Résultats présidentielle : Emmanuel Macron remporte largement l'élection avec 65,8% des voix face à Marine Le Pen, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria

Favori du second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, le candidat d'En marche !, a creusé l'écart dans les urnes face à Marine Le Pen, malgré une campagne d'entre-deux-tours difficile. Retour sur ces deux semaines mouvementées.

Emmanuel Macron lors d\'un déplacement à Bordeaux, le 10 mars 2017.
Emmanuel Macron lors d'un déplacement à Bordeaux, le 10 mars 2017. (SEBASTIEN ORTOLA / REA)
avatar
Ilan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'issue du scrutin était prévisible, c'est désormais acquis : Emmanuel Macron va devenir le huitième président élu de la Ve République. Il a recueilli, dimanche 7 mai, 65,8% des voix face à Marine Le Pen (34,2%), au second tour de l'élection présidentielle, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France*. Grand favori de ce duel inédit, Emmanuel Macron a su tenir son rang malgré un début d'entre-deux-tours poussif. Retour sur la dernière ligne droite de ce marathon présidentiel unique en son genre.

>> Second tour de la présidentielle : suivez notre soirée spéciale en direct

Pour Emmanuel Macron, la campagne de second tour commence par une grosse bourde de communication. Galvanisé par sa position de tête au soir du premier tour, le 23 avril, il choisit de fêter ce qui n'est pourtant pas encore une victoire. A La Rotonde, une brasserie réputée du quartier de Montparnasse, à Paris, le candidat retrouve une partie de son staff de campagne, des politiques et quelques célébrités comme Pierre Arditi et Line Renaud.

Une campagne qui flotte

Les agapes restent modestes. Du jambon et des asperges pour le candidat, "quelques radis, des croque-monsieur coupés en quatre et une coupe de champagne" pour les invités, relate Stéphane Bern, qui était aussi de la partie. La Rotonde n'est pas le Fouquet's, mais qu'importe : dans les esprits, le parallèle est vite établi avec la fête "bling-bling" de Nicolas Sarkozy au soir de sa victoire en 2007.

Surtout, on reproche à Emmanuel Macron d'agir comme s'il avait déjà gagné la partie. Juste avant l'escapade à La Rotonde, il prononce un discours de quasi-victoire devant 3 000 militants en liesse, échange sur scène un baiser avec son épouse Brigitte… A-t-il pris la mesure de la responsabilité qui lui incombe ? Est-il capable de trouver les mots pour rassembler le camp républicain face au Front national ? Les jours suivants, sa campagne semble flotter : un agenda vide le lundi, pas de déplacement de campagne le mardi… Le mercredi matin, Libération traduit le scepticisme ambiant dans une une moqueuse.

Ce jour-là, Emmanuel Macron redescend très vite dans l'arène, aiguillonné par Marine Le Pen. Pendant qu'il rencontre les représentants syndicaux de l'usine Whirlpool d'Amiens dans les locaux de la Chambre de commerce de la ville, son adversaire déboule par surprise sur le site de l'usine promise à la fermeture. Sur les chaînes d'information, le choc des images est saisissant : l'un est claquemuré dans des bureaux, l'autre pose pour des selfies et réconforte les salariés.

Chez Whirlpool, Macron remis en selle par Le Pen

Le coup de com' de Marine Le Pen fonctionne à merveille. Sauf qu'Emmanuel Macron ne s'avoue pas vaincu. Sa réunion terminée, il se rend à son tour auprès des salariés. L'accueil houleux lui permet de mettre en scène un certain courage. Arrivé sous les sifflets, il repart, après plus d'une heure de discussion, dans une atmosphère plus apaisée. Des poignées de main sont échangées. S'il n'a pas convaincu les salariés, il a peut-être gagné leur respect.

Rien n'est évident dans cet entre-deux-tours. Le front républicain, si puissant en 2002 lorsqu'il s'agissait de faire barrage à Jean-Marie Le Pen en votant pour Jacques Chirac, est abîmé. L'attitude de Jean-Luc Mélenchon, qui ne donne aucune consigne de vote et refuse de dévoiler son choix, en dit long sur le déclin de ce réflexe politique qui avait accompagné la montée du Front national dans les années 1990.

Un certain flottement existe aussi à droite. Certes, François Fillon appelle dès le soir du premier tour à voter pour Emmanuel Macron. Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se prononcent aussi rapidement en faveur du candidat d'En marche !, de même que plusieurs ténors (Christian Estrosi, Xavier Bertrand, Nathalie Kosciusko-Morizet…). Mais le bureau politique des Républicains reste dans l'ambiguïté : "Face au Front national, l'abstention ne peut être un choix, nous appelons à voter contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour de l’élection présidentielle", énonce le communiqué du parti, sans citer le nom d'Emmanuel Macron.

Rediaboliser le FN pour mieux le contrer

Pour réactiver ce front républicain en perte de vitesse, Emmanuel Macron tente de dramatiser sa campagne. Plutôt que de modifier son programme ou de donner des gages aux électeurs de Mélenchon ou de Fillon, le candidat d'En marche ! entreprend de faire de ce second tour un référendum anti-FN. "Ne pas se positionner, c'est décider d'aider madame Le Pen", déclare-t-il sur TF1.

Il multiplie les commémorations symboliques censées replacer le FN face à son sulfureux passé. Le vendredi, il se rend à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), ce village massacré et détruit par des soldats de la Waffen-SS en juin 1944, puis visite le mémorial de la Shoah à Paris. Le 1er-Mai, il participe à un hommage en mémoire de Brahim Bouarram, un Marocain jeté dans la Seine par un participant au défilé du 1er mai 1995 organisé par Jean-Marie Le Pen. "Le parti des agents du désastre, les instruments du pire, l'extrême droite française, elle est là. Ils guettent depuis si longtemps l'effondrement que nous vivons pour en tirer profit", assène-t-il, le même jour, lors de son grand meeting parisien.

Une victoire sans enthousiasme

Le débat du 3 mai, suivi par 16 millions de téléspectateurs, lui donne une nouvelle occasion de pousser son avantage. Marine Le Pen, trop agressive, perd des plumes dans cet exercice qui exige de la solennité. Même certains de ses soutiens reconnaissent que leur candidate a manqué son débat. L'effet est immédiat. Dans les sondages qui suivent, la courbe d'Emmanuel Macron remonte sensiblement, laissant présager la large victoire obtenue ce dimanche.

Malgré le score, sans appel, cette difficile campagne d'entre-deux-tours a démontré qu'Emmanuel Macron ne peut se prévaloir d'avoir reçu un blanc-seing de la part des électeurs. Selon une enquête Ipsos pour le Cevipof et Le Monde publiée le 2 mai, 60% de ses électeurs affirment voter pour lui "par défaut". Fractures politiques, colères sociales, scepticisme généralisé… A peine élu, Emmanuel Macron se trouve déjà face à d'immenses défis. Pour lui, le plus dur commence dès ce soir.

* Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, Le Point, Le Monde, France 24 et les chaînes parlementaires.