VIDEO. Législatives : Jean-Luc Mélenchon annonce qu'il sera candidat, probablement à Marseille

A la question : "Vous êtes un candidat parachuté à Marseille ?", Jean-Luc Mélenchon a ironisé : "Bah oui, je suis parachuté partout. Je suis partout chez moi. La France est ma patrie."


BFMTV

"Vous serez candidat aux législatives ?Oui." Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise et ex-candidat à l'élection présidentielle, a confirmé, mercredi 10 mai, qu'il sera candidat aux élections législatives des 11 et 18 juin. Il a ajouté qu'il était "assez probable" qu'il soit candidat à Marseille, une des villes où il est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle.

Pour justifier sa candidature, Jean-Luc Mélenchon a expliqué : "Les amis m'ont dit : 'Tu ne peux pas aller dire aux gens que nous repartons à la bataille, puis tout le monde y est sauf toi.'" L'eurodéputé a déclaré avoir hésité : "Qui n'hésiterait pas ? Ça fait beaucoup de fatigue, a-t-il confié. J'ai déjà donné une fois", a-t-il ajouté, en référence à sa candidature dans la circonscription d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) face à Marine Le Pen en 2012.

"Je suis parachuté partout"

Jean-Luc Mélenchon a ensuite expliqué pourquoi il serait probablement candidat à Marseille. "Reste dans la courte liste deux ou trois villes en France, et en particulier la ville de Marseille", a-t-il confié. "Vous serez candidat à Marseille ?", a insisté Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV. "C'est probable", a répondu le chef de file de la France insoumise.

A la question : "Vous êtes un candidat parachuté à Marseille ?", Jean-Luc Mélenchon a ironisé : "Bah oui, je suis parachuté partout. Je suis partout chez moi. La France est ma patrie." Le candidat se rendra jeudi en "visite de courtoisie" à Marseille, et si elle est "positive", il n'ira ni à Toulouse, ni à Lille, villes dans lesquelles il est également arrivé en tête au premier tour, avec 24,82% des suffrages lors du premier tour.

"Pierre Laurent ment"

Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon s'en est pris à Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste. Mardi, la France insoumise a annoncé qu'il n'y aurait pas d'accord pour les élections législatives de juin avec le PCF. En réponse, Pierre Laurent a jugé "irresponsable" la rupture des négociations par le mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

"Il ment, a insisté mercredi matin Jean-Luc Mélenchon. Il a préparé ses candidatures depuis le mois de septembre dernier et il dit de faire campagne sous le sigle Front de gauche/PCF. Il n'assume même pas son étiquette PCF car le Front de gauche n'existe plus depuis deux ans", a expliqué le chef de file de la France insoumise.


Jean-Luc Mélenchon, lors d\'un meeting de campagne pour la présidentielle à Marseille, le 9 avril 2017.
Jean-Luc Mélenchon, lors d'un meeting de campagne pour la présidentielle à Marseille, le 9 avril 2017. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)