Le vote blanc ne sera pas pris en compte dans les résultats de la prochaine présidentielle

Les députés ont dit non à un amendement allant de ce sens. Ce texte prévoyait par exemple un nouveau tour de vote à la présidentielle si les votes blancs atteignaient la majorité relative ou absolue des suffrages exprimés.

Des électeurs dans l\'isoloir, lors du premier tour de la présidentielle, à Bordeaux (Gironde), le 23 avril 2017.
Des électeurs dans l'isoloir, lors du premier tour de la présidentielle, à Bordeaux (Gironde), le 23 avril 2017. (HANS LUCAS)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La prise en compte du vote blanc, ce ne sera pas (encore) pour 2022. L'Assemblée nationale a rejeté un amendement allant dans ce sens dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 juillet. Ce texte, déposé par des députés "constructifs" avec le soutien des MoDem, des socialistes et des "insoumis", proposait de comptabiliser les bulletins blancs (enveloppes vides ou bulletins vierges) dans les suffrages exprimés, ce qui n'est pas le cas à ce jour.

Cet amendement prévoyait également un nouveau tour de vote à la présidentielle si, après décompte des suffrages exprimés, les votes blancs atteignaient la majorité relative ou absolue. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a expliqué qu'il était préférable d'attendre pour envisager une telle modification. Notamment parce que la comptabilisation des votes blancs séparément des nuls est encore trop récente (depuis février 2014). 

Un amendement qui allait "dans le bon sens" 

Selon le président du groupe MoDem à l'Assemblée, Marc Fesneau, ce texte allait "dans le bon sens". "Si on avait eu le vote blanc depuis un moment, sans doute n'aurions-nous pas eu un certain nombre de votes extrêmes", a pour sa part estimé le député UDI Maurice Leroy. Entre l'abstention et les votes blancs et nuls, environ un Français sur trois a refusé de choisir au second tour de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Un niveau record depuis 1969.