Législatives : à Villeurbanne, Najat Vallaud-Belkacem battue dans un ancien fief socialiste

Après un échec en 2007 et le retrait de sa candidature en 2012, l'ancienne ministre de l'Education ne parvient pas à s'imposer à Villeurbanne, pourtant une terre socialiste.

Najat Vallaud-Belkacem, le 3 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône).
Najat Vallaud-Belkacem, le 3 juin 2017 à Villeurbanne (Rhône). (KONRAD K. / SIPA)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle est un symbole de la déroute des socialistes lors des législatives : Najat Vallaud-Belkacem est largement battue dans la 6e circonscription du Rhône, annonce son adversaire Bruno Bonnell. La ville de Villeurbanne, pourtant ancrée à gauche et chasse gardée du PS, est elle aussi emportée par la vague de La République en marche. Après une première tentative ratée, déjà dans le Rhône, en 2007, et le retrait de sa candidature en 2012, l'ancienne ministre de l'Education échoue une nouvelle fois à faire son entrée au Palais-Bourbon.

>> Suivez les résultats du second tour des législatives dans notre direct

Le contexte

Najat Vallaud-Belkacem avait commencé sa campagne il y a plusieurs mois déjà dans ce fief socialiste. Elle y faisait d'ailleurs figure de favorite jusqu'à la présentation du candidat de La République en marche : Bruno Bonnell, figure connue de l'entrepreneuriat français et soutien de la première heure d'Emmanuel Macron. La campagne de l'ancienne ministre de l'Education s'est alors compliquée.

En froid avec son ancienne protégée, le très influent maire de Lyon, Gérard Collomb, n'est pas étranger à cette désignation. Fervent supporter du président, il a veillé à ce que la région lyonnaise envoie un maximum de députés de La République en marche à l'Assemblée.

Le résultat

>> Retrouvez les résultats complets de la 6e circonscription du Rhône

La réaction

"Aujourd'hui, ce que je retiens de cette campagne, au-delà du taux d'abstention inégalé et de cette vague irrationnelle, c'est que nos électeurs de gauche ont été désorientés par le quinquennat passé"a reconnu Najat Vallaud-Belkacem. "Il faudra en examiner les raisons pour commencer après la reconstruction de la gauche."

L'avenir

Benjamine du gouvernement de François Hollande, Najat Vallaud-Belkacem subit le même sort que beaucoup d'autres figures du renouvellement côté socialiste. Reconnaissant sa défaite, elle a déclaré : "Quant à moi, c'est une pause qui m'attend. Retrouver ma famille, me retrouver, travailler et mener le combat politique autrement."

Avant sa défaite, elle avait signé, aux côtés notamment de l'ex-ministre de l'Intérieur Matthias Fekl et de la maire de Nantes, Johanna Rolland, une tribune dans Libération intitulée : "Se mobiliser aujourd'hui pour réinventer la gauche demain", laissant entendre qu'elle souhaitait peser dans la reconstruction de la gauche.