Jeunesse au GUD, accusations d'antisémitisme, combines financières : Frédéric Chatillon, un fidèle toujours dans l'ombre de Marine Le Pen

De récentes enquêtes ont mis dans la lumière ce proche de Marine Le Pen, officiellement chargé de mission dans sa campagne.

Frédéric Chatillon (à gauche), un proche de Marine Le Pen, en marge d\'un meeting à Lyon, début février 2017.
Frédéric Chatillon (à gauche), un proche de Marine Le Pen, en marge d'un meeting à Lyon, début février 2017. (ENVOYE SPECIAL / FRANCE 2)
avatar
Anne BrigaudeauFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il travaille dans l'ombre. Il n'existe d'ailleurs de lui que très peu de photos. Sans jamais répondre à la presse ni monter à la tribune, il tient pourtant un rôle-clé auprès de Marine Le Pen. Présent dans les coulisses de l'inauguration du QG de campagne en novembre 2016, dans les travées des assises présidentielles du FN à Lyon début février 2017... Depuis novembre 2016, Frédéric Chatillon est chargé de mission dans la campagne de la candidate frontiste à la présidentielle, a révélé Le Canard enchaîné fin mars. Selon l'hebdomadaire, l'ancien patron du GUD (le Groupe union défense, un ancien syndicat étudiant d'extrême droite dissous en raison de ses actions violentes) touche 2 550 euros brut chaque mois pour un mi-temps de "coordinateur technique du print et du web".

Un titre officiel qui ne trahit qu'une partie de l'influence de cet homme, mis en examen dans l'enquête sur le financement des campagnes du FN. Un personnage très discret, mis en lumière par France 2 dans un récent numéro du magazine "Envoyé Spécial", nourri par le livre-enquête Marine est au courant de tout... (éd. Flammarion).

Une jeunesse au GUD 

Né en 1968 à Armentières (Nord), Frédéric Chatillon "a vécu dix-sept ans entre le Maroc et la Côte d'Ivoire, avant de venir étudier au lycée militaire de La Flèche", dans la Sarthe, racontent Marine Turchi et Mathias Destal, les auteurs de Marine est au courant de tout...

Mais c'est en faisant le coup de poing contre les "gauchistes" qu'il se fait connaître. Cet étudiant en informatique rejoint le GUD à 20 ans. En avril 1991, il prend la tête du mouvement, qu'il ouvre aux supporters de foot et skinheads parisiens. Une note des renseignements généraux, citée par Marine Turchi et Mathias Destal, décrit les faits d'armes attribués à l'activiste. 

Le 19 mars 1990, il se signale en faisant le salut hitlérien pendant la 'Marseillaise' lors d'une commémoration des combats en Algérie.

Les RG, dans une note de 1993

citée dans "Marine est au courant de tout..."

L'année suivante, toujours selon ce document des RG, Frédéric Chatillon se rend deux fois à Madrid, en Espagne, pour y rencontrer le Belge Léon Degrelle, un ancien Waffen SS "figure emblématique du nazisme européen". En mai 1994, il est interpellé à l'issue d'une manifestation du GUD contre la célébration du cinquantenaire du Débarquement en Normandie. La marque d'un anti-atlantisme auquel il restera fidèle.

Une vieille amitié avec Marine Le Pen

C'est au début des années 1990 que Frédéric Chatillon et Marine Le Pen se rencontrent pour la première fois. Le premier est alors le compagnon de Marie d'Herbais de Thun, une copine d'enfance de Marine Le Pen, dont les parents se fréquentent mutuellement.

"Marine n'a pas tout de suite été ma super pote, parce qu'elle bavait sur les mecs du GUD", raconte pourtant Marie d'Herbais aux journalistes Marine Turchi et Mathias Destal. A Assas, Frédéric Chatillon et Marine Le Pen "se sont beaucoup disputés", confirment les journalistes Caroline Fourest et Fiammetta Venner dans leur biographie de Marine Le Pen publiée en 2011. A l'époque, pour simplifier, le GUD juge le Front national trop mou, et le Front national juge le GUD trop violent. Mais avec "plein d'amis en communs", Marie d'Herbais et Marine Le Pen se rapprochent malgré tout, et se lient d'amitié. Et quand, en 1992, la première épouse Frédéric Chatillon, la fille du président du Front national figure tout naturellement parmi les invités.

La fréquentation des mêmes établissements nocturnes les rapproche un peu plus. Fêtarde, Marine Le Pen est une habituée, comme le chef du GUD, du Washington Square, un bar de la rive droite situé près des Champs-Elysées, ou des boîtes les plus connues de Saint-Germain-des-Prés, rive gauche, à commencer par Castel. Cette amitié ne se démentira plus. Et à chaque grande occasion, lorsqu'il faut trinquer avec Marine Le Pen, Frédéric Chatillon n'est jamais loin. Comme au soir du deuxième tour de l'élection présidentielle de 2002, où la bande d'amis se retrouve à L'Etoile, une ancienne boîte de nuit parisienne située face à l'Arc de Triomphe.

Un "antisionisme", cousin de "l'antisémitisme conspirationniste"

Idéologiquement, après la chute du mur de Berlin en 1989, la nouvelle génération de "gudards", en mal d'ennemis communistes, est surtout mue par un anti-américanisme violent et un antisémitisme peu dissimulé. L'obsession des membres du GUD à ce moment-là, explique à franceinfo l'historien Nicolas Lebourg, spécialiste de l'extrême droite, c'est "le nouvel ordre mondial américano-sioniste".

Pour eux, le sionisme est un système idéologique mondial qui vise au mondialisme. Disons que cet antisionisme est un cousin de l'antisémitisme conspirationniste.

L'historien Nicolas Lebourg

à franceinfo

Cette ligne, Frédéric Chatillon l'officialise en 1993. Pour les 25 ans du GUD, il choisit une affiche provocatrice aux yeux des anciens. Son slogan ? "A Paris comme à Gaza, intifada." Une décision justifiée dans Les Rats maudits, un ouvrage dont il est l'un des coauteurs : "Le danger rouge n'existe plus (...), mais sa reconversion dans la spirale de l'antiracisme s'est parfaitement réalisée. On retrouve aujourd'hui côte à côte les marxistes, les sionistes et les libéraux alliés contre les défenseurs de l'identité nationale." 

Ce combat "antisioniste" lui ouvre des portes dans le monde arabe, en particulier en Syrie. En 1994, Frédéric Chatillon rencontre à Damas le ministre de la Défense d'Hafez el-Assad, le général Tlass, à l'origine de répressions sanglantes et auteur d'un brûlot antisémite, rapportent Mathias Destal et Marine Turchi. 

Il restera fidèle à la Syrie d'Assad père et fils. Des années plus tard, il rencontre ainsi à Damas, souligne L'Obs, photo à l'appui, le fils du général Tlass, en compagnie de Dieudonné, humoriste plusieurs fois condamné pour ses propos antisémites, et de Thierry Meyssan, l’animateur du Réseau Voltaire, connu pour sa thèse conspirationniste sur le 11-Septembre 2001. En France, rappelle L'Express, dans la foulée des révélations du livre de Frédéric Haziza, Vol au dessus d'un nid de fachos, sa société de communication, Riwal, "mène des campagnes de publicité en faveur du ministère du Tourisme à Damas. Et ouvre un site d'informations, Infosyrie.fr, voué au soutien du régime". Aujourd'hui encore, Frédéric Chatillon met en avant sa proximité avec la Syrie, en se localisant ainsi sur son compte Twitter : "Paris / Moscou / Damas."   

Des convictions demeurées intactes ?

Que reste-t-il de ce passé chez les "rats noirs", comme s'appelaient eux-mêmes les "gudards" ? Elu en 2014 sous l'étiquette FN, parti dont il claquera la porte en 2015, l'eurodéputé Aymeric Chauprade estime que les convictions de Frédéric Chatillon n'ont pas changé. "Il est connu pour sa proximité avec Alain Soral [essayiste condamné en mars pour contestation de crime contre l'humanité] et pour sa fascination pour le régime hitlérien", assène-t-il à franceinfo.

Leur univers quotidien, à lui et à son ami Axel Loustau, ce sont des fêtes où ils restent coutumiers des blagues antisémites.

Aymeric Chauprade, eurodéputé ex-FN

à franceinfo

Il n'est pas le seul à dépeindre ainsi le duo. Sous couvert d'anonymat, un témoin de leurs soirées les a décrits dans "Envoyé Spécial". "Plus le groupe est restreint, plus on se lâche sur des saluts nazis, des croix gammées, affirme cet ancien intime du groupe. Le négationnisme est omniprésent. Ils rigolaient sur Auschwitz, disaient qu'il y avait un stade de foot, une piscine pour les Juifs et qu'ils n'étaient pas gazés du tout, qu'ils étaient juste morts de maladies ou d'épuisement."

Voir la vidéo

A l'aune de ces propos, que penser de la biographie Twitter de Frédéric Chatillon ? Il s'y décrit avec des citations attribuées à ses contempteurs, comme le philosophe Bernard Henri-Lévy ("L'entier spectre de l'infamie") ou le journaliste Frédéric Haziza ("Il m'attriste"). "Il se présente en victime de juifs qui le traitent d'antisémite", décrypte l'historien Nicolas Lebourg. Antisémitisme ou humour "Hara-Kiri d'extrême droite", comme le plaide un autre ancien du GUD, Philippe Péninque, dans le livre de Mathias Destal et Marine Turchi ? Franceinfo a tenté d'obtenir sa version. "Il ne répond pas à la presse", a balayé par texto le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline.

Mais l'ancien "gudard" a des défenseurs au sein du FN. Le député européen Bruno Gollnisch le décrit à franceinfo comme "un garçon tout à fait normal, un chef d'entreprise travailleur et sérieux". Fait-il des blagues douteuses, voire antisémites ? "Pas autant que M. Siné, qui écrivait dans Charlie Hebdo."  Et Marine Le Pen, elle-même, est montée au créneau pour défendre son salarié sur BFMTV.

Est-ce qu’il y a des gentils anciens du GUD et des méchants anciens du GUD ? Il y a eu beaucoup de ministres qui étaient des anciens du GUD : M. Longuet... Mme Anne Méaux, la grande prêtresse de la communication qui est aux côtés de M. Fillon, est aussi une ancienne du GUD.

Marine Le Pen

à BFMTV, le 23 mars 2017

Un homme-clé de "l'économie du FN"

Ce parallèle met hors de lui Aymeric Chauprade, désormais soutien de François Fillon à la présidentielle : "Marine Le Pen cherche à minimiser le rôle de Frédéric Chatillon en le comparant à Anne Méaux ou Gérard Longuet. Ça n'a rien à voir !" Au-delà même de l'idéologie, le député européen dénonce le fait que "toute l'économie du FN tourne autour des entités créées par le trio formé par Chatillon et ses amis Axel Loustau et Nicolas Crochet. A commencer par Riwal [l'entreprise de communication de Frédéric Chatillon] et Jeanne [le micro-parti de Marine Le Pen], avec captation des subsides publics."

Entreprenant, Frédéric Chatillon fonde dès 1995 son agence de communication, Riwal. La même année, il décroche un marché de fourniture de tracts auprès du Front national de la jeunesse, alors dirigé par Samuel Maréchal, beau-frère de Marine Le Pen. Au fil des campagnes, il devient  le principal prestataire de la propagande frontiste, qu'il saura centraliserAux cantonales et aux législatives de 2012, aux européennes de 2014 et aux départementales de 2015, les candidats FN sont incités à souscrire aux onéreux "kits de campagne" (site internet, tracts, affiches...) fournis par la société, et à les financer si besoin via un prêt proposé par le micro-parti Jeanne, à un taux élevé de 6,5%. Si les candidats dépassent 5% des voix, l'Etat les rembourse. Sinon, le micro-parti s'engage à reprendre la créance. La combine s'avère juteuse, aussi bien pour Jeanne que pour Riwal, dont le chiffre d'affaires explose, avoisinant les 13 millions d'euros à la fin 2012. Les 9/10e "proviennent des prestations vendues au micro-parti", peut-on lire dans Marine est au courant de tout.

Mais un rouage va se gripper lorsque quelques candidats novices du FN découvrent que kits et prêts ont été souscrits en leur nom, mais à leur insu, affirment-ils. C'est le point de départ d'une enquête sur des soupçons de surfacturation ou de fausses facturations et de plusieurs mises en examen, dont celle de Frédéric Chatillon.

Grillé en France, il s'installe à Rome à l'automne 2014, d'où il poste sur Facebook quelques images heureuses de sa "dolce vita". Un exil un rien contraint car, depuis sa mise en examen, Riwal a interdiction de travailler avec le FN dans le cadre d'élections. Mais c'est sans compter l'inventivité de l'entrepreneur. En jouant sur des arguties juridiques, la société continue à collaborer avec le parti, assure Le Monde. Les nouveaux prestataires de la propagande frontiste, e-Politic ou Les Presses de France, seraient toujours dépendants de lui, ou de son ami Axel Loustau. 

"J'emmerde Adolf Hitler [et] les journalistes"

Sur le plan financier, Frédéric Chatillon figurait aussi en bonne place dans les révélations des "Panama Papers" en 2016. Avec l'expert-comptable Nicolas Crochet, l'intime de Marine Le Pen a monté un circuit complexe pour sortir de France 316 000 euros de la société Riwal et en réinvestir une partie dans l'entreprise d'un ami basée à Singapour, en Asie du Sud-Est, affirme Le Monde. L'argent serait parti notamment vers "une société écran, joliment baptisée 'Time Dragon', basée à Hong Kong, dont la maison mère est domiciliée à plus de 15 000 km de là, aux îles Vierges britanniques".

Alors, comment un personnage aussi trouble peut-il être ouvertement salarié par l'équipe de campagne de Marine Le Pen ? "Frédéric Chatillon et ses amis ne sont pas marginaux parce que ce sont eux qui tiennent l'économie du FN, insiste Aymeric Chauprade. Reste à comprendre pourquoi Marine Le Pen ne les a pas sacrifiés. En termes d'image, elle aurait dû s'en débarrasser. Certains évoquent l'élément affectif, mais l'élément affectif n'a pas tenu pour son père ! Ces gens-là la tiennent, elle n'est pas libre." 

Il faut dire aux gens qui veulent voter Marine Le Pen qu'elle est tenue par un clan d'ultraradicaux. C'est extrêmement dangereux pour le pays, d'autant que Marine Le Pen assume désormais elle-même cette proximité, et leur importance dans le dispositif. Je m'adresse à l'immense majorité des gens qui votent FN et je leur dis : 'Ouvrez les yeux'.

Aymeric Chauprade, eurodéputé ex-FN

à franceinfo

Que pense l'intéressé de toutes ces accusations ? Sollicité via Twitter, Frédéric Chatillon nous a depuis bloqués. Reste son compte Facebook, sur lequel il avait répliqué, samedi 18 mars, aux autres articles à son sujet : "J'emmerde Adolf Hitler et le Troisième Reich ! Mais j'emmerde autant ces 'journalistes' qui se permettent de raconter n'importe quoi." Le message n'est désormais plus accessible, mais il en reste une capture d'écran.