DIRECT. Le gouvernement de Bernard Cazeneuve a officiellement démissionné

Il expédiera les affaires courantes jusqu'à dimanche et la passation de pouvoirs.

Bernard Cazeneuve à la sortie de l\'Elysée, le 26 avril 2017.
Bernard Cazeneuve à la sortie de l'Elysée, le 26 avril 2017. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
avatar
Thomas BaïettoVincent DanielKocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a présenté, mercredi 10 mai, la démission de son gouvernement à François Hollande, qui l'a acceptée et lui a demandé d'expédier les affaires courantes jusqu'à la formation d'une nouvelle équipe gouvernementale, a annoncé la présidence de la République. C'est la suite logique de l'élection présidentielle, dimanche, d'Emmanuel Macron, qui succédera officiellement dimanche à François Hollande à la présidence de la République. Le gouvernement démissionnaire a tenu son dernier conseil des ministres.

Macron officiellement président. Le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, a proclamé officiellement son élection comme président de la République, validant les résultats déjà annoncés par le ministère de l'Intérieur. Emmanuel Macron a ainsi recueilli 20 743 128 voix au second tour dimanche, contre 10 638 475 voix à la candidate du Front national.

Mélenchon compte se présenter à Marseille. Le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle a annoncé, dans un mail envoyé aux militants, avoir choisi la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, à Marseille. "Oui, je suis parachuté. Mais je suis partout chez moi", s'est-il justifié sur BFMTV. Il fera face au sortant socialiste Patrick Mennucci.

 La candidature de Valls rejetée ? Après la proposition de l'ancien Premier ministre d'être candidat En marche ! à Evry (Essonne), Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investiture d'En marche ! aux législatives, a indiqué sur Europe 1 qu'"à ce jour, il n'est pas dans les critères d'acception de sa demande d'investiture". De son côté, Jean-Christophe Cambadélis a indiqué que l'ancien Premier ministre était "déféré devant la commission des conflits" du parti, une procédure ouverte après son soutien à Emmanuel Macron à l'élection présidentielle.

 Deux nouveaux mouvements à gauche. Benoît Hamon lancera, le 1er juillet, "un mouvement large qui s'adressera aux hommes et femmes de gauche" et sera "transpartisan". Dans une tribune au Monde, 160 signataires, dont Anne Hidalgo, Martine Aubry et Christiane Taubira, annoncent la naissance de "Dès demain", qui ne se veut pas être un parti mais "un grand mouvement d’innovation".

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#PRESIDENTIELLE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

23h25 : À peine élu à la tête de l'État, Emmanuel Macron a reçu ses premières directives de la part de l'Union européenne. Quel message nous envoie l'UE ? La réponse de France 2.


22h51 : Emmanuel Macron l'avait annoncé : sa première grande réforme avant l'été, sera celle de l'assouplissement par ordonnance du Code du travail. A quoi faut-il s'attendre ? Les explications de France 2.


22h18 : C'était sa deuxième apparition officielle depuis son élection : Emmanuel Macron a présidé la cérémonie de commémoration de l'esclavage aux côtés de François Hollande ce matin. Un rassemblement qui a tourné au bain de foule.


(FRANCE 2)


20h52 : Bernard Cazeneuve a remercié "du fond du cœur" François Hollande, ce soir alors qu'il lançait la campagne des socialistes dans la Sarthe, fier du ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

(FRANCEINFO)

20h39 : Le dernier conseil des ministres du quinquennat de François Hollande s'est déroulé ce midi à l'Élysée. Une équipe de France 3 était sur place et a recueilli les réactions des ministres.

20h11 : Voici la lettre de François Hollande qui prend acte de la démission du gouvernement de Bernard Cazeneuve.

20h07 : Voici l'essentiel de l'actualité :

Jean-Luc Mélenchon sera candidat aux législatives à Marseille dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône. Une décision qui a provoqué la colère de Patrick Mennucci, le député socialiste sortant.

Il y avait deux présidents aujourd'hui." François Hollande a présidé avec son successeur les commémorations de l'abolition de l'esclavage.

• Sale journée pour Manuel Valls. Après avoir appris qu'il ne remplissait pas, "à ce jour", les critères pour être investi par En marche !, le PS a rappelé que l'ancien Premier ministre avait été "déféré" devant la commission des conflits du parti.

• Le XV de France sera dans "la poule de la mort" pour le Mondial 2019 au Japon. Les Bleus devront en découdre avec l'Angleterre et l'Argentine notamment.

20h03 : La démission du gouvernement intervient après la victoire dimanche d'Emmanuel Macron. Toutefois, le gouvernement expédiera les affaires courantes jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement.

19h59 : Le gouvernement de Bernard Cazeneuve a officiellement démissionné, annonce l'Elysée.

18h49 : Au total, Emmanuel Macron a recueilli 20 743 128 voix au second tour dimanche, contre 10 638 475 voix à la candidate du Front national, annonce le président du Conseil constitutionnel qui vient de proclamer les résultats.

18h36 : Tutoiement, prénoms, détails sur la vie privée… Le texte de cet élu interpelle, au point de trouver un écho national, depuis ce matin. Je l'ai contacté, pour connaître les raisons de ce coup de gueule, et la réaction des intéressés. "Je voulais les faire réagir (...) certains n'ont même pas compris que je parlais d'eux", m'a-t-il confié. Je vous invite à lire son texte et ses explications, dans cet article.

18h36 : "A toi Daniel, qui veut faire payer les fraudeurs, je te rappelle que bosser au black, ce n'est pas la règle" C'est en ces termes qu'Eric Gold, adjoint au maire de Saint-Priest-Bramefant (Puy-de-Dôme), s'adresse à ses administrés qui ont voté Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, dans un long texte publié sur Facebook.

18h00 : Il est 18 heures. Faisons un point sur l'actualité :

Jean-Luc Mélenchon sera candidat aux législatives à Marseille dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône. Une décision qui a provoqué la colère de Patrick Mennucci, le candidat socialiste local.

Il y avait deux présidents aujourd'hui." François Hollande a présidé avec son successeur les commémorations de l'abolition de l'esclavage.

• Sale journée pour Manuel Valls. Après avoir appris qu'il ne remplissait pas, "à ce jour", les critères pour être investi par En marche !, le PS a rappelé que l'ancien Premier ministre avait été "déféré" devant la commission des conflits du parti.

• Le XV de France sera dans "la poule de la mort" pour le Mondial 2019 au Japon. Les Bleus devront en découdre avec l'Angleterre et l'Argentine notamment.

17h54 : Comme pour chaque élection, les Sages ont vérifié les résultats du scrutin pour proclamer officiellement l'élection du président de la République. Le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, donne en ce moment une conférence de presse.

17h49 : Le Conseil constitutionnel proclame officiellement Emmanuel Macron élu président de la République.

17h22 : #LEGISLATIVES "Après avoir tenu des grands discours sans grande précision sur la 6e République, nous découvrons maintenant qu'en réalité elle consiste à une reproduction en pire de la vieille politique : parachutage, petits arrangements pour son propre intérêt, manœuvre dans le microcosme politique marseillais", continue Patrick Mennucci, sur sa page Facebook.

17h22 : Le socialiste Patrick Mennucci a réagi à l'arrivée de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription, annoncée par Le Monde. Dans un post Facebook, il s'en prend au candidat de la France insoumise. "En venant dans la seule circonscription de l'arc méditerranéen où le Front national n'a aucune chance d'être au second tour, (...) il montre que son seul combat, le sens de son engagement politique est le combat gauche contre gauche", écrit-il.

16h59 : Notons que jusque-là, Jean-Luc Mélenchon ne figurait pas parmi la liste des candidats investis à Marseille, mise ligne sur le site de la France insoumise.

16h51 : Jean-Luc Mélenchon devrait finalement être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, face au socialiste Patick Mennucci. Jean-Luc Mélenchon a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux "insoumises et insoumis" marseillais, que Le Monde a pu consulter.

16h21 : "Je suppose que s'il vient à Marseille c'est pour affronter ses ennemis, c'est-à-dire le Front national, continue-t-il. Il y a une circonscription pour cela, c'est celle de Stéphane Ravier", le sénateur-maire FN de la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône. "S'il vient dans une autre circonscription, cela veut dire qu'il vient affronter un candidat socialiste (...) on s'en expliquera devant les électeurs."

16h21 : Patrick Mennucci, l'un des candidat PS aux législatives à Marseille, ne reçoit pas très bien le fait que Jean-Luc Mélenchon s'invite dans la ville phocéenne pour tenter de s'y faire élire. "Jean-Luc Mélenchon veut se faire réélire à coup sûr. Il y a un ou deux endroits où il peut se faire élire" en France, "mais ne veut pas y aller parce qu'il y a déjà mis ses amis", affirme-t-il à l'AFP.

15h52 : C'était le dernier. François Hollande a présidé ce matin son ultime Conseil des ministres avec le gouvernement au grand complet, quatre jours avant de remettre les clés de l'Elysée à son successeur, Emmanuel Macron. Pour le chef de l'Etat sortant, c'était aussi l'occasion d'insister sur l'importance du dialogue social.

(MARYSE BURGOT / FRANCE 2)

15h44 : "Si on est responsable, on peut éviter les noms d'oiseaux."

Interrogé sur BFMTV, Pierre Laurent est revenu sur les propos tenus par Jean-Luc Mélenchon, ce matin. "Pierre Laurent ment", avait lancé le chef de file de la France insoumise, après l'échec des négociations avec le Parti communiste pour des investitures communes aux législatives.

15h15 : Il est malheureusement trop tard @Sissylia. Vous aviez jusqu'au 31 décembre 2016 pour vous inscrire sur les listes si vous vouliez voter aux élections de l'année 2017. Cette règle va changer à partir des municipales de 2020 : une loi votée en juillet 2016 prévoit de faciliter l'inscription sur les listes jusqu'à un mois avant un scrutin, note le Parisien.

14h15 : Il est 14 heures. Faisons un point sur l'actualité :

Il y avait deux présidents aujourd'hui." François Hollande a présidé avec son successeur les commémorations de l'abolition de l'esclavage.

• Sale journée pour Manuel Valls. Après avoir appris qu'il ne remplissait pas, "à ce jour", les critères pour être investi par En marche !, le PS a rappelé que l'ancien Premier ministre avait été "déféré" devant la commission des conflits du parti.

• Jean-Luc Mélenchon sera, lui, candidat, "probablement à Marseille" où il était arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle. "Je suis partout chez moi. La France, c'est mon pays", a-t-il justifié.

• Le XV de France sera dans "la poule de la mort" pour le Mondial 2019 au Japon. Les Bleus devront en découdre avec l'Angleterre et l'Argentine notamment.

13h52 : Bonjour @Gilou. En situation de cohabitation, les pouvoirs du président de la République et du Premier ministre sont strictement définis par la Constitution. Je vous invite à lire cet article du site Vie-publique.fr qui répond parfaitement à votre question.

13h52 : Bonjour ! Etant assez jeune, je n'ai jamais connu de cohabitations sous la Ve République. Quels seraient alors les pouvoirs du premier ministre et du président si Emmanuel Macron n'avait pas la majorité à l'Assemblée ? Merci !

13h25 : Malek Boutih, député de l'Essonne et fidèle parmi les fidèles de Manuel Valls, a fait sa demande d'investiture auprès de La République en marche, en ligne, comme le demande le mouvement, note Le Lab d'Europe 1. "Ce qui compte ce n'est pas les formulaires, c'est de savoir si un certain nombre de personnalités, comme Manuel Valls ou moi, on est utiles pour une majorité présidentielle", a-t-il expliqué.

13h16 : Petite précision après les propos de Jean-Christophe Cambadélis, affirmant que Manuel Valls "est déféré devant la commission des conflits du PS". En réalité, cette procédure d'exclusion ne fait pas suite à la recherche d'investiture La République en marche de l'ancien Premier ministre. Elle date du 6 avril, quand le premier secrétaire du PS avait saisi la commission des conflits du parti pour étudier le cas des élus apportant leur soutien à un autre candidat à la présidentielle que Benoît Hamon.

12h53 : Ah quel discours formidable. Je reconnais la France, la France des grandes valeurs qui éclairent le monde. Bravo Hollande, bravo la france

12h53 : C'est bien ,mais s'occuper de l'esclavage actuel serait encore mieux,comme en Lybie actuellement .

12h52 : Il en rajoute vivement dimanche qu'il s'en aille

12h52 : Au Jardin du Luxembourg , François Hollande vient de faire un dernier discours ! Bravo !

12h59 : Dans les commentaires, vous êtes partagés concernant ce discours de François Hollande, qui pourrait être le dernier avant la passation de pouvoir, dimanche prochain.

12h48 : A la fin de son discours, François Hollande a été (très) longuement applaudi. C'était vraisemblablement sa dernière commémoration officielle en tant que président de la République. Voici les images.

(FRANCE Ô)

12h43 : #ESCLAVAGE "Comment puis-je être utile à mon pays ? C'est à cette question que je vais répondre maintenant."

12h42 : #ESCLAVAGE "On me reverra. Peut-être pas dans toute les cérémonies, mais celle-là me tient à cœur."

12h40 : "Il y avait deux présidents aujourd'hui. Celui qui quittait ses fonctions et l'autre qui s'apprête à les assumer. Il y avait une communion qui devait se faire"

Après son discours, François Hollande a évoqué, auprès des journalistes, une "communion philosophique", avec Emmanuel Macron.


12h40 : "Nous devons continuer à nous battre contre les divisions qui déchirent les peuples, y compris ici, contre les discours qui jettent les uns contre les autres, contre les intégristes, contre les obscurantistes, contre les communautaristes, il y a encore beaucoup à faire...", a déclaré François Hollande lors de la cérémonie de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions. Avant d'ajouter, pour la première fois, en s'adressant à Emmanuel Macron : "Monsieur le président."

(FRANCE O)

12h22 : Le président de la République sortant préside avec son successeur la cérémonie commémorative de l'abolition de l'esclavage. C'est la deuxième fois que François Hollande et Emmanuel Macron se retrouvent pour un événement officiel après la cérémonie du 8-Mai. C'est surtout l'occasion pour le chef de l'Etat sortant de guider le président élu. Voici l'échange entre les deux hommes, aux côtés de Gérard Larcher, le président du Sénat.

(FRANCE Ô)

12h17 : L'AFP a eu accès aux éléments de langage du Front national concernant le retrait de Marion Maréchal-Le Pen. Nicolas Bay, numéro trois du FN, a demandé aux cadres du parti d'insister sur la dimension "personnelle" du retrait de la députée. Cette décision "est avant tout le choix personnel d'une jeune femme qui a été totalement accaparée par le combat politique depuis cinq ans et qui souhaite à la fois pouvoir se consacrer davantage à sa vie personnelle et familiale", écrit-il dans une note interne.

12h13 : Il est midi, voici le point sur l'actualité :

• François Hollande et Emmanuel Macron sont au jardin du Luxembourg pour les commémorations de l'abolition de l'esclavage. Suivez la cérémonie en direct.

• Sale journée pour Manuel Valls. Après avoir appris qu'il ne remplissait pas, "à ce jour", les critères pour être investi par En marche!, l'ancien Premier ministre est "déféré" devant la commission des conflits du PS.

• Jean-Luc Mélenchon sera, lui, candidat, "probablement à Marseille" où il était arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle. "Je suis partout chez moi. La France, c'est mon pays", a-t-il justifié. #PRESIDENTIELLE

• Le XV de France sera dans "la poule de la mort" pour le Mondial 2019 au Japon. Les Bleus devront en découdre avec l'Angleterre et l'Argentine notamment.

12h03 : François Hollande prend la parole pour l'un de ses derniers discours comme président de la République. "Monsieur le président élu, cher Emmanuel Macron, je suis heureux de votre présence ici", commence-t-il. Vous pouvez l'écouter en direct sur notre site et sur France Ô.

12h02 : "Cette information est totalement erronée". François Bayrou vient de démentir le quotidien Sud-Ouest, qui l'annonçait au ministère de la Justice.

11h53 : La candidature de Mélenchon, les explications de Marion Maréchal-Le Pen, le rejet de Manuel Valls... Voici les 5 infos des législatives aujourd'hui.

11h41 : Martine Billard annonce que l'imitateur Gérald Dahan, soutien de #Melenchon, sera candidat France insoumise aux elections legislatives.

11h52 : Et pendant ce temps-là, la France insoumise annonce la candidature de l'humoriste Gérald Dahan, soutien de Jean-Luc Mélenchon pendant la présidentielle.

11h38 : "Au PS, ce n'est pas comme au FN, à En marche ! ou à FI [France isoumise] : ce n'est pas le chef qui décide d'exclure. Il y a des procédures", a expliqué le premier secrétaire.

11h39 : #LEGISLATIVES Manuel Valls "est déféré devant la commission des conflits", annonce le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis sur Beur FM.

11h24 : Voici quelques-uns des sujets sur lesquels travaillent mes camarades ce matin :

• Sophie Brunn se penche sur l'avenir de François Hollande après l'Elysée.

• Geoffrey Lopes brosse le portrait d'Olivier Dame-Malka, pilier de la défense des Bleus.

• Simon Gourmellet vous prépare plusieurs articles en prévision du concours, dont la finale se tiendra samedi à Kiev (Ukraine).