"On avait envie de mettre les pieds dans le plat" : Poutou explique son attaque contre Fillon lors du "Grand débat"

Au lendemain du débat réunissant les 11 candidats à l'élection présidentielle, Philippe Poutou est revenu sur les piques qu'il a lancées à François Fillon et à Marine Le Pen.

Le candidat du NPA, Philippe Poutou, lors du débat présidentiel à la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 4 avril 2017.
Le candidat du NPA, Philippe Poutou, lors du débat présidentiel à la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 4 avril 2017. (LIONEL BONAVENTURE / POOL)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Philippe Poutou n'a pas fait de cadeau à ses adversaires. Le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) à l'élection présidentielle s'est distingué par son franc-parler lors du "Grand Débat" sur BFMTV et CNews entre les prétendants à la présidentielle.

Le lendemain matin, mercredi 5 avril, le seul ouvrier de cette élection est revenu, à l'occasion des matinales de BFM TV et d'Europe 1, sur ce qui a motivé les piques lancées en particulier à François Fillon et à Marine Le Pen. "On avait envie de mettre les pieds dans le plat. (…) C'était prévu", a notamment confié le candidat NPA, sur la chaîne d'information en continu.

Faire entendre "cette colère" sur les affaires 

Pendant le débat, Philippe Poutou n'a pas ménagé le candidat de la droite : "Fillon, il est en face de moi, et plus on fouille, plus on sent la corruption, a-t-il attaqué. En plus, ce sont des bonshommes qui nous expliquent qu'il faut de la rigueur et de l'austérité, et eux-mêmes piquent dans les caisses publiques."  Le candidat anticapitaliste s'est ensuite tourné vers son adversaire frontiste, Marine Le Pen. "Nous, quand on est convoqué par la police, on n'a pas d'immunité ouvrière", a-t-il fustigé, en référence aux convocations judiciaires auxquelles la candidate ne s'est pas rendue, un refus autorisé par son immunité parlementaire. 

"C’est des choses que l’on avait envie de dire parce qu’il y a pas mal de gens autour de moi qui attendaient ce moment", a expliqué Philippe Poutou, mercredi matin, sur Europe 1. "Le débat de TF1 avait été frustrant pour plein de gens, les affaire ne s’abordaient pas vraiment, juste par allusions", a-t-il noté.

"Il y a un gros mécontentement, mais il ne sait pas comment s'exprimer (…) J'ai peut-être réussi à faire entendre cette colère", a encore réagi le candidat ouvrier au micro de BFM TV.