Les dés sont jetés. Depuis mardi 25 mars à 18 heures, les candidatures pour le second tour des municipales sont closes. Francetv info dresse la liste des villes où, faute de front républicain ou de retraits de listes, le Front national est en position de l'emporter dimanche, après avoir déjà gagné Hénin-Beaumont au premier tour.

Plusieurs cas de figure peuvent conduire à l'élection d'un maire Front national.

Grâce à l'absence de front républicain

Béziers (Hérault). Robert Ménard, soutenu par le FN et arrivé en tête (44,88%) est le grand favori de la triangulaire qui l'opposera au maire sortant UMP Elie Aboud (30,16%) et au socialiste Jean-Michel du Plaa (18,65%), qui a décidé de maintenir sa candidature malgré les appels de son parti.

Forbach (Moselle). Le vice-président du FN, Florian Philippot, qui a récolté 35,74% des suffrages dimanche semble en passe de ravir la mairie au socialiste Laurent Kalinowski (33%). Derrière, les deux candidats de droite, Eric Diligent (18,99%) et Alexandre Cassaro (12,25%), incapables de s'entendre, maintiennent leurs listes.

Beaucaire (Gard). Julien Sanchez, arrivé en tête du scrutin (32,84%), pourrait sortir victorieux grâce à une quadrangulaire. Le second tour lui opposera le maire sortant Jacques Bourbousson (22,45%), le divers droite Christophe André (18,16%) et le candidat de gauche Claude Dubois (12,07%). Tous trois maintiennent en effet leur candidature. Seule Valérie Arese (11,93%) a décidé de jeter l'éponge et de soutenir Christophe André. 

Le Luc (Var). Le frontiste Philippe de La Grange, arrivé en tête au premier tour (36,94%) est bien parti pour gagner la mairie. Et pour cause : une quadrangulaire l'opposera au divers droite Dominique Lain (24,14%), au maire sortant divers gauche André Raufast (17,04%) et au divers gauche Ali Torchi (15,62%).

Hayange (Moselle). L'ancien syndicaliste passé au Front national Fabien Engelmann (30,4%) pourrait s'emparer de la mairie à la faveur d'une quadrangulaire. Le maire socialiste sortant, Philippe David, arrivé troisième avec 19,2%, fusionne sa liste avec celle de la divers gauche Isabelle Iorio (13,27%). Le divers droite Thierry Rohr (20,39%) et Alain Leyder (13,32%) maintiennent chacun leur liste.

Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne). Le frontiste Etienne Bousquet-Cassagne (26%) est en embuscade derrière le socialiste sortant Patrick Cassany (28,64%). Le second tour s'annonce très incertain car un troisième candidat, Jean-Paul Caubet (13,93%), ancien adjoint de Jérôme Cahuzac, sera présent. Sa liste, qui a réussi à fusionner avec deux listes de droite, peut théoriquement peser près de 40%.

La Seyne-sur-Mer (Var). Le maire sortant PS, Marc Vuillemot (29,26%), aura la tâche difficile dans une triangulaire face au FN Damien Gutierrez (26,27%) et au député UMP Philippe Vitel (16,98%), qui a fusionné sa liste avec celle de l'UDI Jean-Pierre Colin (12,8%). Le second tour devrait se jouer dans un mouchoir de poche.

Cluses (Haute-Savoie). Une quadrangulaire pourrait favoriser le frontiste Dominique Martin, arrivé en tête avec 31,41%. Deux candidats de droite, Jean-Louis Mivel (25,06%) et Claude Hugard (18,21%), ont décidé de fusionner. Un autre candidat de droite, Pierre Gallay (13,71%), se maintient, tout comme le divers gauche Gilles Fongeallaz (11,61%).

Cavaillon (Vaucluse). Le maire sortant UMP, Jean-Claude Bouchet, est certes arrivé en tête avec 41,58% des voix, mais il est talonné par le FN Thibault de la Tocnaye (35,67%), qui pourrait bénéficier du report des 5,19% d'électeurs qui se sont portés sur un autre candidat d'extrême-droite au premier tour. D'autant plus que le candidat écologiste, Olivier Florens (17,56%) a décidé de se maintenir.

Marseille 7e secteur (Bouches-du-Rhône). Ce n'est certes pas une commune, mais la mairie de ce secteur des quartiers nord de la ville pourrait bien tomber entre les mains du FN Stéphane Ravier, arrivé en tête avec 32,88%, devant l'UMP Richard Miron (27,83%) et le socialiste Garo Hovsepian (21,65%). Ce dernier maintient sa candidature.

Grâce à un accord avec la droite

L'Hôpital (Moselle). C'est le coup de tonnerre de cet entre-deux-tours. Dans cette ville, le FN Jean-Claude Dreistadt a obtenu 23,98%, loin derrière le maire divers gauche sortant Gilbert Weber (36,17%). Mais il a emporté le soutien du divers droite Jean-Marcel Labach (18,18%), avec qui sa liste va fusionner. Un autre candidat divers droite, Christophe Gil (21,65%), maintient sa candidature.

Malgré les désistements d'autres candidats

Fréjus (Var). David Rachline, arrivé largement en tête au premier tour (40,3%), aborde le second tour dans une position très confortable. Malgré des discussions entre les trois autres listes susceptibles de se maintenir, l'hypothèse d'un front républicain a tourné court. Résultat : l'UMP Philippe Mougin (18,85%) et le maire sortant divers droite Elie Brun (17,61%) maintiennent leur liste. Seule la socialiste Elsa Di Meo (15,58%) s'est finalement retirée, la mort dans l'âme.

Saint-Gilles (Gard). Gilbert Collard, arrivé en tête avec 42,57%, affrontera l'UMP Eddy Valadier (25,35%) en duel. Pour barrer la route au FN, le maire sortant PS Alain Gaido (23,14%) a décidé de retirer sa liste, mais le second tour reste très incertain.

Le Pontet (Vaucluse). Malgré le retrait du candidat PS, arrivé quatrième avec 13,12%, le candidat FN Joris Hebrard (34,66%) va aborder une triangulaire en position de force face au maire sortant UMP Claude Toutain (28,15%) et au divers droite Frédéric Quet (15,36%), qui maintiennent leurs listes.

Cogolin (Var). Le maire sortant divers droite, Jacques Sénéquier (26,72%), arrivé deuxième derrière le FN Marc-Etienne Lansade (39,03%), a refusé les appels du pied de ses poursuivants à constituer un front républicain. Le divers gauche Francis José-Maria (19,22%) et l'UMP Alain Ciarimboli (15,03%) ont donc décidé de se retirer. Le duel du second tour s'annonce incertain.

Tarascon (Bouches-du-Rhône). Valérie Laupies, arrivée en tête avec 39,23% ne pourra pas compter sur une triangulaire puisque le divers droite Jérôme Grangier (16,96%) a décidé de retirer sa liste, mais sans donner de consigne de vote. Le duel face à Lucien Limousin (33,98%), soutenu par l'UMP, risque donc d'être serré.

Brignoles (Var). Le frontiste Laurent Lopez (37,07%), déjà élu conseiller général en octobre, affrontera la députée UMP Josette Pons (35,54%) en duel. Pour éviter une victoire du FN, le divers gauche Jean Broquier (27,39%) a retiré sa liste. Reste à savoir ce que feront ses électeurs du premier tour.

Villers-Cotterêts (Aisne). Le FN Franck Briffaut, arrivé en tête (32,04%), affrontera une triangulaire. Il aura face à lui le maire PS sortant Jean-Claude Pruski (22,15%) et l'UDI Jean-Claude Gervais (13,61%). Deux autres listes de droite qui auraient pu se maintenir ont décidé de se retirer de la course.