Les 5 infos des législatives aujourd'hui : la campagne officielle débute, le PS pourrait changer de nom, le Medef souhaite une majorité pour Macron

Chaque jour, franceinfo vous résume l'actualité des élections législatives.

Jean-Christophe Cambadelis, le 24 avril 2017 à Paris.
Jean-Christophe Cambadelis, le 24 avril 2017 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, franceinfo vous résume ce qu'il ne faut pas rater des élections législatives des 11 et 18 juin, après la victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle. Voici l'essentiel à retenir du lundi 22 mai.

1Les candidats aux législatives sur la ligne de départ

Top départ. La campagne des élections législatives a officiellement commencé cette nuit à minuit. Le ministère de l'Intérieur doit publier la liste des candidats dans l'après-midi. Dans certaines circonscriptions, c'est carrément l'embouteillage, avec jusqu'à 26 dossiers de candidature déposés dans la 2e de Guadeloupe. Dans la 1re circonscription du Nord, ce sont 25 candidats qui sont en concurrence.

2Cambadélis n'exclut pas un changement de nom pour le PS

Vers la fin du PS ? Jean-Christophe Cambadélis a en tout cas expliqué sur France Inter qu'un changement de nom et de siège du parti après les législatives n'était "pas impossible". Le premier secrétaire souhaite un changement de pratiques : "Le PS va se refonder, se restructurer, et je serai au milieu de ce travail." Il a tout de même prédit que le PS ferait un meilleur score aux législatives que celui de Benoît Hamon à la présidentielle – 6,36%.

3Edouard Philippe agite le spectre de la IVe République

La République ingouvernable ? Le Premier ministre, Edouard Philippe, réclame aux électeurs une majorité à l'Assemblée pour éviter un retour des "marchandages entre partis" et d'un "certain esprit de la IVe République".  Dans un entretien accordé à Paris Normandie (article réservé aux abonnés), le chef du gouvernement assure que "le vieux système partisan avec une droite et une gauche s'opposant frontalement et systématiquement est en train de craquer".

4Le Medef souhaite une majorité pour Macron

Le Medef ne cache pas sa préférence. Sans donner de consigne de vote, le vice-président de l'organisation patronale, Thibault Lanxade, a estimé sur France Inter qu'il fallait donner une majorité au nouveau président : "Il faut aller vite. Il faut qu'il ait l'entièreté des moyens (...). Il faut qu'il ait une majorité pour pouvoir faire en sorte que ses ordonnances puissent passer."

5Marine Le Pen évoque un possible départ du FN de Florian Philippot

Le débat au sein du Front national sur la sortie de l'euro ne se tiendra qu'après les législatives, mais il promet d'être mouvementé. Sur franceinfo, la présidente du FN a évoqué la possibilité d'un départ de Florian Philippot, si le parti venait à abandonner cette thématique. Elle n'y voit pas un "chantage" de sa part, mais le signe d'une "conviction""Si, demain, les adhérents du FN décidaient qu'on doit abandonner cette partie-là, [Florian Philippot] ne se sentirait plus en accord avec ses convictions, je trouve que c'est tout à son honneur", a ainsi expliqué Marine Le Pen.