Résultats législatives : La République en marche pourrait remporter entre 415 et 455 sièges, le FN n'aurait qu'entre 1 et 5 députés, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria

Le parti d'Emmanuel Macron, allié au MoDem de François Bayrou, est arrivé en tête au premier tour des élections législatives.

La projection Ipsos/Sopra Steria en fourchettes de sièges de l\'Assemblée nationale à l\'issue du premier tour des élections législatives, le 11 juin 2017.
La projection Ipsos/Sopra Steria en fourchettes de sièges de l'Assemblée nationale à l'issue du premier tour des élections législatives, le 11 juin 2017. (FRANCEINFO)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La République en marche est bien partie pour décrocher une très large majorité à l'Assemblée nationale. Elle obtiendrait 415 à 455 sièges, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria*. Le parti d'Emmanuel Macron et son allié le MoDem ont recueilli, dimanche 11 juin, 32,32% des voix au premier tour des élections législatives. Ce score, proche de la dernière enquête d'opinion, les place devant l'alliance Les Républicains-UDI (21,56%) et le Front national (13,2%), au terme d'un premier tour marqué par une forte abstention (51,29% selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria*).

>> Découvrez les résultats définitifs du premier tour des législatives dans notre direct

A gauche, La France insoumise (11,02%) confirme (de peu) son leadership sur le Parti socialiste, mais réalise un score bien plus faible que celui enregistré par Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle (19,58%). La formation politique de François Hollande et de Benoît Hamon ne recueille, elle, que 9,51% des voix (avec le PRG et les candidats divers gauche), une défaite à l'ampleur inédite sous la Ve République pour un parti de gouvernement. Même en 1993, quand seuls 57 députés PS ou apparentés avaient été élus, le parti avait recueilli 17,4% des voix.

Vers une Assemblée En marche !

Affaibli par ses bisbilles avec Jean-Luc Mélenchon, le Parti communiste recueille 2,72% des voix, un peu moins que les écologistes (dont Europe-Ecologie-Les Verts), qui sont à 4,3%. Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, enregistre 1,17% des voix, et l'extrême gauche 0,77% des voix. Les autres formations politiques obtiennent à elles toutes 3,4% des voix.

Cette estimation dessine les contours d'une Assemblée très largement dominée par La République en marche et son allié MoDem. Ils obtiendraient entre 415 et 455 sièges, un chiffre supérieur à la majorité absolue (289 sièges). Les autres grands partis se partagent les miettes : entre 70 et 110 députés pour Les Républicains/UDI, 20 à 30 pour le Parti socialiste et ses alliés PRG/Divers Gauche/EELV, 8 à 18 pour La France insoumise et le PCF, 1 à 5 pour le Front national, et 7 à 12 pour les autres formations.

La razzia annoncée d'Emmanuel Macron

Le président de la République devrait donc avoir les mains libres pour gouverner et appliquer son programme. Sauf retournement de situation entre les deux tours, cette élection devrait parachever la razzia de La République en marche sur le paysage politique français. "Les Français sont cohérents : ils nous donneront une majorité pour gouverner et légiférer", prédisait le président à la mi-avril.

Porté par un début de mandat jugé réussi, selon les enquêtes d'opinion, Emmanuel Macron a profité d'une configuration qui s'est toujours vérifiée depuis 1981, de Mitterrand à Hollande en passant par Chirac et Sarkozy : un président élu a toujours obtenu une majorité lors des législatives suivant son élection. Une logique institutionnelle et légitimiste que les premières affaires, autour de Richard Ferrand et François Bayrou, n'ont pas enrayée.

*Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, Le Point, France 24 et LCP-AN.