Benoît Hamon "très tranquille" face aux accusations sur le financement d'un de ses meetings

Plusieurs responsables socialistes s'interrogent en effet sur la façon dont il a payé le rassemblement de lancement de son Mouvement du 1er-Juillet, à Paris.

Benoît Hamon lors du meeting de lancement de son nouveau mouvement politique, à Paris, le 1er juillet 2017.
Benoît Hamon lors du meeting de lancement de son nouveau mouvement politique, à Paris, le 1er juillet 2017. (JACQUES DEMARTHON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Benoît Hamon répond à ses détracteurs. L'ex-membre du PS a affirmé à franceinfo, jeudi 24 août, être "très tranquille" face aux accusations pesant sur le financement d'un de ses meetings. Plusieurs responsables socialistes s'interrogent en effet sur la façon dont il a payé le rassemblement de lancement de son mouvement à Paris, le 1er juillet, rapporte Le Parisien. Ils soupçonnent Benoît Hamon d'avoir négocié des avoirs secrets avec des prestataires, durant la campagne présidentielle, et d'avoir utilisé cet argent discrètement subtilisé pour organiser le rendez-vous politique.

Ces proches de François Hollande s'interrogent en outre sur le coût de la campagne de l'ex-candidat socialiste, qui a atteint 15 millions d'euros. En comparaison, celle de Jean-Luc Mélenchon a coûté 10 millions d'euros et celle de François Fillon 13,7 millions d'euros, selon Le Parisien. Les trois candidats ont été éliminés dès le premier tour du scrutin. "Je me suis occupé de trois campagnes présidentielles dont deux de près, assure l'ex-député socialiste Julien Dray. Vu le faible nombre de meetings et le peu de matériel de propagande utilisé, cette campagne a dû coûter au maximum 10 millions, pas 15 !"

"On ne trouvera rien, parce qu'il n'y a rien à trouver"

"Beaucoup de ceux qui font de la vieille politique – Julien Dray, Stéphane Le Foll, François Rebsamen – m'accusent et accusent les autres de leurs propres turpitudes, a rétorqué Benoît Hamon, jeudi 24 août. J'ai toujours été transparent, j'ai mené ma campagne avec beaucoup d'honnêteté. Mais (…) ceux qui ne m'ont pas soutenu à la présidentielle, qui ont fait campagne pour Macron, aujourd'hui me cherchent des noises."

L'ex-membre du PS a assuré que le meeting de lancement du Mouvement du 1er-Juillet avait "coûté 56 000 euros, exclusivement financés par les dons de ceux qui croient dans les combats que nous menons". "On ne trouvera rien, parce qu'il n'y a rien à trouver, a martelé Benoît Hamon. Tous nos livres sont ouverts. Ceux de la présidentielle, puisque les comptes déposés devant la commission nationale de contrôle ont été validés, [mais aussi les livres de] tout ce qui concerne le financement du Mouvement du 1er-Juillet. J'ai rendu public le financement, point par point, de ce meeting, et je continuerai à le faire."