Présidentielle : six Français sur dix estiment que l'honnêteté est la qualité la plus importante pour un chef de l'État

L'honnêteté est plébiscitée par une large majorité d'électeurs de gauche et seulement 19% des fillonistes. En matière de moralisation de la vie politique, les Français accordent plutôt leur confiance à Jean-Luc Mélenchon.

Palais de l\'Élysée.
Palais de l'Élysée. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

À trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, dont la campagne a été marquée par les affaires, 65% des Français jugent que la première qualité d'un président de la République doit être la probité et l'honnêteté, selon un sondage Ipsos Sopra Steria pour franceinfo et France Télévisions publié mercredi 5 avril 2017.* 

Dans le détail, c'est à gauche que l'on trouve le plus d'électeurs qui jugent que l'honnêteté et la probité sont les qualités les plus importantes pour un chef de l'État : 86% de ceux qui ont l'intention de voter pour Benoît Hamon au premier tour et 83% de ceux qui pensent voter pour Jean-Luc Mélenchon.

19% des Fillonistes placent l'honnêteté en tête 

Chez les électeurs d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen, une majorité d'électeurs (60%) placent la probité et l'honnêteté comme première qualité d'un président. Ils ne sont que 19% chez les partisans de François Fillon. Pour eux, ce qui prime, avant tout, c'est la détermination.

La confiance accordée aux différents candidats en matière de transparence et de moralisation de la vie politique, selon l\'intention de vote. Capture d\'écran.
La confiance accordée aux différents candidats en matière de transparence et de moralisation de la vie politique, selon l'intention de vote. Capture d'écran. (IPSOS POUR FRANCEINFO)

Les sondés devaient choisir deux qualités parmi les sept proposées dans cette enquête. Pour 34% d'entre eux, la détermination est la qualité la plus importante pour un président de la République. En revanche, moins du quart des personnes interrogées placent en tête la capacité à bien s'entourer (23%), la capacité d'écoute (17%), la capacité à rassembler (17%), la hauteur de vue (10%) et la constance (9%).

Jean-Luc Mélenchon décroche la palme de la confiance 

Toujours d'après ce sondage, près de la moitié (47%) des Français considèrent que le thème de la moralisation et de la transparence de la vie politique doit occuper une place prioritaire dans la campagne électorale, 44% une place importante et 9% une place secondaire.

L'enquête montre également que les Français n'ont majoritairement confiance en aucun candidat pour faire les bonnes propositions en matière de moralisation de la vie politique, à l'exception de Jean-Luc Mélenchon à qui une majorité de Français font confiance. François Fillon est celui en qui les personnes interrogées ont le moins confiance pour moraliser la vie politique.

La confiance accordée aux différents candidats en matière de transparence et de moralisation de la vie politique. Capture d\'écran.
La confiance accordée aux différents candidats en matière de transparence et de moralisation de la vie politique. Capture d'écran. (IPSOS POUR FRANCEINFO)

Des élus jugés corrompus et agissant pour leurs intérêts

Concernant les institutions, 57% des sondés font confiance à la justice pour garantir la transparence et la moralisation de la vie politique. Les médias arrivent en avant-dernière position (27%) devant les hommes et les femmes politiques (14%).

Selon le sondage, 74% des Français considèrent que la plupart des hommes et femmes politiques sont corrompus et 85% estiment qu'ils agissent principalement pour leurs intérêts personnels.

Enfin, les propositions des candidats en matière de moralisation de la vie publique sont très majoritairement bien accueillies par les Français. Les mesures les plus indispensables à leurs yeux étant le fait de soumettre à l'impôt l'intégralité de la rémunération des parlementaires (85%), le fait d'exiger un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection (83%) ou encore rendre inéligible à vie les personnes condamnées une fois pour corruption (81%).

* Enquête Ipsos Sopra-Steria pour franceinfo et France Télévisions réalisée du 30 au 31 mars 2017 auprès de 1 005 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Échantillon interrogé par internet. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’individu, région, catégorie d’agglomération.