Présidentielle : les quatre affaires qui pourraient plomber la campagne de Marine Le Pen

En pleine course à l'Elysée, Marine Le Pen traîne derrière elle plusieurs enquêtes judiciaires. Franceinfo fait le point sur l'avancement de chacune d'elles.

Marine Le Pen, le 6 janvier 2017, à Igoville (Eure). 
Marine Le Pen, le 6 janvier 2017, à Igoville (Eure).  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)
avatar
Kocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

François Fillon n'est pas le seul candidat à être dans le viseur des enquêteurs. Marine Le Pen s'est lancée dans la course à la présidentielle avec plusieurs cailloux judiciaires dans la chaussure. La justice française a récemment ouvert une information judiciaire au sujet de soupçons d'emplois fictifs d'assitants parlementaires européens, impliquant la présidente du Front national.

Interrogé par France Bleu, son directeur de campagne, David Rachline, assure que Marine Le Pen ne renoncera pas à ses ambitions présidentielles, même si elle est mise en examen dans cette affaire. Ce dernier semble omettre que la candidate frontiste n'est pas visée par une mais quatre enquêtes, et que d'autres affaires pourraient plomber sa campagne. Franceinfo fait le point sur l'avancement de chacune d'elles.

1Les assistants "fantômes" au Parlement européen

• De quoi parle-t-on ? Au Parlement européen, le Front national dispose de 23 députés. Chacun a une cagnotte mensuelle de 21 379 euros pour rémunérer ses assistants parlementaires. En 2015, les instances dirigeantes du Parlement européen ont saisi l'Office européen de lutte antifraude (Olaf) pour des soupçons d'emplois fictifs : au lieu d'épauler les eurodéputés à Strasbourg et à Bruxelles, 20 assistants parlementaires frontistes travailleraient en réalité pour le Front national à Nanterre.

Leurs noms apparaissent en effet dans l'organigramme du parti et certains d'entre eux, pourtant tenus de vivre à Bruxelles, ne mettraient que très rarement les pieds dans la capitale belge. "Moi, par exemple, j’ai été payé à moitié par le Parlement européen alors que je n’ai jamais mis les pieds à Strasbourg ou à Bruxelles", a reconnu anonymement l'un des assistants parlementaires, auprès de L'Express.

Au total, le préjudice s'élèverait à 7,5 millions d'euros, pour une période allant de 2010 à 2016. Le FN s'est défendu en dénonçant "une opération politique directement pilotée par François Hollande et Manuel Valls, dans le but d'entraver, de surveiller et d'intimider l'opposition patriote".

• Où en est l'enquête ? A l'issue de son enquête, l'Olaf a sommé Marine Le Pen de rembourser 339 000 euros à l'Union européenne. Cette somme correspond aux salaires versés à deux assistants depuis 2010 : Catherine Griset et Thierry Légier. La première, accessoirement ex-belle-sœur de Marine Le Pen, occupait, en plus de ses fonctions européennes, celles de responsable du secrétariat de la présidente du FN puis de cheffe de cabinet. Difficile de croire qu'elle travaillait en même temps à Bruxelles. Les enquêteurs n'ont trouvé aucun bail à son nom dans la capitale belge, ni aucune facture d'eau ou d'électricité. Quant à Thierry Légier, il était le garde du corps de Marine Le Pen en plus de son supposé emploi d'attaché parlementaire. 

La présidente du Front national avait jusqu'au 31 janvier pour rembourser cette somme. Ce qu'elle n'a pas fait. Du coup, le Parlement européen va retenir la moitié de son indemnité parlementaire et la moitié de ses frais de séjour, jusqu'au remboursement total des sommes réclamées, explique Le FigaroLe Parlement européen a également réclamé 320 000 euros à Jean-Marie Le Pen, également eurodéputé.

Dans cette affaire, le Parlement européen a aussi saisi la justice française. Une information judiciaire a été ouverte, le 15 décembre, pour abus de confiance et recel, escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé. Des faits qui pourraient, selon Le Monde, être assimilés à du financement illégal de parti politique. 

2Le financement des campagnes électorales depuis 2011

• De quoi parle-t-on ? Le Front national est soupçonné d'avoir mis en place des pratiques frauduleuses pour financer ses campagnes électorales depuis 2011. Dans le viseur des enquêteurs : un système de vase clos entre le FN, Jeanne – le micro-parti de Marine Le Pen – et la société Riwal, dirigée par Frédéric Chatillon, un proche de la présidente frontiste. Riwal est soupçonnée d'avoir vendu des kits aux candidats investis par le FN, contenant des tracts et des affiches, à des coûts largement surfacturés. Ces kits, imposés à tous les candidats frontistes, leur étaient fournis via le micro-parti Jeanne, qui leur prêtait l'argent nécessaire à cet achat avec un taux d'intérêt de 6,5%.

Comme le veut le code électoral, tous les frais de campagnes sont ensuite remboursés par l'Etat si le candidat obtient plus de 5% des voix. Les candidats remboursaient alors Jeanne, en incluant des intérêts. Le micro-parti de Marine Le Pen gagnait alors environ 1 000 euros par kit, selon Les EchosA cela, s'ajoutent les bénéfices de Riwal dûs à la surfacturation des kits au préjudice final de l'Etat.

En contrepartie, la justice soupçonne la société de Frédéric Chatillon d'avoir contribué au financement illégal des campagnes du Front national à hauteur de plusieurs millions d'euros. Ce financement aurait pris la forme de nombreux "services" rendus au parti : mise à disposition gratuite de locaux ou d’employés, octroi de crédits sans intérêts, prise en charge de factures...

• Où en est l'enquête ? Au total, trois procédures sont en cours. La première a abouti à la mise en examen de sept personnes et trois personnes morales pour escroquerie, recel d’abus de biens sociaux, faux et usage de faux, lors des législatives de 2012. On retrouve parmi elles Jean-François Jalkh, le vice-président et responsable des affaires juridiques du FN, Wallerand de Saint-Just, le trésorier du parti, ainsi que Jeanne et le Front national.

Renvoyés devant le tribunal correctionnel en octobre 2016, ils devront répondre de leurs actes devant la justice. Marine Le Pen n'est pas inquiétée directement dans cette affaire. Elle a seulement été entendue en tant que témoin assistée. 

La justice ouvre une seconde enquête en octobre 2016, qui porte sur plusieurs campagnes entre 2014 à 2016, ainsi qu'une troisième sur les régionales de 2015.  L'investigation a été confiée à la brigade financière. La justice n'a pas encore procédé à des mises en examen. 

3Le patrimoine sous-estimé de la famille Le Pen

• De quoi parle-t-on ? Marine Le Pen et son père sont députés européens. A ce titre, ils sont tenus de transmettre des déclarations de patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). L'autorité administrative les soupçonne d'avoir sous-évalué leur patrimoine détenu en commun, notamment leur propriété de Montretout à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Au total, cela représenterait plus d'un million d’euros pour Jean-Marie Le Pen et plusieurs centaines de milliers d’euros pour sa fille.

• Où en est l'enquête ? Saisie par la HATVP, le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire en janvier 2016. Marine le Pen et son père, brouillés depuis l'évincement de ce dernier des instances du parti, ont été entendus par la justice, mardi 31 janvier. Selon le JDD, le fisc leur réclame près de 3 millions d’euros. Si Jean-Marie Le Pen est la cible principale de Bercy dans cette enquête, la présidente du FN risque tout de même une peine allant jusqu'à trois ans de prison, 45 000 euros d'amende et de dix ans d'inéligibilité.

4Les emprunts russes

• De quoi parle-t-on ? En difficulté pour financer sa campagne, le Front national s'est tourné vers une banque russe pour souscrire à un emprunt de 9 millions d'euros en 2014. En s'appuyant sur un échange de textos entre un responsable du Kremlin et un proche de Vladimir Poutine, publié par des hackers, Mediapart pense avoir révélé en avril 2015 un lien entre le prêt russe du FN et le soutien du parti à la politique russe en Ukraine et en Syrie. Des faits qui viennent alimenter la thèse d'un financement du Front national par un Etat étranger, qui est évidemment interdit par le droit français. 

• Où en est l'enquête ? Deux parlementaires PS ont lancé, fin 2015, une commission d'enquête parlementaire à propos de cet emprunt russe. Les conclusions n'ont toujours pas été rendues. 

Par ailleurs, le Front national est aussi sous le coup d'une procédure judiciaire en Russie. Après la faillite de la First Czech-Russian Bank, qui avait prêté de l'argent au FN. D'après Le Monde, l’Agence d’assurance des dépôts bancaires russes (ASV) a réclamé au parti de Marine Le Pen le remboursement du prêt de 9 millions d’euros, en décembre dernier.