EN IMAGES. "Péril", "désolation", "ruine"... Jean-Luc Mélenchon, cible de toutes les attaques

A moins de dix jours du premier tour, le candidat de la France insoumise en prend pour son grade après sa percée dans les sondages. 

En quelques jours, il est devenu la cible de toutes les attaques, venues de gauche comme de droite. En hausse dans les sondages, au coude-à-coude avec François Fillon voire devant lui dans certaines études, Jean-Luc Mélenchon inquiète visiblement certains de ses adversaires, qui n'hésitent plus à l'attaquer frontalement.

"Communiste", "totalitaire"... Le candidat de la France insoumise à la présidentielle est visé par ses rivaux, comme Emmanuel Macron, François Fillon ou Marine Le Pen, mais aussi par d'autres leaders d'opinion tels que Pierre Gattaz, patron du Medef, ou Pierre Berger, le numéro 1 de la CFDT. Même une partie de la presse a mis en garde les électeurs, à l'instar du Figaro ou des Echos.

1|10
Emmanuel Macron, lors d’un meeting à Besançon, mardi 11 avril. AFP / FRANCEINFO
2|10
Pierre Gattaz, patron du Medef, au Parisien, dimanche 9 avril MAXPPP
3|10
L'ancien candidat Europe Ecologie-Les Verts et soutien de Benoît Hamon, Yannick Jadot, sur France 2, mercredi 12 avril. MAXPPP / FRANCEINFO
4|10
Titre d'un article du "Figaro" publié le jeudi 12 avril.  REUTERS / FRANCEINFO
5|10
François Hollande, dans une interview au "Point", jeudi 13 avril. AFP / FRANCEINFO
6|10
Article des "Echos" publié mardi 11 avril.  AFP / FRANCEINFO
7|10
François Fillon en meeting. THIERRY ZOCCOLAN / AFP
8|10
Laurent Berger, patron de la CFDT, sur France Inter, jeudi 13 avril. MAXPPP / FRANCEINFO
9|10
Valérie Pécresse, jeudi 13 avril, invitée de "L'Opinion" et de Boursorama. AFP / FRANCEINFO
10|10
Marine Le Pen, lors d'une réunion publique en Haute-Vienne, le 13 avril 2017. FRANCOIS NASCIMBENI / AFP