Polémique sur les finances de l'ex-région Poitou-Charentes

Sous le feu des critiques, le socialiste Jean-François Macaire, vice-président aux Finances de la grande Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, a remis sa délégation financière.

Les socialistes Alain Rousset et Jean-François Macaire, alors présidents des régions Aquitaine et Poitou-Charentes le 25 novembre 2015 lors de la campagne des élections régionales à Poitiers (Vienne).
Les socialistes Alain Rousset et Jean-François Macaire, alors présidents des régions Aquitaine et Poitou-Charentes le 25 novembre 2015 lors de la campagne des élections régionales à Poitiers (Vienne). (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Mis à jour le , publié le

Les finances de l'ancienne région Poitou-Charentes sont au centre de l'attention. Dimanche 21 février, le président socialiste de la nouvelle grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes a dénoncé "la dérive" financière de l'ex-région Poitou-Charentes. Alain Rousset a notamment pointé du doigt des impayés s'élevant à 132 millions d'euros, 62 millions en investissement et 70 millions en fonctionnement. 

Face à ces critiques, l'ancien président de Poitou-Charentes, le socialiste Jean-François Macaire, successeur de Ségolène Royal à ce poste et désormais vice-président aux Finances de la nouvelle grande région, a annoncé lundi 22 février au soir qu'il rendait sa délégation financièreJean-François Macaire a déclaré dans un communiqué qu'il lui était "difficile", dans ce contexte, "d'assurer à la fois la post-présidence de l'ancienne région et la délégation aux finances de la nouvelle région". Il a donc remis cette délégation à la disposition du président de région "pour continuer à avancer sans polémique et dans la sérénité".

"On n'est pas en cessation de paiement"

Alain Rousset a pour sa part relativisé la gravité de la situation, lundi soir. "On n'est pas en cessation de paiement", a-t-il souligné. Il a rappelé que 46 millions d'euros d'impayés avaient déjà été réglés et que la totalité des factures serait soldée d'ici "deux ou trois semaines". Les comptes de l'ancienne région sont "critiquables mais pas catastrophiques". Un audit des régions fusionnées doit être effectué.

Alain Rousset, ex-président de la région Aquitaine, a surtout nié avoir cherché à régler ses comptes avec Jean-François Macaire, son ancien rival pour l'investiture PS aux élections régionales de décembre 2015. "Pourquoi je me vengerai, j'ai gagné", a-t-il fait remarquer. Virginie Calmels, la chef de file de la droite et du centre aux dernières régionales, a pour sa part estimé dans un communiqué publié lundi soir qu'"Alain Rousset tente aujourd'hui de se dédouaner du bilan du Poitou-Charentes, dont il s'était montré solidaire aussi longtemps qu'a duré la campagne" régionale.