Neuf questions pas si bêtes que vous vous êtes peut-être posées durant l'investiture d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a été officiellement investi président de la République, dimanche, lors d'une cérémonie de plus de trois heures.

Emmanuel Macron salue une dernière fois François Hollande, avant que celui-ci ne monte dans sa voiture et quitte l\'Elysée.
Emmanuel Macron salue une dernière fois François Hollande, avant que celui-ci ne monte dans sa voiture et quitte l'Elysée. (DENIS ALLARD / REA)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Emmanuel Macron a été officiellement investi dans ses fonctions, dimanche 14 mai, sous les ors de la Salle des fêtes l'Elysée. A 39 ans, il devient le huitième président de la Ve République et le plus jeune jamais élu. Après s'être entretenu avec François Hollande lors de la passation de pouvoirs, le nouveau président de la République a prononcé son premier discours de chef d'Etat, puis a remonté l'avenue des Champs-Elysées à bord d'un véhicule militaire. Voici les réponses à neuf questions pas si bêtes que vous vous êtes peut-être posées durant cette cérémonie.

>> Revivez la journée d'investiture d'Emmanuel Macron et notre édition spéciale

1Pourquoi a-t-on tiré 21 coups de canon ?

Au moment où le nouveau président de la République passait en revue des troupes militaires dans les jardins de l'Elysée, 21 coups de canon ont été tirés depuis l'esplanade des Invalides, sur l'autre rive de la Seine.

Cette tradition remonte à l'Ancien régime (1515-1789). A cette époque, 101 coups de canon étaient tirés pour annoncer la mort du roi et annoncer l'intronisation de son successeur, explique Europe 1. Ce n'est qu'en 1958, au début de la Ve République, que le général de Gaulle a décidé de modifier les 101 coups royalistes en "21 républicains", précise LCI.

Pourquoi 21 ? La théorie la plus probable est liée à l'histoire de la marine française. Au XIVe siècle, les bateaux militaires étaient équipés de sept canons qu'ils vidaient de sept tirs lorsqu'ils entraient dans un port pour annoncer leur venue. L'évolution des techniques a ensuite permis aux bateaux de tirer trois coups de canon pour chaque boulet tiré en mer, d'où 7x3 = 21, raconte LCI. Désormais, les coups de canon sont bien entendu des tirs à blanc. De la poudre est mise dans les canons, et leur "explosion provoque une détonation et de la fumée", précise Mon Quotidien.

2Quel est ce collier qu'Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée ?

Avant de prononcer son premier discours de chef de l'Etat, Emmanuel Macron s'est vu remettre le collier de grand maître de la Légion d'honneur. Cet objet a été fabriqué en 1953, et il a depuis été présenté à tous les chefs d'Etat de la IVe et Ve République. Jusqu'en 1974, le président portait même ce collier autour du cou lors de la passation, mais Valéry Giscard d'Estaing a voulu simplifier le protocole. Depuis, le collier est simplement présenté au président, note LCI.

Le collier est composé de la croix de la Légion d'honneur. Au centre, le monogramme HP signifie "honneur et patrie" et les 16 médaillons représentent les activités essentielles de la nation (l'architecture, la médecine, la littérature...). A chaque élection, le nom du nouveau président et sa date d'entrée en fonction sont gravés sur un de ces médaillons.

3François Hollande a-t-il vraiment transmis les codes nucléaires à Emmanuel Macron ?

Durant l'entretien au Salon d'or, François Hollande a communiqué quelques "secrets d'Etat" à son successeur, comme les codes de l'arme nucléaire. Ces codes permettent de déclencher l'arme atomique.

Mais en réalité, l'entretien entre le nouveau et l'ancien chef de l'Etat est trop court pour évoquer toutes les modalités de la dissuasion nucléaire, précise Le Parisien. Si les codes sont bien transmis lors de la cérémonie, Emmanuel Macron sera "formé" plus tard, lors d'une "transmission approfondie" qui se déroule généralement dans le PC Jupiter, situé sous l'Elysée.

4François Hollande va-t-il partir avec sa chienne Philae ?

Selon un article du Parisien de décembre 2016, François Hollande a bien l'intention d'emmener sa chienne Philae avec lui. "Il s'y est attaché et s'en occupe, on le voit parfois la promener dans le jardin de l'Elysée", confiait son entourage en décembre dernier.

Le nouveau chien présidentiel s'appelle Figaro. Il s'agit de l'animal de compagnie de la belle-fille d'Emmanuel Macron, Tiphaine Auzière, mais le nouveau président n'a pas dit s'il comptait l'emmener avec lui à l'Elysée.

5Quelle est cette musique très "royale" que l'on a entendue à l'entrée d'Emmanuel Macron dans la salle des fêtes de l'Elysée ?

L'orchestre de chambre de la Garde républicaine a interprété un morceau aux airs très "Louis XIV" pour l'arrivée d'Emmanuel Macron dans la salle des fêtes de l'Elysée. Il s'agit en fait du deuxième mouvement de Cyprès et lauriers, une composition de Camille Saint-Saëns, un pianiste et compositeur français né en 1835.

Et absolument rien de royaliste là-dedans. Le morceau a été écrit pour célébrer la victoires des Alliés à l'issue de la première guerre mondiale, et que Saint-Saëns avait dédicacé au président de l'époque, Raymond Poincaré, précise BFMTV.

6J'ai rêvé, ou il y avait aussi du french cancan ? 

Juste après le discours d'Emmanuel Macron, la Garde républicaine a joué un célèbre extrait d'Orphée aux enfers, de Jacques Offenbach. Un opéra-bouffe de deux actes créé en 1858, connu pour être le thème emblématique du french cancan.

Voir la vidéo

7Qui est la dame qu'Emmanuel Macron a longuement réconfortée ?

Moment très émouvant au cours de la cérémonie, Emmanuel Macron a étreint durant de longues secondes une dame en pleurs présente dans l'assistance. Il s'agissait de la mère de Tamara Callot, une jeune militante En marche ! morte dans un accident de voiture dans les Yvelines, la nuit avant le premier tour de l'élection présidentielle.

Voir la vidéo

"Ses parents ont été invités par Brigitte Macron, ce 14 mai 2017, avec Claire Tassadit-Houd, candidate En marche ! dans la circonscription de Dreux, à assister à la cérémonie à Paris", précise L'Echo républicain.

8Pourquoi Macron a-t-il défilé à bord d'un véhicule militaire ?

Lors de son défilé sur les Champs-Elysées, le nouveau président a pris place à bord d'un véhicule militaire, un VLRA (véhicule de liaison, de reconnaissance et d’appui), précise LCIEn tant que président, le nouveau locataire de l'Elysée est le chef des armées. Selon plusieurs observateurs, il a ainsi souhaité témoigner de son soutien au corps militaire, dans un command car habituellement réservé au traditionnel défilé du 14-Juillet.

D'autres y verront peut-être aussi un geste "social" : le fabricant de ce véhicule, Renault Trucks Defense (RTD), a été mis en vente par son propriétaire, le groupe suédois Volvo. Et le sort des 1 300 salariés en France est actuellement suspendu à l'avenir de cette entité, selon La Tribune.

C'est en tout cas la première fois qu'un président remonte les Champs-Elysées à bord d'un véhicule militaire le jour de son investiture. Ses prédécesseurs avaient remonté l'avenue parisienne à bord de véhicules civils. Charles de Gaulle, Jacques Chirac et François Hollande s'étaient rendus à la tombe du Soldat inconnu à bord d'une Citroën. En 2007, Nicolas Sarkozy avait opté pour une Peugeot 607, tandis que Valéry Giscard d'Estaing avait préféré remonter l'avenue à pied, rappelle le Huffington Post.

9Pourquoi Macron s'est-il arrêté au milieu des Champs-Elysées avant de rentrer à l'Elysée ?

Après s'être recueilli au pied de l'Arc de Triomphe et avoir pris un bain de foule de quelques minutes, le nouveau président est monté dans une DS7 pour retourner à l'Elysée. En redescendant les Champs-Elysées, le véhicule du chef de l'Etat s'est arrêté pendant une trentaine de secondes devant le numéro 102.

Voir la vidéo

Il s'agissait d'un hommage symbolique au policier Xavier Jugelé, tué dans l'attaque terroriste du 20 avril 2017. Son compagnon Etienne Cardiles était par ailleurs invité par Emmanuel Macron à la cérémonie d'investiture à l'Elysée.