Présidentielle : "Fillon rends l'argent", "Le Pen rends l'immunité", des panneaux de la Ville de Paris détournés

La mairie a rapidement fait retirer le message, qui n'est resté affiché que quelques minutes. Une enquête va être ouverte.

Capture d\'écran d\'un tweet signalant le piratage d\'un panneau de la ville de Paris, le 21 avril 2017.
Capture d'écran d'un tweet signalant le piratage d'un panneau de la ville de Paris, le 21 avril 2017. (@BRNLUS/TWITTER)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Deux jours avant le premier tour de la présidentielle, les affaires de la campagne se sont affichées quelques instants sur plusieurs panneaux de la ville de Paris, vendredi 21 avril. "François Fillon, rends l'argent", "Marine Le Pen, rends l'immunité", pouvait-on lire sur ce message, qui ajoutait : "Citoyen, rends toi utile, vote".

Lancé sur internet par ses opposants après la mise en examen du candidat de droite pour "détournement de fonds publics", le slogan "rends l'argent" est repris à l'envi depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux. Quant à l'expression "Marine Le Pen, rends l'immunité", elle se réfère au refus de la candidate du Front national de se rendre aux convocations des juges dans le cadre de l'enquête sur des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires du FN. Marine Le Pen s'est retranchée derrière son immunité d'eurodéputée.

Une enquête ouverte

Alertée par des internautes, dont la journaliste du Figaro Eugenie Bastie,  sur les réseaux sociaux, la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a réagi sur Twitter en dénonçant un "piratage scandaleux" et en indiquant que le message avait été "immédiatement supprimé".

Contacté par Le Lab, le service presse de la ville de Paris a assuré qu'un tel piratage ne s'était jamais produit par le passé, évoquant un dispositif "extrêmement sécurisé". Et d'expliquer : "C'est un logiciel qui permet d'afficher des messages à distance sur les panneaux lumineux, contrôlé directement depuis l'Hôtel de Ville. Une enquête a été diligentée pour trouver le responsable. C'est évidemment et totalement inacceptable."