La Transition, un mouvement de la société civile, cherche son candidat pour 2017

Lancée officiellement dimanche, l'association se présente comme une alternative aux partis traditionnels en vue de la présidentielle.

L'association La Transition a mis en ligne son site internet, le 17 janvier 2016.
L'association La Transition a mis en ligne son site internet, le 17 janvier 2016. (LA TRANSITION)

Mis à jour le , publié le

"Comme la plupart des Français, on ne se retrouve pas dans le paysage politique que l'on nous propose", assure Audrey Bourolleau. Cette dirigeante d'une association viticole est l'une des membres fondateurs de l'association La Transition, lancée officiellement dimanche 17 janvier. Le mouvement souhaite regrouper des personnalités de la société civile et proposer un candidat pour l'élection présidentielle de 2017.

"Les politiques sont hors-sol, ils ne répondent plus aux besoins des Français. Ils ne pensent qu'à leur réélection. Or, politique, ce n'est pas un métier", martèle à francetv info la déléguée générale de Vin & Société.

"On ne veut pas se laisser imposer un choix en 2017"

Leur objectif : rassembler le plus largement possible et trouver le candidat qui "peut incarner le changement, la transition", "le temps que l'offre politique se renouvelle". Comme leur nom l'indique, les membres de La Transition entendent offrir une alternative aux formations politiques traditionnelles, mais seulement le temps d'un mandat. "On est là pour cinq ans et après on s'en va", explique Audrey Bourolleau.

L'association affirme qu'il s'agit d'un "appel citoyen". "Nous ne sommes ni de gauche, ni de droite, et nous ne voulons pas voter FN. Mais on ne veut pas être simplement spectateurs et se laisser imposer un choix en 2017", détaille Audrey Bourolleau. 

Un financement par des dons

La Transition est-elle une association apolitique ? Parmi ses membres fondateurs, il y a des économistes, des chefs d'entreprise, des universitaires. Mais on y trouve également des personnalités en lien avec le monde politique.

Ainsi, Claude Posternak, communicant et membre fondateur, est un vieil ami de Martine Aubry, rappelle Marianne. Il était notamment chargé de la communication de la maire de Lille pour la primaire du PS en 2011. Par ailleurs, une autre de ses membres, Zohra Bitan, a été la porte-parole de Manuel Valls lors de la primaire de 2011. Elle est aussi essayiste et auteure du livre Cette gauche qui nous désintègre.

Pour l'heure, les membres de La Transition arrosent les réseaux sociaux de leurs publications pour se faire connaître. "L'accueil est très bon. En 24 heures, nous avons gagné 1 900 followers sur Twitter", affirme Audrey Bourolleau. Sur son site internet, l'association déclare que le financement du mouvement est assuré exclusivement par des dons.