Législatives : En marche ! se dirige vers une très large majorité à l'Assemblée, selon notre enquête Ipsos/Sopra Steria

Le mouvement d'Emmanuel Macron et ses alliés du MoDem décrocheraient entre 385 et 415 sièges au Palais-Bourbon, selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France. 

L\'Assemblée nationale, le 13 décembre 2016.
L'Assemblée nationale, le 13 décembre 2016. (PATRICK KOVARIK / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

A quelques jours du premier tour des élections législatives, La République en marche apparaît plus que jamais en position de force. Selon une enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, publiée mardi 6 juin, le mouvement d'Emmanuel Macron, allié au MoDem, recueille 29,5% des intentions de vote au premier tour, loin devant les autres partis. 

Les Républicains et leurs alliés de l'UDI sont, eux, crédités de 23% des voix, tandis que le Front national décrocherait 17% des suffrages. Le Parti socialiste, allié au Parti radical de gauche, arriverait très loin derrière, avec seulement 8,5% des voix. La France insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, ferait un peu mieux, avec 12,5% des voix.

Entre 385 et 415 sièges pour La République en marche et le MoDem

Projetée en nombre de sièges, la dynamique du mouvement du chef de l'Etat est encore plus flagrante. La République en marche et le MoDem pourraient obtenir à eux deux entre 385 et 415 sièges, soit bien au-delà de la majorité absolue, fixée à 289 députés. Avec une fourchette de 105 à 125 sièges, Les Républicains et l'UDI limiteraient la casse, mais feraient nettement moins bien qu'actuellement, puisqu'ils disposaient dans la dernière législature de 199 sièges pour LR et de 27 sièges pour l'UDI.

Sondage Ipsos/Sopra Steria publié le 6 juin 2017.
Sondage Ipsos/Sopra Steria publié le 6 juin 2017. (IPSOS/SOPRA STERIA)

Le Parti socialiste et ses alliés auraient le plus à souffrir de cette recomposition politique. Alors que le PS comptait 295 députés au Palais-Bourbon, ils n'en auraient plus qu'entre 25 à 35 – radicaux de gauche, écologistes et divers gauche compris. La France insoumise parviendrait, elle, à s'assurer entre 12 à 22 sièges, mais avec le Parti communiste. Quant au Front national, qui n'avait que deux députés lors de cette législature, il est crédité de 5 à 15 sièges. Il faut au minimum 15 députés pour constituer un groupe parlementaire, selon l'article 19 du règlement de l'Assemblée nationale.

Dernier enseignement : à cinq jours du premier tour, seuls 60% des Français inscrits sur les listes électorales ont l'intention d'aller voter. Une proportion équivalente à celle du premier tour des législatives de 2002 et 2007, mais sensiblement plus élevée qu'en 2012 (56,3%).

*Enquête Ipsos/Sopra Steria réalisé du 2 au 4 juin auprès de 2 103 personnes inscrites sur les listes électorales (dont 1 126 certaines d’aller voter et exprimant une intention de vote), constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Echantillon interrogé par Internet et sélectionné selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l'individu, région, catégorie d’agglomération). Pour chaque circonscription, la liste réelle des candidats en présence a été proposée.