moi-même", s'amuse Serge Cardonne, le maire de Puycasquier. Et l'élu de nuancer :

C'est quelqu'un de la fonction publique, il n'est pas ignare, il a des choses à dire.

Serge Cardonne

à franceinfo

Serge Cardonne ira tout de même voter pour François Fillon, qui n'a "pas besoin" de lui pour les parrainages.

"Moi, je ne suis pas du tout contre l'Europe, je ne partage pas toutes ses idées mais [François Asselineau] est une personne qui n'a aucune chance, donc il n'y a pas de gros risque là-dessus", affirme de son côté Daniel Torgues, maire de Saint-Croix-en-Jarez (Loire). Lui aussi justifie son parrainage par la force de persuasion de deux militants de l'UPR. "Je suis plutôt pour une refondation de l'Europe alors que lui veut en sortir", renchérit Nicolas Augereau, qui ne croit pas lui non plus aux chances du candidat Asselineau : "De toute façon, il ne sera pas élu !"