C'est la douche froide pour la gauche en Seine-Saint-Denis. Dans ce département qui lui est acquis, l'UMP et ses alliés de l'UDI ont enregistré, dimanche 23 mars, une forte progression au premier tour des élections municipales. Plusieurs places fortes communistes pourraient même basculer dimanche prochain, au second tour. Francetv info revient sur cette vague bleue en terre rouge.

>En direct : l’analyse des résultats des municipales

Les villes où la droite fait son retour

VillepinteMaire UMP de la ville de 2001 à 2008, Martine Valleton est bien partie pour retrouver son fauteuil, perdu en 2008. Elle a recueilli 48,31% des suffrages, loin devant la maire sortante divers gauche Nelly Roland (19,01%).

Aulnay-sous-BoisVille symbole du déclin de l'industrie automobile française, Aulnay semble promise à l'UMP Bruno Beschizza. L'ancien syndicaliste policier a récolté 41,29% des voix, contre 26,67% pour Gérard Ségura (PS).

Les villes où la droite fait une percée

BobignyC'est la grosse surprise du premier tour dans le département. Dans la ville-préfecture, communiste depuis 1919, la maire sortante, Catherine Peyge, termine deuxième derrière l'UDI Stéphane de Paoli (40,39% contre 43,95%). Surtout, les listes de droite totalisent 55%, puisque le candidat divers droite a recueilli 10,96% des suffrages. En 2008, Catherine Peyge avait été élue dès le premier tour.

Saint-OuenDans cette ville communiste depuis 1945, la droite vire en tête au premier tour. Mais William Delannoy (34,87% des voix) aura du mal à résister à la maire Jacqueline Rouillon (Front de gauche, 31,56%) et au socialiste Karim Bouamrane (26,99%) s'ils arrivent à s'entendre. En 2008, William Delannoy avait perdu dès le premier tour.

Livry-GarganL'issue du second tour est plus qu'incertaine dans cette commune. Pierre-Yves Martin (UMP), en tête au premier tour de 46 voix (47,14% contre 46,72% pour le maire sortant Alain Calmat), pourrait offrir à la droite cette mairie classée à gauche depuis 1919. En 2008, Alain Calmat avait fait 63,58% dès le premier tour.

Le Blanc-Mesnil. Ce sera également très serré dans cette ville qui n'a connu que des maires communistes depuis 1945. Le maire sortant, Didier Mignot, est au coude-à-coude avec l'UMP Thierry Meignen (44,47% des voix contre 46,53%). C'était déjà le cas aux municipales de 2008, qui se sont soldées par une courte victoire de la gauche, de 45 voix.

Les villes où la droite progresse

MontreuilDans cette forteresse de gauche, l'UMP n'espérait pas grand-chose. Manon Laporte profite cependant de l'éparpillement des listes de gauche pour se classer troisième, avec 16,69% des voix. Elle pourra se maintenir au second tour contrairement à son prédécesseur de 2008 (9,62%).

Romainville. En 2008, la droite avait récolté 11,55% des suffrages au premier tour. Cette année, elle bondit à 19,6% et jouera le rôle d'arbitre entre la divers gauche Corinne Valls (43,12%) et la candidate Front de gauche Sofia Dauvergne (25,81%).

BondyContrairement à 2008, la gauche de Sylvine Thomassin (46,34% des suffrages) devra disputer un second tour, poussée en ballotage par la droite de Stephen Hervé (36,91%).