Les Républicains et le PS nettement plus présents à la télévision que le FN, Mélenchon ou Macron

Les deux partis ont notamment bénéficié du temps d'antenne consacré aux primaires qu'ils organisaient.

(PIERRE CONSTANT / POOL)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

A deux mois du premier tour de l'élection présidentielle, ce n'est pas encore le moment de l'égalité de temps de parole à la télévision. Entre le 1er août et le 31 janvier, deux partis ont bénéficié de nettement plus de temps d'antenne que les autres, selon les chiffres du CSA : les Républicains et le PS. Ils ont été mis à l'honneur pendant environ trois fois plus de temps que le FN, et dix fois plus de temps que les partis de Jean-Luc Mélenchon, d'Emmanuel Macron et EELV.

Selon l'AFP, qui a compilé les donnée recueillies par le CSA, Les Républicains ont bénéficié de 482 heures et 40 minutes de temps d'antenne en six mois, contre 421 heures et 48 minutes pour le PS. Le Front National pointe à 139 heures et 20 minutes.

Loin derrière viennent le Parti de Gauche, avec 43 heures et 42 minutes, En marche !, avec 43 heures et 7 minutes, et Europe Ecologie-Les Verts avec 40 heures et 18 minutes. L'UDI, Debout la France, le Modem, le Parti Ecologiste, le Parti Communiste et le PRG ont chacun obtenu entre 10 et 20 heures d'antenne.

Le président et le gouvernement comptés séparément du PS

Le décompte du CSA inclut le temps de parole des candidats, mais aussi de leurs soutiens, et même les chroniques et sujets qui leur sont consacrés, sauf s'ils sont explicitement défavorables.

Les déséquilibres s'expliquent bien sûr, en partie, par le temps consacré par les chaînes à évoquer les primaires de la droite et de la gauche, dont l'essentiel des candidats appartenaient aux Républicains et au PS. Ils montrent également la présence moindre de partis comme celui de Jean-Luc Mélenchon et celui d'Emmanuel Macron, qui comptent peu de figures médiatiques en dehors de leurs leadeurs.

Les interventions de l'exécutif, et donc du président et du gouvernement socialiste, sont comptabilisées séparément des partis par le CSA. Il a totalisé 265 heures et 29 minutes d'antenne entre août et janvier.

Pas d'égalité stricte du temps de parole avant le 10 avril

Ce déséquilibre n'a rien d'illégal. En dehors des périodes électorales, le CSA se contente de vérifier, chaque trimestre, que l'équilibre des temps de parole correspond aux équilibres politiques nationaux. Et le PS et les Républicains sont notamment, de loin, les partis les plus représentés à l'Assemblée nationale.

Depuis le 1er février, après les données collectées par l'AFP, les chaînes doivent tenir compte de la représentativité et du poids de chaque parti. A partir du 20 ou 21 mars, elles devront aussi s'assurer que ce temps de parole est accordé à des "conditions de programmations comparables", notamment en terme d'horaires. L'égalité stricte du temps de parole entre tous les candidats n'est obligatoire qu'à partir du 10 avril.