L'Elysée dément avoir organisé "en sous-main la venue de Macron au Liban"

Dans un article publié mercredi, un site internet affirme que l'Elysée et le Quai d'Orsay ont organisé discrètement la visite d'Emmanuel Macron au Liban. Contactés par franceinfo, les deux institutions, tout comme l'entourage du candidat, démentent formellement.

Emmanuel Macron, le 24 janvier 2017, à Beyrouth, au Liban. 
Emmanuel Macron, le 24 janvier 2017, à Beyrouth, au Liban.  (HOUSSAM SHBARO / ANADOLU AGENCY)
avatar
Margaux DuguetfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Exclusif – Comment l'Elysée a organisé en sous-main la venue de Macron au Liban." C'est le titre d'un article du site Le Vent Se Lève, publié mercredi 25 janvier. Selon ce média alternatif et confidentiel, animé par une soixantaine de bénévoles, le candidat à l'élection présidentielle aurait bénéficié de l'appui discret – mais appuyé – du président de la République et des réseaux diplomatiques pour organiser un déplacement digne d'un chef d'Etat au Liban. Des informations relayées par les Inrocks, mais aussi par le porte-parole de François Fillon, Thierry Solère, sur France Culture.

"C'est faux !", rétorque l'Elysée à franceinfo, tout comme le ministère des Affaires étrangères et l'entourage d'Emmanuel Macron.

"C'est très simple, c'est complètement faux"

Selon les informations de "LVSL", Emmanuel Macron "a pu rencontrer le président libanais Michel Aoun, le Premier ministre, Saad Hariri, et le patriarche maronite, Bechara Raï, grâce à l’intervention de l’Élysée", d'après une source jointe par le média. Cette source aurait également informé les journalistes du site internet de l'intervention du ministère des Affaires étrangères dans l'organisation d'une conférence d'Emmanuel Macron à l'Ecole supérieure des affaires de Beyrouth, lundi 23 janvier. D'abord réticent à accueillir dans son école le candidat, le directeur de l'école, Stéphane Attali, aurait finalement cédé après un coup de fil du ministère. Faux, assurent à la fois le Quai d'Orsay, qui martèle que "le Quai n'organise pas le déplacement d'Emmanuel Macron", mais aussi le directeur de l'école.

Contacté par franceinfo, Stéphane Attali se veut très clair : "C'est très simple, c'est complètement faux. Je n'ai reçu aucun appel du Quai d'Orsay ni de l'ambassade." Selon ce dernier, ce sont les équipes de Macron qui l'ont contacté pour organiser une conférence : "On s'était mis d'accord sur le fait que cette conférence ne serait pas un meeting de campagne. On avait un ancien ministre de l'Economie qui s'exprimait sur des questions de mondialisation, d'entrepreneuriat ou d'économie. Et tout le monde s'est tenu à ce devoir de réserve." 

"C'est vraiment de la diffamation"

Autre accusation du site : le gîte fourni par l'ambassade de France à Emmanuel Macron. "L'ambassade de France a également joué un rôle puisque le candidat à la présidentielle a été logé au sein de la Résidence des Pins, résidence officielle de l’ambassadeur de France", écrit "LVSL". Là encore, le ministère dément, et affirme que le candidat a dormi à l'hôtel. Même réponse du côté de l'entourage d'Emmanuel Macron : "On était dans un hôtel en ville, le même que les journalistes", manque de s'étrangler un proche du candidat. Lequel accuse "ce site inconnu" de dire "évidemment n'importe quoi". "Nous démentons totalement", ajoute-t-il. Démenti aussi en ce qui concerne les "repas de levée de fonds" auxquels aurait participé Emmanuel Macron au Liban, et dont la place aurait coûté de 10 à 15 000 euros. "Le coup des dîners, c'est vraiment de la diffamation, la totalité de la journée, on a été accompagné par la presse", assure encore l'entourage de Macron. 

Du côté du Quai d'Orsay, on affirme enfin que "ce qui a été fait pour Macron, à savoir un accueil à l'aéroport et un briefing à l'ambassade de France", n'est absolument pas exceptionnel. "C'est ce qui est fait pour les anciens ministres", dit-on.