VIDEO. Législatives : Jean-Christophe Cambadélis annonce quitter la tête du PS

"Il ne s'agit pas pour moi d'organiser une retraite mais de permettre une renaissance", a déclaré le premier secrétaire du PS, dimanche, juste après l'annonce des résultats du second tour des élections législatives.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"La gauche doit ouvrir un nouveau cycle." Jean-Christophe Cambadélis a annoncé, dimanche 18 juin, démissionner du poste de premier secrétaire du PS, et a appelé à "repenser la gauche""Il s'agit d'un immense défi, d'une tâche de longue haleine. J'y participerai avec humilité mais je souhaite le faire en étant libre de ma parole. J'accompagnerai ce combat avec volonté. Mais je ne le ferai pas en tant que premier secrétaire du Parti socialiste", a-t-il déclaré peu après l'annonce des résultats du second tour des élections législatives.

>> Résultats, réactions, analyses : suivez le second tour des élections législatives dans notre direct

"Il ne s'agit pas pour moi d'organiser une retraite mais de permettre une renaissance. Je prends cette décision sans amertume, ni colère, conscient de mon devoir et du moment crucial que traverse la gauche. J'assume simplement, tranquillement, ma part de responsabilité", a poursuivi Jean-Christophe Cambadélis.

"Repenser les racines du progressisme"

Concrètement, "une direction collective va se mettre en place dans les plus brefs délais, a annoncé Jean-Christophe Cambadélis. Elle devra associer à ses travaux militants, sympathisants, forces vives de la gauche et, bien entendu, être consultée démocratiquement et de manière régulière."

"Il s'agit de repenser les racines du progressisme car ses deux piliers, l'Etat providence et l'extension continue des libertés, sont remises en cause", a estimé Jean-Christophe Cambadélis. Et d'ajouter : "Il s'agit donc de repenser l'action politique en mêlant le principe d'efficacité à la demande citoyenne. C'est le socle indispensable d'une nouvelle offre politique à gauche pour contrer à la fois le néolibéralisme et le nationalisme."

Jean-Christophe Cambadélis, à Paris, le 18 juin 2017.
Jean-Christophe Cambadélis, à Paris, le 18 juin 2017. (FRANCE 2)